Microsoft et les objets connectés

Les objets connectés sont à la mode, de nombreuses sociétés se positionnent en leader de ce marché. Microsoft acteur historique de l'informatique n'est pas en reste et souhaite proposer l'offre de valeur la plus riche possible

Le numérique envahit l’ensemble des foyers et, par conséquent, s’insinue dans nos usages. Il y a 5 ans, posséder un smartphone était considéré comme le summum du digital, mais de nos jours, il est partout. Derrière chaque objet, chaque outil, peut se cacher en réalité un objet connecté,  IOT (Internet Of Things) permettant d’enrichir notre quotidien.

 

Selon les prévisions de Gartner, il devrait y avoir 4,9 milliards d’objets connectés en 2015, soit près de 40% de plus qu’en 2014. Ce chiffre devrait atteindre les 30 milliards en 2020, toujours selon Gartner, 80 milliards d’après l’Idate et 212 milliards selon IDC.

 

Cela passe par des usages classiques comme les bracelets fitness, les montres connectées, les drones ou encore les lunettes pour le sommet « grand public » de l’iceberg des objets connectés, mais également par des objets plus « cachés » permettant de connecter n’importe quel objet à une application pour piloter une activité ou collecter des mesures télémétriques (Arduino, Raspberry Pi).

 

Le marché des IOT est aujourd’hui inondé par de nouvelles solutions et sociétés, surfant sur cette dynamique pour proposer des objets de plus en plus évolués.

 

Face à ce nouveau marché, les GAFAM (acronyme de « Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft ») ne sont pas en reste. Chacun d’entre eux se positionne en fonction de son expertise et de son savoir-faire pour répondre à cette demande.

 

C’est pourquoi Microsoft a revu drastiquement sa stratégie ces dernières années pour anticiper ces nouvelles demandes et se positionner en tant que précurseur. Il a ainsi adopté une stratégie double pour y répondre :

  • se repositionner comme un acteur grand public de matériels 
  • devenir une plateforme de référence des IOT grâce à sa plateforme de cloud computing  Azure 

La stratégie de Microsoft

Grand éditeur de logiciels et de systèmes d’exploitation depuis sa création, Microsoft est en train de vivre sa révolution en devenant lui-même constructeur de matériels. Son ambition : définir un nouveau standard alliant à la fois les besoins en termes de travail et de loisirs. Là où les principaux concurrents ciblent « un usage = un matériel », Microsoft mise sur des solutions hybrides permettant de répondre à la fois à des usages de loisir mais également de basculer sur un mode de travail professionnel.

 

Dans cette optique, Microsoft a d’abord ciblé 2 types de matériels grands publics :

La téléphonie :

  • Suite au rachat de Nokia, Microsoft s’est doté d’une gamme de matériels très riche qui lui a permis d’accélérer fortement le développement dans le mobile avec la gamme Lumia : allant du téléphone d’entrée de gamme jusqu’au haut de gamme.
Gamme Lumia

Les PC-Tablettes :

  • Microsoft a voulu tracer la voie et créer une nouvelle gamme de PC avec les PC hybrides : un mix de PC portables et de tablettes. Là où les principaux constructeurs de PC vivaient la transition du PC fixe vers des achats quasi exclusifs d’ordinateurs portables : Microsoft a proposé la Surface en avance sur le marché.
Surface

Cette diversification s’intensifie avec de nouveaux périphériques estampillés Microsoft :

 
  • La Surface Hub : un écran tactile clef en main sous Windows 10 permettant d’enrichir les salles de réunions d’écrans interactifs facilitant la collaboration. 

Surface Hub

 
  • La Microsoft Band : le bracelet connecté de Microsoft, incluant des fonctions de santé, mais également de montre connectée avec des notifications d’informations provenant de son téléphone. Le tout est évidemment compatible avec Windows Phone mais également Android et iOS.

Microsoft Band

 
  • La HoloLens : c’est l’objet le plus attendu du moment. Ce casque de réalité augmentée permet de rentrer en immersion complète pour enrichir l’ensemble de son environnement avec des applications et des services directement accessibles via le casque.

HoloLens

 

Grace à la variété et la richesse de ce catalogue, Microsoft veut être un acteur de premier plan et apporter sa vision du digital.

 

Au-delà du matériel qui est la partie la plus visible côté grand public, l’un des enjeux majeurs est celui du service. Tous les objets connectés ont besoin de « Back Office » permettant de centraliser les données et de les rendre accessibles de n’importe où.

 

Microsoft se positionne encore sur ce secteur comme le pourvoyeur de la solution la plus ouverte possible, en offrant la possibilité à n’importe quel constructeur ou éditeur d’utiliser leur plateforme Azure comme source de données universelle.

Azure, la plateforme IOT de Microsoft

Lors de la conférence Microsoft Convergence 2015 qui s’est déroulée en mars dernier à Atlanta, Satya Nadella a annoncé publiquement la disponibilité de son offre « Azure IOT Suite ».

 

Cette offre se base sur les piliers du cloud computing (facturation à l’usage, scalabilité, provisionnement rapide…). Elle intègre également l’ensemble des outils nécessaires à la mise en œuvre d’une application IOT en répondant aux 4 problématiques rencontrées par les acteurs travaillant sur ce type de solutions :


Azure 

Connecter et collecter  

Le concept de base des IOT est la connexion de périphériques divers et variés, qu’il s’agisse de sondes, capteurs, ou bien de périphériques plus grand public comme des bracelets ou smartphones. La volumétrie engendrée par la publication des données de ces périphériques est importante et la plateforme qui reçoit ces données doit disposer d’une capacité d’ingestion suffisante. Azure Event Hubs propose un protocole standard, AMQP (Advanced Message Queuing Protocol) qui peut être utilisé dans la plupart des langages pour envoyer des messages sur la plateforme. Ces messages vont être collectés sur la plateforme et routés selon le désir du développeur vers le service le plus approprié. Ainsi, des millions d’évènements par seconde pourront être stockés pour être analysés ultérieurement.

