David Kenny (IBM Watson) "L'IA crée déjà davantage d'emplois qu'elle n'en détruit"

Le senior vice president d'IBM Watson & Cloud Platform détaille ses ambitions et sa stratégie. Il alerte sur les risques d'une intelligence artificielle mal conçue.

Cet article est publié en prévision de la journée DEFI organisée par JDN Events le 16 octobre prochain. 250 professionnels du digital seront réunis à Paris pour évoquer les tendances qui impacteront les décideurs du secteur en 2019. Parmi elles, le conversationnel, les super apps, l'IA ou encore la personnalisation du parcours client.

Où en est le développement d'IBM Watson ?

David Kenny est le senior vice president d'IBM Watson & Cloud Platform chez IBM. © IBM

Près de 16 000 applications embarquant la technologie de Watson ont été développées par des entreprises. Ce chiffre double chaque année et nous nous attendons à une croissance exponentielle dans la mesure où l'IA est en train de prendre une place prépondérante dans le monde de l'entreprise. Ces sociétés opèrent dans 22 industries différentes parmi lesquelles l'aviation, la finance ou la santé. La technologie Watson repose sur des algorithmes de machine learning qui deviennent plus performants à mesure qu'ils collectent davantage de données et apprennent.

Comment Watson se différencie-t-elle des autres intelligences artificielles ?

Jusqu'à présent, la plupart des IA étaient orientées vers le consommateur, notamment dans le vocal search à l'image de Siri ou Alexa. La spécificité de Watson est qu'elle a été pensée dès le début pour les entreprises. Nous ciblons en effet l'ensemble des sociétés qui, chaque jour, sont amenées à prendre des décisions à partir de leurs données. Dès le départ, nous avons conçu Watson pour augmenter les capacités de l'humain, et non pour le remplacer.

Quel pourrait-être l'impact de Watson dans le secteur de la santé ?

Notre vision est que Watson devienne l'assistant du docteur, et non le docteur lui-même. Cette technologie permet notamment de formuler des suggestions, qui peuvent, ou non, être prises en compte par un médecin. Ces recommandations sont toujours réalisées en toute transparence pour permettre au personnel de santé de comprendre comment Watson est arrivé à telle ou telle conclusion.

"Si un remède au cancer doit être trouvé, cela sera l'œuvre de l'humain"

Le système doit permettre aux médecins de prendre des décisions plus rapidement. Par exemple, pour qu'un cancérologue puisse être au courant de toutes les recherches publiées sur le cancer, il lui faudrait lire près de 36h par jour, ce qui est impossible ! Watson permet de collecter toute cette information et de la rendre accessible au médecin pour que celui-ci puisse prendre de meilleures décisions.

Pensez-vous que l'IA puisse permettre, un jour, de trouver un remède au cancer ?

Chaque année, l'intelligence artificielle augmente ses capacités en même temps qu'elle accroît ses connaissances. En théorie, il y a donc de fortes chances pour que l'IA permette de résoudre des problèmes importants dans les années qui viennent. Mais je ne veux pas faire de promesses. Pour le moment, l'IA permet essentiellement d'analyser des données, et il incombe à l'humain de prendre les décisions. Je pense que si un jour un remède au cancer doit être trouvé, cela sera l'œuvre de l'humain, et non de l'IA, même si les machines l'y aideront sans aucun doute. En conclusion, je ne pense pas que l'IA remplacera un jour l'humain, elle va simplement l'aider à être plus efficace.

Un mot sur la protection des données et sur votre adaptation à la norme européenne RGPD ?

Avant même l'entrée en vigueur de ce texte européen, nous disposions déjà de data centers en France. Mais nous voulons aller encore plus loin dans la sécurité et la transparence des données que nous stockons afin de permettre à chacun d'en garder le contrôle. Nous sommes très vigilants à ce que nos clients restent entièrement propriétaires de leurs données. Aux côtés du stockage physique de cette data, nous travaillons également à différentes solutions de chiffrement. Les clés de cryptage de ces systèmes sont détenues chez le client, et les données correspondantes ne deviennent exploitables qu'une fois celles-ci décryptées. Enfin, nous utilisons également la technologie de la blockchain pour traquer les mouvements de données.

Selon vous, l'IA va-t-elle créer plus d'emplois qu'elle ne va en détruire ?

"Pour assurer le succès de l'IA, il faut penser à la sécurité et à la transparence des données"

Je le crois profondément, et nous le constatons déjà chez nos clients ! Ceux qui ont déployé Watson à grande échelle ont aujourd'hui créé des emplois. L'IA permet aux entreprises de lancer des produits rapidement et donc de croître plus vite. A plus long terme, l'IA devrait donc booster la croissance économique, ce qui entraînera forcément des créations d'emplois. Je peux vous citer le cas du Crédit Mutuel qui a développé huit applications intégrant la technologie de Watson. Cela s'est traduit par une amélioration de la satisfaction des employés mais aussi de la performance du service client.

Quels sont vos futurs projets concernant Watson ?

Nous avons lancé en mars dernier Watson Studios. Cet outil permet à n'importe qui d'importer en temps réel des données et de les faire parler en utilisant l'IA de Watson ou d'autres IA open source. Je pense que, dans le futur, l'intelligence artificielle deviendra aussi facile à utiliser qu'Excel ou Powerpoint. Nous voulons rendre l'intelligence artificielle accessible au plus grand nombre et pas seulement aux développeurs.

Pensez-vous que l'IA puisse un jour devenir hors de contrôle, comme le craint notamment Elon Musk ?

Je ne le crois pas, à condition que nous soyons transparent sur la manière dont les décisions sont prises par l'IA et que nous définissions certains principes de transparence. Nous devons également nous montrer vigilants au niveau de la sécurité et de la confidentialité des données utilisées par ces systèmes. J'aime à penser que nous, humains, sommes suffisamment intelligents pour prendre les devants sur ces sujets importants. Certains pensent que nous freinons l'innovation et les avancées dans l'IA en nous concentrant sur ces questions. Mais en réalité, je pense que c'est le seul moyen d'assurer le succès de l'IA sur le long terme.

David Kenny est le senior vice president d'IBM Watson & Cloud Platform chez IBM. A ce titre, il est en charge du développement technologique de la plateforme Watson et du cloud public de Big Blue. Avant cela, il était General Manager d'IBM Watson, chargé de développer l'écosystème de partenaires et de développeurs de la plateforme d'IA. Avant de rejoindre IBM, il a été CEO de The Weather Company et président d'Akamai. Auparavant, il a cofondé et dirigé l'agence Digitas. David Kenny a obtenu un MBA à l'Harvard School of Business et un Bachelor au GM Institute (rebaptisé depuis Kettering University).

Autour du même sujet

Annonces Google