Cloud et analyse Big Data : un nouveau souffle pour les applications analytiques

Le Cloud entre dans toutes les entreprises, par tous les besoins métiers et systèmes applicatifs. Les systèmes analytiques ne font pas exception et y gagnent même en agilité et en pertinence.

Où la lourdeur des architectures freine l’agilité des systèmes décisionnels

Les systèmes décisionnels ont toujours eu un statut particulier au sein de l’entreprise :

  • Dépositaires d’informations stratégiques sur un très large périmètre
  • Au bout de la nuit batch (le temps nécessaire à la collecte et au traitement d’informations hétérogènes)
  • et donc, par nature, en décalage avec la réalité de l’entreprise (J+1, J+7 voire M+1 !)

C’est le fardeau que portent ces systèmes : ils se doivent d’être exhaustifs, de traiter des informations issues de systèmes différents (donc de formats et langages différents), de donner une vision globale de l’activité mais nécessitent traditionnellement :

Une organisation interne adaptée,
  • Une architecture logicielle et une infrastructure complexes
  • Des cycles d’investissements à long terme (la plupart des systèmes décisionnels d’entreprise ne peuvent être amortis sur moins de 5 à 7 ans)
  • Ils se proposent donc d’aider à la prise de décision tout en “verrouillant” la capacité à produire les indicateurs clés (KPIs) et tableaux de bord à un instant T dans un cadre à la durée de vie (trop) longue pour l’économie actuelle.

Où le Cloud favorise l’innovation - du décisionnel au prédictif

Une des grandes révolutions du Cloud (associée à l’Open Source) est de rendre marginal l’investissement sur l’infrastructure et les coûts logiciels, tant au démarrage que dans l’exploitation.

Il est désormais beaucoup plus simple de développer de petites applications ciblées sur un problème particulier, et qui sont en mesure d’apporter une information critique à un point précis de l’entreprise.

Le “jetable” devient acceptable, et il est possible de prendre plus de risques, tant que l’ensemble favorise l’innovation et de meilleures prises de décision.

C’est un changement de paradigme qui, partant d’une vision globale et exhaustive, permet, encourage et favorise des approches concentrées sur la valeur métier.

Le développement de ces applications dédiées permet de coller au plus proche du processus opérationnel et donc d’aider concrètement les équipes métier dans leurs besoins quotidiens. C’est également la voie vers un ROI beaucoup plus important et délivré plus rapidement.

En faisant redescendre une part du décisionnel sur le terrain, on allège également les contraintes sur la couche haute du décisionnel, celle dont l’objectif reste d’obtenir une vision exhaustive de l’organisation.

Ce passage d’une vision monolithique du SI décisionnel à une implémentation éclatée en constellation permet aussi de choisir pour chacune des applications des outils qui offriront une plus grande flexibilité sur leur périmètre local, et donc de s’intégrer mieux encore dans leur environnement : pour la logistique, la même application donnera la vision de la chaîne d’approvisionnement et se connectera aux systèmes de prises de commandes pour anticiper les ruptures de flux ; pour un département CRM, c’est l’outil décisionnel qui pourra gérer de façon intégrée la remontée des données, les segmentations client mais aussi les fonctionnalités de marketing prédictif et la gestion automatisée des campagnes et de leurs retours.

A travers le décisionnel, c’est ainsi une transformation plus profonde du SI à laquelle il faut se préparer, dans laquelle l’architecture n’est plus tirée par des fonctions applicatives mais bien par les besoins concrets du métier.

Le Cloud va nous permettre de mieux servir les enjeux de l’entreprise, en étant plus concret et plus réactif. Mais à la condition d’accepter cette transformation : en procédant par cycles courts, le changement sera progressif et permettra de privilégier les initiatives à grande valeur ajoutée.

N’attendez plus !

Innovation / Big Data