Migration vers IPv6 : aussi urgente qu’indispensable !

Selon Google, 3 % de ses utilisateurs se servent actuellement du protocole Internet de nouvelle génération IPv6 mais ce chiffre devrait prochainement exploser. Les entreprises qui ne prépareront pas la transition d'IPv4 vers IPv6 vont au devant de quelques problèmes.

La croissance exponentielle de l’Internet des Objets exerce de fortes pressions sur le réseau et à court terme, tout terminal utilisant une adresse IP devra prendre en charge l’IPv6. La migration vers ce protocole est donc à la fois nécessaire et urgente. La région Asie-Pacifique a été la première à épuiser les adresses IPv4 et ce, dès 2011.
Dans leur étude intitulée « Create the right IPv6 road map for your organization », Neil Rickard et Andrew Lerner, deux analystes du cabinet Gartner, soulignent que d’ici 2015, les entreprises qui ne seront plus capables de communiquer avec le nombre croissant de terminaux connectés via l’IPv6 souffriront doublement : sur le plan financier et en termes de notoriété.
Les sociétés présentes sur Internet doivent sérieusement se demander comment intégrer la prise en charge de l’IPv6 dans leur environnement. En effet, de nombreuses entreprises implantées au Japon, en Asie du Sud-Est, en Europe, en Inde et en Amérique du Sud, utilisent exclusivement ce nouveau protocole.
De même, nombre de smartphones parmi les plus récents fonctionnent uniquement avec IPv6.
Parmi les principaux problèmes liés à son émergence, le protocole IPv6 n’est pas compatible avec son prédécesseur, l’IPv4, ce qui signifie que les deux protocoles ne peuvent communiquer entre eux !
En termes clairs, les réseaux IPv4 et IPv6 sont totalement distincts, et les données ne peuvent circuler de l’un à l’autre sans utiliser une technologie dédiée.
Mais la transition vers l’IPv6 est-elle aussi douloureuse que les analystes industriels et les experts de l’informatique le laissent entendre ? Quoi qu’il en soit, les entreprises n’ont d’autre choix que de prendre en charge ce protocole si elles veulent continuer à satisfaire les utilisateurs des protocoles IPv6 et IPv4.
Dans ce contexte, il est peut-être plus rassurant de redéfinir la prise en charge d’IPv6 comme une simple extension, et non comme une migration.
À ce titre, il convient de se demander « quand ? », « où? » et « comment ? » étendre la prise en charge d’IPv6 pour faire en sorte que les perturbations, les indisponibilités et les surcoûts au niveau de l’infrastructure soient aussi limités que possible.
  • La question « quand » est importante, car avant de passer à l’action, vous devez savoir si votre opérateur supporte IPv6. Si ce n’est pas le cas, il faudra en changer ! Une fois que le circuit existe, vous devrez demander, obtenir, puis allouer vos adresses IPv6. Sur le plan administratif, ce seul processus peut durer plusieurs mois, de sorte que vous devez prévoir un délai suffisant de temps pour le mener à bien.
  • Pour savoir « où ? » entamer la transition, il peut être judicieux de réaliser une étude de faisabilité, plutôt que de configurer immédiatement les serveurs de production pour IPv6. Une bonne raison de ne pas utiliser d’emblée le réseau de production est, évidemment, liée aux risques non quantifiables pour les services IPv4 existants et les problèmes de bande passante. Passer par l’étape « preuve de concept » permet d’atténuer les risques.
  • Se pose enfin la question du « comment ? », la plus simple à résoudre. Le datacenter doit être capable, sous la forme d’appareils proxy complets, de gérer intelligemment le trafic échangé entre les utilisateurs et les applications. Ces appareils doivent pouvoir visualiser toutes les interactions entre les clients et les serveurs, comprendre et gérer à la fois les requêtes IPv4 et IPv6, ou agir en tant que passerelle chargée de convertir les adresses de l’IPv4 vers l’IPv6, et vice versa.
Nombre de clients de F5 disposent déjà de ces capacités, dans la mesure où nos produits sont compatibles IPv6 en mode natif. C’est particulièrement utile pour visiter des sites Web à partir de terminaux fonctionnant uniquement sous IPv6.
IPv6 crée également un nouvel ensemble de clients. Un nouveau marché, très étendu et que les entreprises ne peuvent se permettre d’ignorer, est en train d’émerger à travers le monde.
Il est important d’établir rapidement une présence sur le réseau IPv6 et d’être en mesure de répondre à ses attentes.
Pour les très grandes entreprises, telles que les fournisseurs de contenus, les institutions financières et autres monstres du Web, le processus de prise en charge d’IPv6 sera naturellement plus complexe.
Les différences d’échelle amplifieront à elles seules les défis pour les contenus tierce partie.
Ces défis se posent parce que les grands comptes sont souvent très dépendants d’applications et de services extérieurs — gestion de la paie, facturation des abonnés, fourniture de contenus, gestion de la relation client (CRM), SaaS et autres services applicatifs externalisés.
Ces applications peuvent influer sur la façon (« comment ») et le moment (« quand ») où seront configurés et mis en œuvre d’autres éléments et processus : pare-feu, services d’optimisation TCP et WAN, mise en cache et compression. La logique métier nécessaire pour orchestrer toutes les pièces mobiles soulèvera à n’en pas douter des défis complexes pour ces entreprises.
La possibilité de s’appuyer sur un socle déjà compatible en mode natif avec le protocole IPv6 arme les entreprises pour la prochaine génération d’Internet, avec son arsenal de nouveaux services et une expérience utilisateur optimisée. Quant à elles, les entreprises IPv4 finiront, à terme, par devenir totalement invisibles pour les utilisateurs du protocole IPv6.

IPv6