5 conseils pour attirer et garder les meilleurs développeurs en start-up

En novembre 2014, une grande enseigne d’ameublement passée au E-Commerce il y a quelques années nous approche pour savoir si nous avons des conseils pour attirer les meilleurs développeurs et bâtir un environnement "developer friendly". Cette question est pour nous l’occasion de prendre du recul sur ce que nous constatons chaque semaine sur breaz.io depuis maintenant un peu plus de 8 mois.

Breaz.io est une place de marché sélective qui met en relation des talents (développeurs, data scientist, sales, etc.) avec plus de 250 entreprises tech (Blablacar, Dashlane, Tinyclues, etc.). Après plus de 900 demandes d’entretien acceptées sur breaz.io, nous souhaitons aujourd’hui partager nos retours. À ces retours s’additionne ma propre expérience à PAYMILL (solution de paiement s’appuyant sur une REST API) que j’avais rejoint à ses débuts. En à peine un an, l’équipe tech était passée de quelques développeurs à plus d’une trentaine. J’ai pu analyser et apprécier l’impact de cette évolution sur la culture de l’entreprise et son organisation.

Challenge

Il ne fait aucun doute que les challenges techniques proposés sont incontestablement l’un des éléments les plus importants dans la construction d’une marque developer-friendly. Tant par la stack technique utilisée que par les méthodes de management appliquées. Inutile de dire qu’une startup ouverte aux nouvelles technologies (Ruby, Go, Python, etc.) et frameworks (Node.js, AngularJS, etc.) aura d’emblée une image avant gardiste souvent attractive pour les jeunes talents souhaitant évoluer sur ces nouveautés.  Il est bien évidemment difficilement concevable d’appliquer de façon discontinue toutes ces tendances à son entreprise mais il est parfaitement possible de soutenir et encourager la curiosité de son équipe technique. Que ce soit en offrant des tickets pour des événements qui les intéressent (dotConferences, APIDays, Devoxx, etc.), en leur permettant de se libérer plus tôt le soir pour se rendre à des meetups ou tout simplement en co-organisant certains de ces meetups.

A l’instar d’une startup comme Mailjet dont il est difficile de passer à côté lorsque vous vous rendez à des meetups, nourrir cette passion et le faire savoir vous permettra de développer à la fois un réel sentiment d’appartenance au sein de votre équipe et une forte image de marque dans l’écosystème. Dans une startup, les développeurs sont bien souvent vos meilleurs ambassadeurs. “Les développeurs constituent une audience à part entière, exigente mais toujours prête à s’impliquer. Animer cette relation avec eux est pour nous essentiel afin de s’assurer que notre produit répond à leurs besoins et suit les tendances du marché” - Arnaud Breton, responsable des relations développeurs chez Mailjet.

Culture

Pour pouvoir prétendre accorder toute son importance aux challenges techniques, encore faut-il prouver qu’ils soient compris et considérés par l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise. Nous avons à cet égard été frappés par la startup Snips qui a invité plusieurs candidats encore en plein processus de recrutement à venir un soir faire connaissance avec toute l’équipe autour de bières et pizzas. Les retours des candidats ont été excessivement positifs et cette initiative a largement contribué à leur enthousiasme quant à la suite du processus.

L’organisation d’événements permettant de rompre avec le daily business comme des soirées type innovation meetings ouvertes à tous où tout le monde peut y présenter des idées, les avancées sur un projet, etc. contribuent à développer la culture d’une entreprise tech.

Le cadre de travail a également son importance mais il doit en être la résultante d’un état d’esprit plus qu’un cadre factice apposé sur le lieu de travail. L’ensemble de l’équipe doit pouvoir s’approprier son lieu de travail et comme bien souvent dans les startups, ce sont les développeurs qui sont de loin les plus impliqués dans la « customisation » du bureau. Il est donc important de les inclure autant que possible dans la conception de leur bureau.
Par ailleurs, la reconnaissance qu’il convient d’accorder à son équipe tech passe aussi par le choix du matériel (Mac/PC et OS) proposé ainsi que certains avantages (perks) comme des abonnements deezer ou spotify, un casque audio, etc. Nous avons d’ailleurs décidé de rendre le champ « Perks & Office » obligatoire lors de la complétion des profils pour les entreprises sur
breaz.
Une autre facette de la culture d’une startup tech réside dans sa capacité à produire de l’open-source. Que ce soit directement lié au core business ou pour des side projects, dévoiler et partager certains travaux permet de se démarquer et d’exposer combien la recherche est au coeur des préoccupations de l’entreprise. Quelques exemples :
Email Controlled Christmas Tree (Mailjet), Christmas Gifthub : awesome autocomplete (Algolia). 

