Ils se sont rencontrés sur Craiglist, et 2 ans après ils menacent Amazon

La startup DigitalOcean : tueur d'Amazon Les trois cofondateurs de DigitalOcean se sont rencontrés sur Internet. Avec une croissance fulgurante, la société concurrence Amazon sur le cloud.

Souvenez-vous en décembre dernier : une semaine avant que les distributeurs tels qu'Amazon et Target ne commercialisent le nouveau disque de Beyoncé, la chanteuse a provoqué une tempête dans l'industrie musicale en sortant son album via son site web et iTunes.

Eh bien, Mitch Wainer et les frères Ben et Moisey Uretsky faisaient partie, à leur insu, de la polémique. Leur entreprise, DigitalOcean, gère en effet le service de cloud qui héberge le site web de Beyoncé. Mais, ils ont découvert ce lien à cette occasion... lorsque ce jour-là, ils ont vu le trafic s'affoler sur leur cloud.

Ben Uretsky, cofondateur et PDG de DigitalOcean, a déclaré à Business Insider qu'ils n'avaient jamais vu ça. "L'équipe de développement de Beyoncé a choisi DigitalOcean pour la rapidité de nos serveurs cloud", indique-t-il. Que les développeurs web de la chanteuse aient une confiance totale en la capacité de la start-up à bien gérer une telle charge (atteignant des millions de connexions par seconde à la sortie de l'album), en dit long.

Mais, il s'agit là seulement de la nouvelle étape d'un tourbillon qui a démarré deux ans auparavant lorsque les frères Uretsky ont rencontré Mitch Wainer sur Craigslist. "Nous nous sommes rencontrés sur Craigslist, mais ce n'était pas dans les petites annonces", affirme en riant le cofondateur et directeur marketing Mitch Wainer. "Ben et Moisey ont déposé une offre d'emploi et j'y ai répondu".

Le travail qu'exerçait alors Mitch Wainer dans une start-up était "sans avenir". Il n'avait pas d'actions, et il était à la recherche de nouvelles opportunités. Il avait reçu une offre d'une autre start-up à la mode basée à New York. Mais au lieu de se tourner vers cette dernière, il a décidé de jouer le tout pour le tout en devenant fondateur de DigitalOcean.

Le pari s'est avéré payant. DigitalOcean s'est fait une place dans l'incubateur américain TechStars en 2012 à Boulder, dans le Colorado, et l'équipe a construit un service de cloud qui est rapidement devenu incroyablement populaire. En moins de deux ans, principalement par le bouche à oreille, DigitalOcean est devenu la neuvième plus grande infrastructure de cloud au monde, d'après Netcraft, un site qui suit ces statistiques.

Les professionnels informatiques apprécient ce qu'ils appellent les "Droplets". C'est ainsi que l'entreprise baptise ses serveurs cloud. Les Droplets peuvent être mis en place en 55 secondes. Ils utilisent des disques de stockage flash SSD - c'est ce que l'équipe de Beyoncé apprécie notamment. Le coût est faible : 5 dollars par mois.

Aujourd'hui, DigitalOcean héberge environ 1,5 million de ces "droplets" et, d'après Netcraft", chaque mois elle déploie plus de serveurs que le cloud d'Amazon. Elle a 150 000 clients, et a aussi ouvert récemment un nouveau centre de données à Amsterdam.

En mars, DigitalOcean a empoché une importante levée de fonds de Série A, à hauteur de 35 millions de dollars, ce qui porte sa valeur estimée à 153 millions de dollars selon le fonds américain de capital-risque Andreessen Horowitz (la société a engrangé au total 37,2 millions de dollars). Et, contrairement à beaucoup de start-up du cloud de la Silicon Valley, DigitalOcean n'avait pas besoin de cet argent car, selon Mitch Wainer, elle fait déjà des bénéfices.

Ses fondateurs n'envisagent pas d'ailleurs d'utiliser l'investissement pour fonctionner à perte. "Nous nous développerons aussi vite que possible tant que nous serons au niveau d'équilibre. Dès l'instant où nous serons dans le rouge, nous ferons machine arrière. C'est juste que nous préférons gérer une entreprise qui fait du bénéfice. C'est une différence avec New York. Nous sommes des gens vrais, les pieds sur terre. Nous ne gérons pas un modèle commercial imaginaire", assure Mitch Wainer.


Article de Julie Bort. Traduction par Sylvie Ségui, JDN

Voir l'article original : These Guys Met On Craigslist And 2 Years Later Their Startup Raised $37 Million And Is Threatening Amazon

Serveurs / Amazon