BI conversationnelle : 6 choses qui vont changer pour votre entreprise

Grâce à la possibilité d’échanger avec ses données sur le mode conversationnel, la business intelligence va évoluer. Car la data, cela ne s’use que si l’on ne s’en sert pas : petit aperçu de grands changements.

Grâce à la possibilité d’échanger avec ses données sur le mode conversationnel, la business intelligence change. Apres la révolution SaaS, il va désormais moins s'agir d'un accès possible pour tous les collaborateurs que de mesurer et favoriser l'accès réel aux données. Quels atouts  le conversationnel a-t-il à offrir au secteur décisionnel ?

1. Le nombre d'utilisateurs de votre BI n'aura plus d'importance

Le nombre d’utilisateurs potentiels n’aura plus vraiment d’importance, ce sera le nombre d’utilisateurs réels qui sera déterminant. La BI en mode SaaS offre à presque tous la possibilité d’accéder à ses données : le nombre d’utilisateurs potentiels est donc hypothétiquement illimité…  L’enjeu sera alors de doper le nombre d’utilisateurs effectifs en offrant une expérience utilisateur inédite, comme avec une interface conversationnelle par exemple. 

2. Vous allez (enfin) booster votre ROI sur vos investissements BI passés. 

Le secteur de la BI a beaucoup privilégié un abonnement par utilisateur.  Quels sont les inconvénients de cette approche ?

  • le prix d’accès : le coût des licences, qui dépend des éditeurs, s’échelonne environ à 1000 euros par utilisateurs en prix catalogue à l’achat.*
  • le temps perdu : pour ceux qui n’ont pas d’accès prévu, le temps perdu à demander des extracts s’ajoute au temps et aux ressources perdus par les services data pour fournir ces extracts aux utilisateurs !

L’avènement des logiciels SaaS a partiellement diminué les coûts et rendu la BI disponible sur tout type de terminal. Avec ces changements, elle a donné l’illusion que tout le monde allait enfin bénéficier des pouvoirs de la BI libre-service... Or le taux d’adoption des outils de BI (la proportion d’utilisateurs réels) plafonne toujours autour de 22%, et ce depuis 2005.**

Le problème de fond n’est donc pas réglé : l’objectif n’est pas d’augmenter le nombre d’utilisateurs potentiels, mais bien le nombre d’utilisateur réels pour amortir concrètement les coûts ! C’est tout l’enjeu de la BI conversationnelle, qui change complètement l’expérience utilisateur : il s’agit moins d’ajouter un nouvel outil que d’aider vos collaborateurs à se servir des moyens déjà en place.

3. Vous ne sécherez plus en réunion.

Avez-vous déjà été pris de court dans une réunion soigneusement préparée ? Vous aviez soigné votre présentation et extrait toutes les données dont vous aviez besoin. Mais au milieu de votre explication, un doigt se lève, une question fuse. Le pire, c’est que vous savez que les données que vous avez étudiées juste avant contiennent la réponse à cette question. Mais impossible d’y accéder sans perdre un bon quart d’heure dans un silence gênant pour créer le bon graphique, ou explorer le bon tableau. Frustrant, non ?

Une IA conversationnelle mise au service de la BI, c’est la liberté d’interroger n’importe où et n’importe quand ses données. C’est aussi la possibilité de poser n’importe quelle question, sans devoir re-paramétrer et re-filtrer un tableau de bord.

4. Vous ne vous réveillerez plus devant votre dashboard en vous demandant  “qu’est ce que je cherchais, déjà ?”

Les tableaux de bord ont souvent pour limite d’essayer d’être exhaustifs pour parer à toute éventualité. Et une fois son dashboard de BI ouvert, l’utilisateur risque de commencer une exploration qui ne s’achèvera que beaucoup de temps plus tard par une question très simple : “Qu’est ce que je cherchais, déjà ?“
Formuler ses questions et clarifier son besoin avant d’accéder aux données, voilà ce qu’ajoute le conversationnel à un outil de BI. Cela n’empêche pas d’explorer ou d’approfondir une dimension particulière, au contraire !

5. Vous allez gagner en précision

L’utilisateur peut ainsi formuler directement la question qu’il a en tête en ouvrant son tableau, sans risquer de se perdre pendant l’exploration nécessaire pour trouver la réponse à cette question. 
Explorer ses données sous la forme d’une conversation, c’est guider ses pensées et sa recherche idée par idée, question par question. C’est comme dérouler un fil : chaque réponse reçue avec un chatbot de BI va nourrir la réflexion - et alimenter les prochaines questions.

6. Vous allez gagner du temps. Beaucoup de temps.

Avec la phase de maturité atteinte par les technologies de reconnaissance du langage, formuler une question et obtenir une réponse ne prend que quelques secondes. L’IA conversationnelle, une fois la question comprise, ne prendra que 3 ou 4 secondes pour construire une réponse. Tout le travail d’anticipation effectué en amont de la prise de décision est simplifié.

Conclusion ? Cette maxime pleine de bon sens prend un tout nouveau sens : rien ne vaut un échange de vive voix !

* Source: Solution-BI | Le vrai coût d’un projet BI
**Source : BIscorecard | BI Adoption Remains Flat

Autour du même sujet

BI conversationnelle : 6 choses qui vont changer pour votre entreprise
BI conversationnelle : 6 choses qui vont changer pour votre entreprise

Grâce à la possibilité d’échanger avec ses données sur le mode conversationnel, la business intelligence change. Apres la révolution SaaS, il va désormais moins s'agir d'un accès possible pour tous les collaborateurs que de mesurer et favoriser...