Partager cet article

RSS

 

Près de 90 % des foyers français possèdent un espace de jardinage et 61 % d'entre eux un jardin. Parmi ces millions de jardins, près de la moitié dispose aussi d'un coin potager. Mais en dépit d'une clientèle potentielle importante, le marché du jardinage stagne... et une part substantielle des ventes échappe aux jardineries.

 

Le marché français du jardinage regroupe plusieurs grandes familles de produits - plantes, meubles d'extérieur, outils, engrais - et pèse quelque six milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel. Toutefois, une partie seulement, environ deux milliards et demi, est effectivement captée par les magasins spécialisés en jardinerie.

 

 
Les principales enseignes de jardinerie en France
 
  Enseignes
Chiffre d'affaires 2006 en millions d'euros
Nombre de magasins
Surface moyenne
 
  Gamm Vert
676
780
1.000 m²
 
  Jardiland
505
115
6.000 m²
 
  Truffaut
410
48
6.800 m²
 
  Botanic
272
54
6.000 m²
 
  Nalods (dont 55
"Jardineries du Terroir")
180
127
De 3.000 à 3.200 m²
 
  Vive Le Jardin (Groupe Jardiland)
176
64
4.000 m²
 
  Points Verts le jardin
(Coopagri-Bretagne)
110
85
De 1.200 à 2.000 m²
 
  Magasins Verts
(Coopagri-Bretagne)
100
42
De 3.000 à 6.000 m²
 
  Delbard
env. 100
35
De 4.000 à 6.000 m²
 
 
Source : distributeurs
 

 

"Nous faisons face à une double concurrence, explique Xavier Picheret, responsable des marques distributeur du groupe Jardiland / Vive le jardin. Elle nous vient d'une part des grandes surfaces généralistes qui organisent des opérations promotionnelles ponctuelles sur les produits de décoration et les meubles de jardin. Et d'autre part, des grandes surfaces de bricolage qui ont, en permanence dans leurs rayons, un large choix d'outils et d'équipements." A ces deux groupes de compétiteurs, il faudrait aussi ajouter les pépiniéristes, les fleuristes ou encore les libres-services agricoles...

 

Par ailleurs, le marché stagne en volume comme en valeur depuis plusieurs années (- 0,7 % en volume en 2005). Après avoir profité, jusqu'au début des années 2000, de la croissance du nombre des maisons individuelles et de la hausse du temps libre avec la mise en place des 35 heures, le marché a nettement marqué le pas depuis 2002. En cause : la concurrence d'autres formes de loisirs dont les prix ont beaucoup baissé, telles que les voyages à l'étranger ou les produits de haute technologie, mais aussi la stagnation du pouvoir d'achat.

 


JDN Management Envoyer Imprimer Haut de page
   
A VOIR EGALEMENT