  Stocker  

La plateforme fournit également des services PaaS (Platform As A Service) où stocker les données collectées. Ces services gérés par le fournisseur permettront au développeur de se concentrer sur les tâches qui sont importantes pour son métier. Ainsi, qu’il s’agisse de stockage relationnel comme SQL Database (basé sur le moteur de SQL Server), NOSQL pour les tables ou bien DocumentDB, entreposant les données au format JSON, il y a l’embarras du choix. Dans les trois cas, les données peuvent être redondées afin de garantir une sécurité maximale et les services proposent tous une scalabilité permettant de s’assurer une continuité de service lors des montées en charge.

  Transformer  

Une fois les données collectées et stockées sur la plateforme, l’utilisateur va pouvoir les utiliser afin de construire des modèles de données grâce à Azure Machine Learning. Cet outil propose un éditeur graphique intégré dans le portail de la plateforme qui permet à l’utilisateur de choisir dans la galerie des modèles mis à disposition ou bien de partir d’un modèle vierge. Ce modèle, une fois construit à l’aide de différents algorithmes, permettra au système d’apprendre selon un échantillon de données. Ce modèle pourra ensuite être mis à disposition sur un service web qui sera utilisé dans des applications pour établir des recommandations, de l’analyse syntaxique, des regroupements, de la prédictibilité ou des analyses prédictives permettant d’identifier l’obsolescence de matériel.


HD Insight quant à lui, permettra de transformer des petaoctets de données structurées, ou non, à l’aide de plusieurs langages de programmation. Il est ainsi possible de créer des clusters Hadoop (sur Windows ou Linux) en quelques manipulations, traiter les données volumineuses et ainsi développer des solutions à l'aide de données de diffusion en continu ou historiques afin d’en analyser les résultats.


Enfin, Azure Stream Analytics permettra de se connecter à Event Hubs afin de créer une chaîne de traitement des données en temps réel sur laquelle le développeur va pouvoir effectuer des requêtes à l’aide d’un langage SQL familier.

  Présenter et agir  

Après avoir transformé et analysé les données, la plateforme met à disposition un ensemble de services permettant au développeur de créer rapidement son application. L’environnement Azure App Services, dévoilé à la conférence « //build 2015 » regroupe ainsi 4 briques différentes :

 
  • Web Apps : anciennement nommé Web Sites, ce service permet de créer rapidement des applications web scalables dans différents langages : .NET bien entendu, mais également Node.JS, PHP ou même Java. Ces services pourront être déployés manuellement ou de façon automatisée en mettant en place une intégration continue. 
  • Mobile Apps : successeur de Mobile Services, Mobile Apps va permettre de faciliter le développement d’un back-end scalable pour exposer les données. Un kit de développement est disponible pour iOS, Android et bien sûr Windows. Il encapsulera des tâches répétitives telles que l’authentification, l’appel des services web et même l’implémentation d’un mode déconnecté au sein des applications mobiles. 
  • API Apps : grâce à un modèle de projet dans Visual Studio, le développeur va disposer d’un Framework sur lequel il pourra construire rapidement des services web basés sur le protocole REST. 
  • Logic Apps : à l’aide d’un éditeur graphique intégré au portail, ce service va permettre de créer des processus d’entreprise et des flux de travail en intégrant des données du système d’information de l’entreprise mais également un ensemble d’applications SaaS (Software As A Service). Ces processus vont ainsi être intégrés au sein d’applications web, mobiles ou APIs précédemment créées. 

Notifications Hubs va permettre d’envoyer des millions de notifications ciblées qui auront été déclenchées par l’ingestion de données sur la plateforme. Il propose un kit de développement pour la plupart des systèmes d’exploitation mobiles du marché (iOS, Android et Windows).

 

Enfin, PowerBI intégré à l’offre Office 365 va permettre de créer des tableaux de bord dynamiques avec lesquels l’utilisateur pourra interagir. Il peut également se baser sur les entrepôts de données de la plateforme ou bien afficher des informations en temps réel en se connectant directement à Event Hubs.

    Conclusion  

Avec cette double stratégie, Microsoft se donne les moyens d’être un acteur de premier plan sur les IOT.

 

La marque Microsoft acquiert de plus en plus d’adhésion auprès du grand public, et Microsoft souhaite s’identifier comme un acteur de référence sur les IOT grand public, au même titre qu’ils ont pu devenir la référence sur la console de jeu avec la Xbox. Windows 10 (sortie mondiale prévue le 29 juillet) viendra renforcer sa stratégie en proposant le premier OS permettant le développement d’Applications Cross Platform.

 

La stratégie de fond de Microsoft, de par son origine historique de fournisseur de services/solutions, est orientée sur Windows Azure. Là encore, une vraie révolution est en marche chez Microsoft. Loin de vouloir rendre captif ses clients, ils ont mis en place une stratégie d’ouverture très forte dans l’ensemble des technologies du marché, pour permettre à n’importe quel développeur d’accélérer radicalement la mise en place de solutions quelles que soient ses sensibilités de développement.

La révolution des IOT de ne fait que commencer, Microsoft montre, en tout cas, de beaux arguments face à ses concurrents.
L’avenir nous le dira.

Remerciement: Article rédigé à 4 mains avec la contribution de Mickael Mottet (Microsoft Azure MVP) chez SQLI

    

Microsoft / IoT