Y Combinator : les 10 start-up les plus prometteuses du dernier Demo Day

Y Combinator start-up prometteuses Mardi 25 mars, le Y Combinator a présenté sa nouvelle "fournée" de start-up devant les investisseurs et journalistes.

Dans l'écosystème international des start-up, s'il y a un incubateur que  tout jeune entrepreneur rêve de rejoindre, c'est bien le Y Combinator. Créée en 2005, cette pépinière est considérée comme l'une des meilleures de la Sillicon Valley. Elle a déjà accompagné plus de 500 entreprises dans leur développement en échange de 6% de leurs capitaux.  On compte parmi ses "alumnis" de belles réussites telles que Dropbox, Airbnb ou encore Reddit.

Plusieurs fois par an, le Y Combinator présente ses "fournées" de nouvelles start-up lors de grandes sessions, appelées "Demo Days", ouvertes aux investisseurs et journalistes. La dernière a eu lieu mardi 25 mars 2014 et 55 projets ont été présentés. Le JDN a passé en revue l'ensemble des projets et a sélectionné le top 10 des start-up qui nous semblent les plus prometteuses.

 

 AIRHELP vous aide à être remboursé lorsque votre avion a du retard

AirHelp offre un service de gestion des remboursements aux voyageurs qui ont subi un retard, une annulation ou un surbooking de vol. D'abord lancée en Europe en 2013, cette start-up a rejoint les bancs du Y Combinator pour la saison d'hiver 2014 et s'est lancée sur le continent américain. Le service prélève un quart de la somme remboursée au client, un remboursement pouvant aller jusqu'à 600 euros en Europe et 1 300 dollars aux Etats-Unis.

 

 WEAVE : votre dentiste vous reconnaîtra lorsque vous appellerez

Weave est un service téléphonique destiné aux petites entreprises et professions libérales qui réunit appels, sms, mails et intègre les données clients. Il permet notamment au spécialiste d'accéder à la fiche de son client lorsqu'il l'appelle. D'abord lancé à destination des dentistes, l'offre de Weave s'étendra plus tard à d'autres professions du secteur de la santé. Depuis que cette start-up américaine a rejoint l'incubateur, son chiffre d'affaires annuel récurrent est passé de 790 000 dollars à 1,8 million de dollars.

 

PIINPOINT : où sera votre prochain magasin ?

Piinpoint est une solution dédiée aux commerçants qui permet de trouver le lieu idéal d'implantation de leurs boutiques. "Pour Piinpont comme pour Weave, on observe une tendance de fond d'apporter des services et des logiciels de haute valeur ajoutée à des petits commerces et des indépendants. La puissance du web permet de toucher des millions d'entreprises avec les outils réservés auparavant aux plus grandes, décrypte Nicolas Debock, directeur de participations chez XAnge. Piinpoint est uniquement présente en Amérique du nord pour le moment. Fondée en juillet 2013, la société américaine a réussi à lever 250 000 dollars auprès de business angels, Garage Capital et le Y Combinator lui-même.  

 

 CAMBLY : apprendre les langues sur son smartphone

La start-up américaine Cambly propose via son application mobile de mettre en relation des étudiants qui veulent apprendre une langue et des "native speakers" (anglophones et hispanophones) qui les aideraient à progresser. Cambly propose ce service pour 20 dollars par heure de cours et rémunère les "natives speakers" 10 dollars. 

 

 UNBABEL associe traduction automatique et humaine

Unbabel s'appuie sur un logiciel intelligent pour traduire des textes et une communauté de 4 400 traducteurs pour affiner la traduction. La start-up portugaise revendique un prix cinq fois inférieur au prix du marché, à 2 cents le mot. Elle est disponible dans onze langues. "Il s'agit d'un angle d'attaque très intéressant qui croise algorithme et intervention humaine grâce au crowdsourcing, commente Nicolas Debock. C'est une tendance à laquelle je crois beaucoup et nous voyons de plus en plus de services qui s'appuient sur la puissance cognitive de la foule."

s1s3pkgf2o4skmvvyj2yf3n12h7b6siin1 o
Les cofondateurs de Unbabel. © S. de P. Unbabel

 TRADEBLOCK : tout savoir sur le Bitcoin

Cette start-up américaine est à l'origine d'une plateforme sur abonnement qui fournit aux traders des outils pour suivre le cours du Bitcoin : informations du marché en temps réel, tendances, analyses... Tradeblock vend également à des fonds d'investissement et des traders professionnels. "Les VC croient de plus en plus dans cette technologie", décrypte Nicolas Debock.  

 

 CODE COMBAT : apprendre à coder en jouant

Code Combat est une application Web qui propose d'apprendre aux jeunes à coder à travers les jeux vidéo. Chaque joueur doit coder en JavaScript pour monter en niveau et a la possibilité de se mettre en concurrence avec ses amis. Le service est gratuit pour les joueurs. Code Combat facture les recruteurs qui souhaitent embaucher les meilleurs développeurs. 

 

 ALGOLIA : moteur de recherche pour applications mobile

Algolia permet aux développeurs de site web et d'application mobile d'intégrer un moteur de recherche. La startup française a levé 1,2 million d'euros auprès d'Alven Capital, Index Ventures, Point 9 Capital et six investisseurs privés en octobre dernier, avant d'intégrer l'accélérateur américain (lire l'article : "Le moteur de recherche Algolia lève 1,2 million d'euros", du 01/10/13). "C'est une belle histoire française de deux anciens ingénieurs de chez Exalead qui ont su trouver un positionnement différent et construire un produit efficace sur un secteur qui semblait bouché, les moteurs de recherche", note Nicolas Debock.

 

 BOOSTABLE aide les vendeurs à créer des campagnes publicitaires

La start-up américaine Boostable apporte une solution publicitaire simplifiée aux vendeurs, qui sont 30 millions sur les marketplaces comme Airbnb et Etsy. Le vendeur peut ainsi facilement mettre en place une campagne sur Facebook, et bientôt Google, en fournissant simplement à Boostable le lien URL vers leurs produits. La start-up va ensuite cibler les internautes désirés.

 

 SUPERHOST gère votre location Airbnb

Fondée en novembre 2013, Superhost est une solution qui prend en charge intégralement la gestion de la location d'un appartement ou d'une maison sur Airbnb. La start-up mise sur le service clé en main pour le propriétaire et la réponse rapide au client potentiel. Superhost prélève 1% du montant de chaque réservation, mais souhaiterait relever la commission à 3% lorsque le service sera bien installé. Cette solution n'est pour le moment disponible qu'aux Etats-Unis et en Israël mais ambitionne d'autres marchés internationaux à terme.

Incubateur / Ycombinator