La Business Intelligence au service des PME

Avec une croissance annuelle d’environ 7% selon Gartner, le marché des solutions de business intelligence se porte plutôt bien. Une bonne forme due en grande partie au développement des offres à destination des entreprises de moins de 500 salariés.

Initialement réservées à quelques membres des directions générales et financières de grands groupes, les applications décisionnelles se sont progressivement démocratisées et sont aujourd’hui accessibles aux différents services de nombreuses PME, de la logistique au marketing. Quels sont les besoins particuliers de ces sociétés à taille humaine et comment les éditeurs s’y sont-ils adaptées ?

La donnée : nouveau facteur de compétitivité

Il y a 20 ans,  on considérait que les entreprises de taille moyenne n’avaient pas besoin d’outils d’analyse, qu’un simple tableur suffisait. Depuis, la quantité de données produites par les entreprises a explosé et leur exploitation face à des prises  de décisions quotidiennes représente aujourd’hui un avantage compétitif décisif. Cet état de fait concerne aussi bien les PME qui cherchent à pérenniser leur activité sur un marché que les grands groupes fortement implantés. A tel point que dans des secteurs hyperconcurrentiels, tels que le commerce en ligne, l’exploitation intelligente des données est à la base de la stratégie de nombreux acteurs, petits et grands.

Coût et complexité des solutions traditionnelles

Mais pour répondre aux besoins de cette nouvelle clientèle, les éditeurs ont du s’adapter et éliminer les deux obstacles majeurs à l’acquisition d’une application d’informatique décisionnelle par une PME : la complexité et le coût. Pendant longtemps, le déploiement d’une solution de Business Intelligence a en effet été synonyme de lourds investissements et d’acquisitions de savoir-faire de pointe. Ces savoir-faire étaient l’apanage d’experts tandis que les différents services restaient bien souvent dépendants de la Direction des Systèmes d’Information. Autant de lourdeurs organisationnelles et financières inenvisageables pour des entreprises de taille modérée.

La démocratisation par la simplification

Les nouveaux outils développés sont eux simples d’usage et ergonomiques. La présentation et la sélection des données y sont rendues plus intuitives par des infographies et une recherche en langage naturel. Les utilisateurs sont autonomes et peuvent créer eux-mêmes de nouveaux indicateurs et tableaux de bord en fonction de leurs besoins. Des fonctions de partage direct entre tous les supports, via un simple navigateur, facilitent la collaboration et la mobilité. Le déploiement de la solution est lui aussi devenu beaucoup moins complexe notamment grâce au développement du cloud et des solutions SaaS (Software as a Service) en particulier. Ce besoin de simplicité exprimé par les PME est tel qu’il explique en grande partie l’échec des solutions open source, pourtant gratuites, sur ce segment. 

La baisse des prix de ces solutions est liée à l’arrivée sur le marché de nombreux éditeurs internationaux mais aussi au développement d’offres “progicialisées”, qui viennent compléter des ERP déjà installés. Ces solutions sont souvent “prêtes à l’emploi”, c’est à dire qu’elles requièrent un minimum de paramétrage et de formation des équipes, allégeant d’autant le budget total du projet. Le développement du cloud n’est lui non plus pas étranger à ce phénomène : l’hébergement de la solution dans des serveurs distants permet de réduire considérablement les frais de gestion et de maintenance du matériel.

La démocratisation de la business intelligence s’est opérée par un double mouvement de simplification des applications et de baisse des prix. Cette tendance est une chance pour les PME qui, quels que soient leurs moyens, peuvent désormais tirer parti de leurs données et en faire le matériau privilégié de leur croissance.

ERP / SaaS