Flexibilité

Sans entrer dans un débat houleux sur le travail en remote, la notion de flexibilité prend une dimension toute particulière lorsqu’il s’agit de l’équipe tech. Accepter des horaires flexibles pour les développeurs en startup a ceci de nécessaire qu’il convient de s’adapter à un rythme de travail souvent différent des autres salariés qui dépendent des business hours. Attirer et garder les meilleurs développeurs en leur imposant des horaires de bureaux stricts sans pouvoir justifier cette astreinte par une méthodologie de travail adaptée peut être une opération délicate pour une jeune startup.  

Au-delà de la flexibilité, nous constatons que certaines startups comme Kontest insistent sur l’importance qu’elles accordent au work-life balance dès les premiers échangent avec les candidats. Il est toujours bon de rappeler cette notion qui est souvent négligée en startups (pour des raisons évidentes) ou du moins de montrer qu’un visage humain se cache aussi derrière l’ambition d’un projet. Sylvain Weber, CEO et co-fondateur de Kontest, explique à ce sujet : “Nous avons organisé une semaine du bien-être en début d'année avec échanges de bonnes pratiques de travail : test de travail debout, méditation, sieste, optimisation du sommeil, rythme de pause (pomodoro) etc. A partir du moment où les collaborateurs saisissent que leur santé mental et leur équilibre de vie sont essentiels à leur épanouissement professionnel et à leur créativité, tout change. Tout est intimement lié et je suis toujours surpris que peu de managers s'en rendent compte.”

Salaire

Tout le monde sait combien il est difficile de recruter les meilleurs développeurs. Pourtant, contrairement à ce que croient beaucoup d'entreprises, les développeurs sont loin d’être à acheter. D’ailleurs très probablement bien moins que certains profils purement commerciaux.

Nous voyons régulièrement circuler des « études » sur les salaires du marché réalisées par des cabinets de recrutement. Si ces études ont leur importance, elles ne sont selon nous qu’une photographie imparfaite de la réalité du marché et nombreux sont ceux qui leur accordent trop d'importance.  Le salaire est loin d’être la composante principale dans la prise de décision de quelqu’un de passionné. Il y a évidemment des exceptions et des bases de salaire liées à l’évolution du marché qu’il convient d’accepter mais nous constatons chaque semaine sur breaz.io que moins d’un cinquième des propositions d’entretien refusées le sont en raison du salaire.

Dans la mesure du possible, il est également important que le salaire proposé ne soit pas figé dès le début du processus d’entretien avec un candidat. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous demandons à nos clients d’indiquer aux candidats sélectionnés le montant au-dessus duquel ils sont prêts à les rémunérer. Une fois la demande d’entretien acceptée, cela permet aux deux partis de s’assurer que le salaire ne sera pas un frein dans leurs échanges.
La question de l’importance de l’equity (actionnariat salarié) pour les développeurs nous est régulièrement posée par nos clients. Il est difficile de répondre à cette question tant il y a de paramètres (taille de l’entreprise, salaire, perspectives de croissance etc.) à prendre en compte mais nous avons comparé le taux d’acceptation des demandes proposants de l’equity à celles qui n’en contiennent pas. Il en ressort que la probabilité de voir sa proposition acceptée n’augmente que de 10% lorsqu’elle contient de l’equity.

Au-delà de l’equity, nous constatons que certaines startups comme Algolia ont à cet égard parfaitement compris qu’un intéressement commun sur une partie du chiffre d’affaires réalisé (en plus d’une rémunération cohérente) permet d'attirer et retenir les meilleurs talents. Ce point nous amène au suivant, celui de la transparence vis à vis de ses futurs employés.

Transparence

J’ai admiré chez PAYMILL la capacité de l’équipe dirigeante à inclure tous les salariés dans les prises de décision et à faire circuler intelligemment les informations les plus importantes. Notamment pour les nouveaux employés tout juste arrivés. Nous avons pu constater sur breaz.io combien il est important d’être transparent sur son activité dès la phase d’entretien. Il faut avoir conscience que refuser de répondre à des questions sur ses chiffres clés pour des raisons de confidentialité n’inspirera jamais confiance, or c’est précisément la confiance du candidat qu’il faut gagner pendant cette phase. De la même manière que de chercher à gonfler ses prévisions ou décupler son ambition pour faire adhérer un développeur à son projet en refroidira plus d’un. Lorsque l’on attend d’un candidat qu’il se dévoile, il est logiquement attendu qu’il en soit de même pour l’entreprise. N’oubliez jamais que nous sommes dans un écosystème restreint où les informations circulent vite. Il en va là de l’image de marque de l’entreprise. Contrairement à ce que croient de nombreux profils business l’équipe technique est tout autant attachée que les autres départements aux résultats de l’entreprise.

En plus de la transparence sur les « key metrics » et l’activité de l’entreprise, il est primordial de permettre aux développeurs de pouvoir accéder et exploiter l’information/data librement. Ce n’est qu'en leur accordant cette confiance qu’ils pourront se sentir à bord et pas simplement exécutants.

Autour du même sujet