Le SEO en 2015 : toujours plus de concurrents, mais, toujours aussi peu de places sur le podium !

Ici et là, on trouve presque toujours les mêmes informations sur le SEO, les mêmes prédictions. Pour être visible faîtes ci, faîte ça, faîtes appel à un expert. Mais quid de la concurrence en matière de référencement...

Les réflexions sur le SEO en 2015 fleurissent un peu de partout sur le Web. Cependant, ici et là, on trouve presque toujours les mêmes informations, les mêmes prédictions pour l’avenir. Pour être visible faîtes ci, faîte ça, faîtes appel à un expert et j’en passe des vertes et des pas mures.

Nous allons donc laisser cette partie à ces experts, s’il en est, du SEO et aller investiguer ailleurs, sur un segment bien moins traité du référencement naturel, son environnement.

Lexique et thème abordé dans l’article

Avis aux lecteurs tombés ici un peu par hasard, les « SERPs » sont les résultats que votre moteur de recherche vous renvoie suite à votre requête, demande de résultats correspondant à l’ensemble des mots saisis dans le champ de recherche.

Notons aussi que « SEO » peut désigner plusieurs choses selon le contexte et les abus de langage de certaines personnes. Ainsi, le Search Engine Optimization est l’expression anglaise signifiant « optimisation du référencement naturel ». Mais, c’est aussi un terme communément utilisé pour désigner le métier de « référenceur naturel » ou encore « rankeur ».

Avis aux lecteurs n’étant pas arrivé par hasard, nous ne traiterons pas ou alors très peu les aspects techniques du référencement naturel en 2015. Nous nous focalisons ici sur la seconde partie du titre. Si c’est l’aspect technique qui vous intéresse… à vous de voir !

Des chiffres toujours des chiffres

Comme disent nombre de personnes d’âges avancés, « mon petit, lire et écrire c’est bien, mais, savoir compter te servira toujours plus dans la vie ! »…

Quand on prend en considération que, dans la majorité des cas, le premier SERP accumule 33% des clics, que les 3 premiers comptabilisent 62% des clics et que le top 10 totalise 91% des clics, on comprend tout l’intérêt d’être en haut de la pile.

Pour donner plus de poids et de sens à ces chiffres, il est important d’ajouter qu’entre 30% et 50% du trafic d’un site pourrait venir du SEO. Attention, ce chiffre est tout de même à prendre avec des pincettes, selon le secteur, la stratégie de communication de l’entreprise et bien d’autres facteurs ce pourcentage peut énormément varier.

Concernant le pourcentage d’entreprise pratiquant le SEO, il est très difficile de trouver des chiffres. Une étude fait état de 92%, mais c’est un chiffre peu probable qui correspond plus au nombre d’entreprises présentes sur le Web. Une chose est sure, l’investissement dans des outils SEO est en forte croissance ce qui annonce que de plus en plus d’acteurs rejoignent cette terre source des plus belles promesses qu’est le SEO.

Le SEO, la nouvelle mode de la présence sur le Web

C’est clair comme de l’eau de roche, tout le monde veut sa petite place dorée en haut des SERPs sur une plusieurs requêtes. Notons que l’expression « tout le monde » englobe les personnes physiques, les personnes morales et bien entendu tout ce qui a une valeur marchande ou non. En bref, une infinité de « mondes » veut sa place au soleil.

Dans le meilleur des mondes, cela serait possible puisqu’on peut imaginer une infinité de requêtes. Sauf que, dans les faits, on se retrouve souvent à vouloir la même requête que notre voisin qui lui-même veut la même requête que son voisin, etc.

Le résultat est sans appel, nous sommes beaucoup trop de concurrents, mais le podium n’est, à ce jour, pas extensible. Bah oui, après tout, la présentation des SERPs par les moteurs de recherche pourrait, ou pas d’ailleurs, évoluer un jour et donc avoir une ergonomie permettant de réduire l’écart du taux de clic !

Pour aborder, très brièvement, ce nouvel effet de mode autour du SEO, nous citerons notamment les causes suivantes :
  • les nombreuses mises à jour de Google allant dans ce sens.
  • La montée des prix des annonces publicitaires payantes ainsi que la saturation des internautes des pubs trop souvent intrusives.
  • La baisse du trafic que génèrent les réseaux sociaux due à l’explosion des partages sur les plateformes sociales.

S’adapter ou disparaître, telle est la loi du référencement !

Si les réseaux sociaux ne sont plus capables de fournir un trafic important vers un site et que la publicité rencontre un peu le même problème alors, il faut bien se tourner vers une autre méthode d’acquisition. Cette méthode qui n’est pas encore totalement saturée et qui est de plus en plus « user friendly » c’est justement le SEO.

Cependant, comme il est écrit dans le titre, aujourd’hui, il y a toujours plus de concurrents, mais, toujours aussi peu de places sur le podium. C’est bien la triste réalité. C’est déjà le cas aujourd’hui, et ça le sera encore plus dans l’avenir, il faut s’adapter ou alors disparaître.

Pour illustrer un peu ces propos, voici un proverbe de référenceur : « Le meilleur endroit pour cacher un corps, c’est la deuxième page de Google » !

De l’importance de monitorer son SEO naît la qualité de celui-ci !

Pour mener à bien une stratégie de référencement naturel, il est important de bien étudier l’environnement dans lequel on évolue. En effet, s’il y a déjà beaucoup de concurrents en place, il va être difficile, dans un premier temps, d’aller les déloger du trône sur lequel ils siègent.

Ne perdez pas tout espoir pour autant, le temps et la qualité de votre travail peuvent vous faire prendre la très prisée première place. Mais, les résultats ne sont pas instantanés. En fait, le référencement naturel de qualité c’est comme le bon vin, il se bonifie avec l’âge !!

Donc, pour arriver à bonifier son référencement, il faut avoir une idée assez précise de qui sont nos concurrents, comment est leur référencement, comment est le nôtre, quelles sont les choses que nous pouvons améliorer, quelles pages ont le plus de visites, etc.

Eh bien, pour faire cela il existe plusieurs outils. Mais, le problème est que dans les faits, il faut un outil différent pour chaque critère évoqué au-dessus.

Humanisons notre SEO pour plus de visibilité

Nous ne sommes pas loin de la fin de ce long monologue, nous souhaitons juste aborder une autre dimension du SEO en 2015 avant de vous quitter, l’expérience utilisateur.

En effet, aujourd’hui, un bon référenceur est avant tout une personne qui cherche les questions que se posent les internautes et les réponses qu’ils attendent. C’est à partir de cela et donc de la réponse que l’internaute attend à cette même question qu’il faille bâtir une stratégie de référencement naturel. En fait, le SEO en 2015 c’est de la psychologie et beaucoup de bon sens !!

Petit problème, nous sommes nombreux à avoir au-dessus de nous des gens qui ne raisonnent que par les chiffres. Difficile de leur faire comprendre qu’une bonne visibilité va très rapidement passer par une humanisation du référencement.

Alors, de la place et des visiteurs pour tous, utopie ou réalité ?

C’est toujours intéressant de finir par une réflexion contrastée. Donc, on peut dire que oui, il y a de la place pour tout le monde dans les SERPs mais aussi que, toutes les places n’ont pas la même valeur !

Mais bon, nous vivons dans un monde capitaliste alors pourquoi le SEO n’hériterait pas des qualités, mais aussi des défauts de celui-ci !?

On ne va pas se quitter sans une petite devinette, just for fun, quel est le film préféré de tous les référenceurs ? (La réponse est « les » + le 7e mot du titre de cette partie…)

Autour du même sujet