Free Mobile : la navigation Internet resterait fortement défaillante

Si Free Mobile a quasiment rattrapé les principaux opérateurs en matière de téléphonie, la qualité de la navigation Internet sur son réseau est loin d'être satisfaisante.

Le cabinet Directique, qui a entre autres étudié la couverture du réseau de Free Mobile pour le compte de l'Arcep, a travaillé avec Capital pour réaliser des tests sur la qualité de la téléphonie et l'Internet mobile offerte par le réseau Free Mobile. Concernant les appels, le test montre que Free est en net progrès : en moins de trois mois, le taux d'échec des appels a chuté de 46% à 2,9% entre 18 heures et 21 heures et de 32% à 2,4% en moyenne. Côté navigation Internet, en revanche, c'est la grosse déception. Les tests menés sur le transfert de fichier de 2 Mo ont ainsi révélé qu'une fois sur dix, le téléchargement n'aboutissait pas. Et même lorsque le téléchargement est réalisé, celui-ci prend plus de 20 secondes dans 68% des cas. En comparaison, des opérateurs comme Orange, SFR ou Bouygues ont un taux d'échec de 1% et des téléchargements de moins de 20 secondes dans 70 à 90% des cas.


La cause de ces problèmes de navigation ? Une saturation des passerelles d'interconnexion entre Free et Orange qui sature l'itinérance avec ce dernier, selon Capital et la volonté d'économiser en reliant "la plupart de leurs antennes mobiles à leur cœur de réseau avec de simples câbles de cuivre ADSL", a expliqué un expert des réseaux télécoms au mensuel économique.


De son côté l'opérateur a réagi en mettant en cause la méthodologie dans une déclaration à l'AFP expliquant que "pour l'internet mobile, sur notre réseau en propre, on est pratiquement au niveau de Bouygues. Et en itinérance avec Orange, les capacités n'avaient probablement pas été ajoutées au moment de la mesure il y a quelques semaines."

 

Free Mobile / ADSL