Le Wagon démystifie l'apprentissage du code chez les entrepreneurs

Le Wagon apprentissage code entrepreneurs Le programme de neuf semaines promet aux entrepreneurs de leur faire acquérir une autonomie technique.

Un entrepreneur Web doit-il savoir coder ? C'est en tout cas ce que pensent Romain et Boris Paillard. Les deux frères ont créé, en janvier dernier, un programme accéléré d'apprentissage de la programmation baptisé "Le Wagon", qui fait fureur auprès des jeunes start-uppers parisiens. Les deux sessions parisiennes débutant en octobre sont complètes, et celle qui commencera en janvier 2015 ne devrait pas tarder à l'être. Le Wagon lancera également, pour la première fois, une session à Bruxelles le 12 janvier.

Inspiré du Dev Bootcamp américain, Le Wagon consiste en neuf semaines de cours à temps plein, de 9 h à 19h, avec des classes théoriques, des projets, des séances de soutiens et, le soir, des meet-ups, diners, événements, du mentoring ou des masterclasses. Y sont intervenus, par exemple, Renaud Visage, fondateur et CTO d'Eventbrite, Florent Steiner, fondateur d'Adopteunmec.com, Jean-Baptiste Kempf, fondateur de VLC, Romain Niccoli, CTO de Criteo, Ludovic Le Moan, CEO de Sigfox.... Installé au deuxième étage de l'accélérateur The Family, Le Wagon compte 8 professeurs, tous entrepreneurs Web (Le Wagon cite Taster's club, Sylights ou encore Txto) et 12 mentors. Le prix du programme : 3 900 euros.

"Autonomie technique et nouveau mindset"

L'objectif n'est pas forcément de faire des participants des codeurs expérimentés, mais au moins de leur faire acquérir une certaine "autonomie technique", et surtout un "nouveau mindset" : en d'autres termes, en découvrant le code, les entrepreneurs pourront "penser comme un développeur" et acquérir un nouveau point de vue sur les problématiques de leur start-up. La promesse du Wagon : les aider à apprendre dix fois plus vite qu'en étant livré à eux-même, en se plongeant dans un écosystème entièrement dédié... Et en bénéficiant de savoirs divers : "le set-up d'un codeur, les bonnes pratiques de développement web, les techniques de modélisation d'une architecture logicielle, d'une base de données".

De plus en plus d'entrepreneurs se laissent prendre au jeu. Développer des compétences en code leur permet en effet de mieux comprendre les enjeux de leur start-up, les aide à évaluer la charge de travail de leurs développeurs, à les manager, leur facilite les recrutements... Et leur permet d'être plus crédible aux yeux de potentiels investisseurs.

Devenir développeur Junior dans une start-up Web

Le Wagon assure que sa formation peut aussi permettre de former de bons développeurs, et que les alumni peuvent même prétendre décrocher un poste de développeur Junior dans une start-up Web. "Vous aurez acquis la compétence de développeur web Ruby on Rails. Cela veut dire que vous serez capable de prototyper rapidement vos idées en créant de manière autonome un site web. Vous saurez comment permettre à vous utilisateurs de s'inscrire sur votre site, ajouter un back-office d'administration, accepter du paiement, envoyer des emails automatiquement, (...) mettre en production rapidement."

Le Wagon compte déjà 80 alumni, dont sept anciens ont ont depuis créé leur start-up. A l'image de Kudoz, application d'aide à la recherche d'emploi, dont le cofondateur Olivier Xu a participé à la toute première session du Wagon, en janvier 2014. "Sans le Wagon, Kudoz n'aurait jamais vu le jour ou serait bien moins avancé aujourd'hui, raconte-t-il. Comme beaucoup d'entrepreneurs sans formation technique, j'ai eu beaucoup de mal à trouver de bons développeurs au début de mon projet. Prendre part au Wagon m'a permis en deux mois de lancer moi-même une première version de Kudoz et d'attirer des talents grâce à un produit et non plus seulement une idée. Aujourd'hui, trois développeurs travaillent avec nous et même si je code beaucoup moins au quotidien, cela me permet de les manager intelligemment."

Développer pour éviter de faire appel à un tiers

Même son de cloche du côté de Mélanie Navarro, ancienne chef de projet Web qui a intégré le Wagon pour développer la version béta du site Mavillejetaide.org, qui permet de géolocaliser les actions solidaires et sociales de son quartier. La formation a "dépassé ses espérances" de Mélanie en lui apprenant les bases du développement en Ruby et en lui apprenant à "chercher l'information afin de pouvoir se débrouiller seule une fois la formation terminée". "Etant la plus "geek" de l'équipe du projet "Paris je t'aide", raconte-t-elle, je souhaitais personnellement prendre en charge la partie développement de la plateforme. Apprendre à développer pour pouvoir rapidement créer, tester, modifier le site sans avoir à passer par une agence ou payer un développeur ressource particulièrement cher."

Un aspect auquel les investisseurs accordent beaucoup d'importance. "Les qualités les plus importantes d'un fondateur de start-up sont ses connaissances techniques et sa vision du produit, analyse Marc Oiknine, partner à Alpha Capital Partners et conseiller en levées de fonds. Ce n'est que quand l'entreprise devient plus mature que les qualités managériales du CEO prennent le dessus. Au début, il doit défendre son produit auprès des premiers clients, et il est plus convaincant quand il le connaît comme sa poche et sait coder. Connaître la programmation l'aidera aussi à attirer ses salariés techniques, à les comprendre. Sans oublier qu'une start-up qui démarre ne peut pas se permettre de payer des tiers : le fondateur doit pouvoir affiner son produit rapidement, sans aide extérieure. Les entrepreneurs qui n'ont pas de connaissances techniques mettent un temps fou à accoucher du produit parce qu'ils dépendent de tiers."

Meetups gratuits

Le Wagon organise désormais également des meetups gratuits, workshops aux sujets divers (front-end, dataviz, analytics, Ruby on Rails, produit...) pour permettre aux entrepreneurs de s'initier aux problématiques que le programme aborde. En septembre, le Wagon a même lancé un concept tout particulier : une session "Code and surf" de deux semaines de formation et de perfectionnement... au code et au surf. A Soustons, pendant 15 jours, dans une "Surf Guest House" privatisée, 16 entrepreneurs novices ou déjà initiés ont alterné les deux disciplines.

WAGON