Orange Labs Research veut démocratiser l'intelligence artificielle

Les chercheurs du pôle R&D d'Orange présentent au salon de la recherche organisé par l'opérateur certains de leurs travaux, dont un assistant vocal domotique destiné au grand public.

10 à 15% des 650 chercheurs d'Orange Labs Research, le centre R&D du géant tricolore des télécoms, se creusent les méninges sur l'intelligence artificielle. Ils sont venus présenter le fruit de leurs travaux au salon annuel de la recherche organisé par Orange du 6 au 8 décembre à Chatillon, où un site rassemblant plus de 3 000 collaborateurs a été inauguré en juin 2016. L'IA est l'une des cinq thématiques sur laquelle l'opérateur se concentre cette année dans le cadre de cet évènement, où 40 projets de R&D sont dévoilés (le telco a également décidé de mettre l'accent sur l'Internet des objets ou encore la 5G).

"L'Intelligence artificielle est une technologie sur laquelle Orange travaille depuis les années 90. Ces solutions vont prochainement se démocratiser, toucher le grand public et les entreprises de toutes tailles. Voilà ce qui est nouveau", contextualise Nicolas Demassieux, le directeur de la recherche et de la stratégie d'Orange Labs Research.

"Nous voudrions développer l'Excel de l'intelligence artificielle. Un logiciel facile à utiliser qui puisse être adopté par des PME…"

Les équipes de R&D de l'opérateur sont par exemple venues présenter un projet d'assistant vocal pour la maison. Amazon Echo, Google Home… De nombreux groupes ont d'ores et déjà lancé leur système de commande domotique basé sur la voix. "Mais ces solutions IA ne sont pas flexibles, elles ne sont pour le moment quasiment pas dotées d'intelligence situationnelle. Nous nous efforçons de développer un logiciel capable de comprendre la manière dont les membres d'un foyer communiquent, de s'adapter à chaque interlocuteur, à chaque situation afin de ne pas être intrusif", explique le directeur de la recherche et de la stratégie.

Concrètement, Orange Labs Research entraîne son IA avec différentes modalités de dialogue. Un modèle de communication  fonctionnaliste, qui s'accorde bien au mode de vie d'un cadre d'entreprise pressé et un registre plus conversationnel, convenant mieux aux personnes seules qui ont envie de papoter avec une machine presque humaine. "Nos chercheurs sont d'ores et déjà en contact avec des clients finaux, ce qui leur permet d'être conscients des besoins réels des consommateurs", souligne Nicolas Demassieux, qui ne souhaite toutefois pas s'exprimer sur une éventuelle date de mise sur le marché par Orange d'un tel produit.

"Cette intelligence artificielle fonctionne à partir d'une série d'algorithmes d'apprentissage profond (deep learning, ndlr) et d'analyse du langage naturel. Ce sont des techniques anciennes, que nous avons par exemple utilisé pour construire les messageries automatiques de nos centrales d'appel, mais nous les utilisons ici en poursuivant de nouveaux objectifs", indique Nicolas Demassieux.

Orange présente également à Chatillon un projet de recherche IA destiné aux entreprises. Les chercheurs ont travaillé avec des éleveurs de porcs bretons pour numériser les données de leurs exploitations, qui étaient jusque-là souvent griffonnées sur un morceau de papier. Nombre de porcines nés de chaque génitrice, quantité de grains consommés, type d'antibiotiques administrés… Les algorithmes conçus par les chercheurs ont analysé toutes ces données pour leur donner du sens et permettre aux agriculteurs de produire de la viande de meilleure qualité à moindre coût.

"Notre assistant vocal sera capable de s'adapter à chaque interlocuteur, à chaque situation afin de ne pas être intrusif"

Cette solution pourrait également être utilisée dans d'autres branches métier. "Certaines entreprises comme IBM et son logiciel Watson, ndlr) ont créé des intelligences artificielles très puissantes et coûteuses ciblant principalement les grands groupes. Nous voudrions développer l'Excel de l'intelligence artificielle. Un logiciel facile à utiliser qui puisse être adopté par des TPE, des PME…", se projette le dirigeant.

Les scientifiques d'Orange présentent également dans le cadre du salon de la recherche des solutions d'intelligence artificielle visant à améliorer l'efficacité opérationnelle de l'opérateur en interne. "Nous développons un système cognitif permettant d'optimiser la qualité de service sur nos réseau en choisissant le paramétrage le plus adapté pour les différents type de données qui y circulent (voix, texte, vidéo, ndlr)", dévoile Nicolas Demassieux. Aujourd'hui, ces opérations sont en grande partie réalisées à la main.

"Une intelligence artificielle ne réalise du bon travail que si elle a été entraînée sur un jeu de données réelles. Nous sommes donc en train de réfléchir à la manière dont nous allons coacher cette IA", détaille le directeur de la recherche et de la stratégie d'Orange Labs Research. Si le logiciel se révèle plus efficace que les opérateurs humains et qu'il ne provoque pas de panne sur ces réseaux télécoms utilisés par des millions de personnes, il sera déployé. Il faudra pour cela attendre 2020, afin que la 5G et ses réseaux pilotables à distance par un logiciel soient installés. Car sur l'infrastructure actuelle, une partie des opérations ne peut être réalisée que sur le terrain.

 

 

Intelligence artificielle

Annonces Google