Trop de Big Data, tue le Big Data, bienvenue dans l’ère du Smart Data !

Il y a peu, Google aimait à rappeler que si l’on numérisait toutes les communications et les écrits depuis l’aube de l’humanité jusqu’en 2003, il faudrait 5 milliards de gigabits pour les mettre en mémoire. Aujourd’hui ce volume d’informations numériques est produit en deux jours et ce rythme n’a de cesse de s’accélérer !

Dans les années 80, les « supercalculateurs vectoriels et massivement parallèles » (SMP) ont bouleversé la capacité des entreprises à traiter rapidement leurs données. Cray, SiliconGraphics, Fujitsu, Sun Microsystems, Bull, etc… étaient les superchampions toutes catégories dans le traitement accéléré des données. Grâce à leurs avancées technologiques et à des algorithmes toujours plus puissants, leurs supercalculateurs permettaient d’augmenter la pertinence des données allant aussi bien des probabilités boursières ou météorologiques aux informations liées à l’intelligence économique et à la surveillance du territoire en passant par le décryptage du génome ou la découverte d’une nouvelle molécule…
Dans ce flot de données vitales, les éditeurs de logiciels, également parfois constructeurs, ont très tôt compris que la manière de traiter, d’organiser et de stocker les données clients s’avèrerait également déterminant pour leur propre business.
Pour autant les départements marketings ne pouvaient que très rarement accéder à la puissance de calcul de tels outils pour des raisons évidentes de coûts et de facilité d’usage.

Mais la donne a changé !

Aujourd’hui, le Big Data est pour les responsables marketing à la fois une incroyable source de données sur les consommateurs et, dans le même temps, un incroyable challenge à relever. Les stratégies de marketing « digitales » prennent désormais en compte textes, conversations, comportements, etc. dans un environnement ou le volume de ces informations à traiter croissent de façon exponentielle. Il serait donc totalement illusoire de s’imaginer gérer l’intégralité de ces données. et L’enjeu du marketing digital est donc désormais la gestion intelligente du Big Data afin d’identifier, de classer et d’exploiter les informations consommateur significatives permettant aux professionnels du marketing de mettre en place des stratégies répondant réellement aux besoins identifiés. Bye, bye Big Data, hello Smart Data !
Le Smart Data est le processus qui permet de passer des données brutes à des informations ultra qualifiées sur chacun des consommateurs. L’objectif est d’avoir une vision à 360° des clients, reposant sur des informations collectées à travers des mécanismes marketing adaptés, qu’ils soient classiques ou innovants (jeux concours, réseaux sociaux, achats lors des passages en caisse, utilisation des applications mobiles, géolocalisation, etc.).
Pour y parvenir, les entreprises se dotent de plates-formes marketing cross-canal capables de stocker et d’analyser chaque information afin de « pousser » le bon message au meilleur moment pour chaque consommateur. L’objectif final est non seulement de séduire de nouveaux clients mais surtout d’augmenter leur satisfaction et leur fidélité en anticipant leurs éventuels besoins.
Cela signifie, entre autres, instaurer un véritable dialogue avec chacun de ses clients et mesurer efficacement les performances marketing et commerciales de la marque.
Cibler de manière fine selon plusieurs critères tout en respectant les préférences clients, gérer la personnalisation, la pertinence et la cohérence des messages cross canal délivrés par e-mail, courrier, web et call center sont devenus des impératifs que le Smart Data permet enfin de tacler de façon efficace.
Oublions le "Big" et focussons-nous sur le "Smart" car la pertinence des stratégies marketing dépendra toujours de la qualité des données clients.

Google / Réseaux sociaux