Comment le déploiement des conteneurs a fait évoluer le marché de l‘infrastructure

Désormais, la première préoccupation des clients dans le cadre du déploiement de conteneurs logiciels en production est la gestion du stockage persistant.

On connaît l'attrait des conteneurs,  souvent lié à la mise en oeuvre d’un développement de type DevOps, et la majorité des entreprises a déjà commencé des tests dont de nombreux sont en phase de production. Il suffit notamment de voir la progression des chargements sur le Docker Hub. L’écosystème des services relatifs aux conteneurs est également devenu imposant et proposant une large couverture .

Cependant, il est important de faire un focus sur l’infrastructure en rappelant que les premiers déploiements historiques de conteneurs concernaient essentiellement des applications « sans données actives » (stateless), avec une évolutivité horizontale (scale-out) naturelle sans contrainte.

Le succès de ces premiers projets a amené les clients à envisager les conteneurs pour des applications de plus en plus critiques et complexes où les données « vivantes » sont nécessaires et incontournables. 

À ce propos, il est intéressant de souligner que les bases de données SQL et NoSQL sont aujourd’hui dans le peloton de tête des technologies les plus déployées avec Docker. Et par conséquent, pour une nouvelle année, la première préoccupation des clients pour le déploiement de conteneurs en production est la gestion du stockage persistant.

Il est donc maintenant devenu absolument nécessaire de gérer correctement les bases de données. Et là, c'est une autre histoire, car cela implique de relever de nouveaux défis en prenant en charge de nouveaux besoins, et d’y répondre. 

Pour conclure sur ce sujet, et l’importance que les conteneurs continueront à prendre en regard des applications critiques, il est intéressant de regarder la récente annonce par HPE de l’arrêt de la gamme de serveurs Integrity/HP-Ux équipés du processeur Itanium 9700 d'Intel qui marque la fin officielle de l'histoire d'HP-Ux puisqu'il s'agit bien de la dernière génération de processeurs Intel Itanium.

Ceci n'est pas vraiment un scoop sachant que les clients ont déjà très largement abandonné les plateformes HP-Ux depuis de nombreuses années au profit de Linux.

HP-Ux comme Solaris d'ailleurs ont quasiment disparu des salles techniques, sauf pour des applications spécifiques ou en fin de vie. Les clients auront jusqu'en 2025 (fin de support) pour faire le nécessaire. Ensuite, la migration sous x86 sera incontournable, avec l'aide de conteneurs sous Linux !

Annonces Google