Gaël Duval (French Touch Conference) "La French Touch Conference fera rayonner l'écosystème français aux Etats-Unis"

L'entrepreneur organise la French Touch Conference, qui se tiendra à New York les 26 et 27 juin prochain. Objectif : mettre un coup de projecteur sur les talents français de la scène Tech.

portrait duval gael def vweb copie
Gaël Duval, CEO de Jechange.fr et organisateur de la French Touch Conference. © S. de P. French Touch Conference

JDN. D'où vous est-venue l'idée de lancer la French Touch Conference ?

Gaël Duval. Tout est parti de l'affaire Dailymotion. La French Touch Conference vient d'une volonté d'arrêter d'être les rois de l'auto-bashing. Je me suis dit qu'il fallait commencer à mettre en avant la French Tech telle qu'elle est vraiment et aller à l'encontre des clichés. Nous devons mettre en exergue nos entrepreneurs de talents et nos belles sociétés, mais aussi la diaspora française de la Tech : partout dans le monde, les Français cartonnent dans les secteurs disruptifs ! L'idée d'une French Touch Conference dédiée à l'innovation et la Tech française a immédiatement reçu un accueil très positif de la part de Fleur Pellerin, qui a justement mis en place un budget de 15 millions d'euros pour promouvoir la French Tech. Le projet a ensuite vite décollé parce que l'attente de la communauté était très forte. L'une des volontés est de pousser vers l'affirmation de leaders mondiaux. On a réussi à en générer dans tous les secteurs (le luxe, l'automobile, l'aéronautique avec Airbus, l'agroalimentaire avec Danone...). Il faut que tout soit mis en place pour faire émerger les leaders de demain dans le secteur Tech. C'est un enjeu majeur car il y a peu de places sur ce marché.

 

Comment s'organisera la conférence ?

Elle sera composée de trois axes. D'abord, des keynotes et débats avec des personnes emblématiques de l'écosystème new-yorkais (Michael Rubenstein, président d'Appnexus, Lorne Brown, d'Operative.com, le top des VC new-yorkais comme Matt Turck de FirstMark Capital...), mais aussi des Français qui réussissent aux Etats-Unis. Ensuite, un double concours de start-up françaises, avec d'un côté des sociétés très early stage, et de l'autre des start-up déjà développées en Europe mais qui se lancent aux Etats-Unis pour y devenir les prochains Criteo. Enfin, cinq ou six sociétés américaines seront sélectionnées pour bénéficier d'une présentation de notre écosystème : un "French Tech tour" .

 

Quels seront les temps forts ?

300 personnes sont attendues, essentiellement des américains et la communauté des entrepreneurs français de New York. Le but est de faire rayonner l'écosystème français auprès des américains. Le patron de Quirky nous parlera de son projet : la société new-yorkaise conçoit, fait fabriquer et distribue des produits dont l'idée a été soumise par les internautes, et a récemment levé 79 millions de dollars [En novembre 2013, ndlr]. Elle a de forts liens avec la France, puisqu'elle a signé un partenariat avec Auchan. Un panel de VC discutera des approches françaises et américaines en termes d'investissements, avec l'un des patrons de Union Square Ventures, Marie Ekeland, d'Elaia Partners, et Jean-David Chamboredon, d'Isai. Air France présentera son nouvel avion connecté, qui sera l'une des innovations les plus importantes dans le secteur de l'aéronautique. Eric Carreel annoncera le nouveau produit de Withings. Axelle Lemaire et Fleur Pellerin seront également présentes pour lancer le concours de start-up et inaugurer la conférence. Antoine Denois, directeur du digital d'Axa [Sponsor principal de l'événement, ndlr] discutera marketing digital et marque avec Jean-Philippe Maheu, de Twitter, et Stephan Dietrich, d'Adobe. Renaud Laplanche, patron de Lending Club, racontera aussi comment il a réussi à révolutionner le prêt d'argent entre particuliers.

 

En ligne de mire, d'autres conférences, d'autres villes ?

Exactement : on commence à New York, mais l'objectif est de réitérer à Sao Paulo, à Pékin, à San Francisco... L'idée est de lancer une conférence dans tous les pays où la Tech française doit rayonner et se positionner de manière importante.

 

Gaël Duval est un pionnier du net et un serial entrepreneur du digital depuis 1995 et soutient en tant que business angel plus d'une quinzaine de start-ups du digital telles que 24h00, Adictiz, Carnet de mode, Ykone, DeRemate, OLX, Roomorama et WebHelp. Il est le fondateur et président de JeChange.fr, le premier comparateur de prix dédié à la réduction des factures courantes telles que les télécoms, l'énergie, et les assurances. Auparavant, Gaël Duval a fondé puis revendu avec succès plusieurs entreprises: Alpaga (agence de marketing en ligne) en 2000, fusionnée avec BLL pour créer B2L/bbdo (Omnicom group). Il est aussi le fondateur de Kangaroo Village, incubateur de start-ups, et de Nextedia, revendu à Lagardère en 2007. Gaël Duval a aussi cofondé l'association France Digitale.

Autour du même sujet