La nouvelle ambition de Spotify, devenir le Facebook Connect de la musique

Spotify Echo Nest En rachetant The Echo Nest, le service de streaming musical prend une longueur d'avance en matière de recommandation, mais pose aussi le socle d'une vocation élargie.

Les catalogues des principaux services de streaming musical détenant tous des millions de titres, la guerre qu'ils se livrent s'est déplacée sur un nouveau terrain : celui de la recommandation personnalisée et de la découverte de nouveaux artistes. Raison pour laquelle Spotify n'a pas hésité à mettre la main à la poche pour s'approprier la plateforme américaine The Echo Nest, spécialisée dans la recommandation de contenus musicaux. Selon Techcrunch, le montant de l'opération pourrait approcher 100 millions de dollars.

Le fonds de commerce de The Echo Nest : une base de 35 millions de titres et des milliards de données utilisateurs collectées, ainsi que des algorithmes analysant les morceaux et les comportements des auditeurs pour en déduire des ribambelles de statistiques concernant artistes, genres musicaux et habitudes d'écoute. De quoi, à l'arrivée, proposer aux utilisateurs d'autres morceaux qu'ils sont susceptibles d'apprécier.

Inconnue du grand public, la start-up fournissait déjà ses services sous forme d'API à Spotify... ainsi qu'à ses concurrents Deezer, Rdio, Vevo, Rhapsody ou encore MixShape de Microsoft. Elle assure d'ailleurs que son API restera disponible et gratuite pour tous les développeurs. Reste que désormais, Spotify pourra puiser directement dans les technos de sa nouvelle acquisition pour alimenter ses propres services. Sont donc à prévoir des évolutions de fond de ses fonctionnalités de découverte. Mais surtout, ce rapprochement devrait permettre au Suédois d'élargir sa vocation et de changer de statut.

Pour l'instant, Spotify est un juke-box proposant streaming à la demande, découverte algorithmique et curation de playlists. Mises à part la possibilité d'encapsuler des chansons sur d'autres sites et une API minimaliste permettant de passer facilement d'une appli tierce à celle de Spotify, son catalogue n'est accessible que via ses propres applications. Mais aujourd'hui, la société désire prendre encore plus d'ampleur et devenir le "fournisseur d'identité musicale" référent sur Internet, à l'image d'un Facebook fournisseur de l'identité sociale des internautes.

Aujourd'hui, on peut fréquemment utiliser ses identifiants Facebook pour se connecter à un compte ou une appli tierce, qui peuvent grâce à cela utiliser les informations de compte et le graph social de l'internaute. On pourrait imaginer faire de même avec ses identifiants Spotify, afin de pouvoir écouter morceaux et playlists à la demande depuis n'importe quel service ou application tierce. De quoi permettre à la musique en ligne légale d'exploser véritablement sur Internet, en résolvant d'un coup toutes les questions de licences pour les développeurs... dont Spotify les déchargerait.

La société vient d'ailleurs de franchir un pas important dans cette direction en annonçant le lancement en beta de son SDK pour iOS. Acquérir The Echo Nest, une start-up éditrice d'API, constitue un deuxième pas d'égale importance.

Enfin, alors que Spotify revendiquait 26 millions d'utilisateurs dont 6 millions d'abonnés payants en décembre 2013, il devra sans doute faire encore progresser ce nombre, s'il compte séduire des investisseurs pour une éventuelle introduction en bourse à venir. Devenir le Facebook Connect de la musique l'y aiderait considérablement.

Streaming / Facebook