SMS : chronique d'une disparition annoncée

SMS : chronique d'une mort annoncée L'Arcep vient de publier un graphique montrant la décroissance de l'envoi de SMS, au bénéfice de nouveaux usages.

Dans son dernier observatoire des marchés couvrant le 3e trimestre 2013, l'Arcep publie un graphique montrant clairement les débuts du déclin des SMS en France. Pour la première fois, le nombre de SMS échangés a baissé pour le second trimestre consécutif (voir graphique ci-dessous). Sur un an, le volume est bien encore en légère augmentation (+2,4%). Mais cette progression quasi atone reste bien loin des +20 à +30% enregistrés, selon les mois, en 2012. Un passé pourtant pas si lointain que ça.

volume sms
Evolution du nombre de SMS envoyés en France © Arcep

Cette inflexion correspond à la montée en puissance de la data mobile (voir graphique ci-dessous). Les mobinautes ont ainsi consommé 187 Mo par mois au 3e trimestre de l'année dernière. Une progression de 58% sur un an, qui couvre à la fois l'usage des mails, des réseaux sociaux et des applications de messagerie instantanée qui font fureur chez les jeunes. Autant de services qui cannibalisent l'usage des SMS.

volume de données
Evolution du volume de données mobile © Arcep

Au vu de ces deux courbes, la tendance ne semble pas près de s'inverser. Et symptôme supplémentaire de cette désaffection, pour la première fois depuis les débuts commerciaux du SMS, il ne s'est pas envoyé plus de messages interpersonnels pour la nouvelle année que l'année précédente. Le volume a été strictement stable : 1,4 milliard, ni plus ni moins. A ce rythme, les SMS pourraient avoir quasi disparus des usages grands publics dans 15 ans.

Autour du même sujet