La transformation digitale exige une bonne dose d’humilité

L’époque où les entreprises imaginaient sereinement et sur le long terme les attentes de leurs clients pour concevoir leurs nouvelles applications semble bien loin – et ce en partie à cause de la révolution numérique.

Les habitudes des consommateurs évoluent, le paysage concurrentiel se métamorphose, les industries se réinventent. Dans un tel contexte l’arrogance peut être sévèrement sanctionnée par une réaction imprévue du marché. Une bonne dose d’humilité s’impose.

S’inspirer des start-ups. Sous l’effet du numérique, plus question d’attendre pour innover et mettre sur le marché de nouveaux services et produits sous peine d’être distancé par la concurrence. Cette urgence s’accommode difficilement de la rigidité et de la lourdeur des méthodes classiques qui ne laissent guère de place à la remise en question. Pendant le temps de développement d’un produit, les usages peuvent évoluer rapidement au gré des innovations technologiques. Difficile dans un tel contexte de figer les spécifications d’un produit pendant toute la période de conception.

C’est du côté des start-up qu’il faut aller chercher de nouvelles idées. Dans son livre « The Lean Start-up », Eric Ries propose une approche du développement de produit imaginé comme un processus d’apprentissage itératif. Le produit est réduit à son minimum opérationnel (MVP pour Minimum Viable Product) pour être testé rapidement auprès des utilisateurs pendant le cycle de développement et modifié en conséquence. On s’assure en permanence de la parfaite adéquation du produit avec le marché quitte, dans certains cas, à repartir d’une feuille blanche s’il ne répond pas aux hypothèses de valeur et de croissance.

Savoir se remettre en question et accepter la prise de risque. Ce principe de remise en question ne concerne pas que les start-ups. Le développement des nouvelles applications informatiques exige également une certaine humilité car elles sous-tendent ces multiples usages qui fleurissent avec le numérique. Pour les mêmes raisons qui ont incité les start-ups à tester leurs idées avec un MVP, une entreprise doit laisser de côté ses certitudes et confronter continuellement ses hypothèses avec le marché. C’est à ce prix qu’elle peut espérer atteindre son objectif commercial. Pour réaliser leurs ambitions, les organisations doivent également créer un cadre propice à l’innovation. Cela demande de la part du management une profonde remise en cause. Par exemple, nous constatons que le rôle des managers d’équipes IT est en train de changer pour laisser plus de place à la créativité des équipes. Auparavant, ils devaient éliminer les idées qu’ils estimaient ‘mauvaises’ dès les premières discussions pour éviter le moindre risque, notamment financier. Aujourd’hui, les managers favorisent l’initiative en privilégiant les tests pour déterminer la viabilité de l’idée proposée.

L’approche DevOps reflète cette nécessaire humilité. Avec une approche DevOps réunissant les équipes de développeurs et les équipes d’exploitation systèmes, le changement est perçu comme un atout. L’amélioration devient un processus continu qui ne s’oppose plus à la stabilité des services offertes aux utilisateurs. L’innovation ne se heurte plus à la rigidité des processus en place ou aux objectifs antagonistes des différentes organisations. Plus question de s’obstiner quand on sait que l’on peut facilement envisager d’autres alternatives. Les entreprises gagnent en dynamisme car elles peuvent enfin agir avec souplesse sur l’ensemble du cycle de vie d’une application. Cette agilité sera d’autant plus grande avec le cloud. On pourra ainsi facilement disposer d’un environnement stable et sécurisé pour tester le produit de base sans peur d’investir à perte dans une mauvaise idée. Si celle-ci est abandonnée, les infrastructures utilisées seront supprimées immédiatement. L’adoption des pratiques DevOps et des méthodes de développement et d’intégration continus se trouvera simplifiée et accélérée en ayant recourt aux nombreux outils disponibles dans le cloud sans faire l’impasse sur la sécurité, la disponibilité et la conformité aux réglementations.

L'humilité améliore les entreprises. La société moderne est traversé par de nombreux bouleversements économiques, sociaux, culturels. Nos métiers évoluent, certains disparaissent, d'autres se créent. Camper sur ses positions ne peut conduire qu'à des désillusions. Face à l'ampleur des défis à relever, l'humilité s'impose pour s'ouvrir à des approches nouvelles porteuses d'opportunités.

La transformation digitale exige une bonne dose d’humilité
La transformation digitale exige une bonne dose d’humilité

Les habitudes des consommateurs évoluent, le paysage concurrentiel se métamorphose, les industries se réinventent. Dans un tel contexte l’arrogance peut être sévèrement sanctionnée par une réaction imprévue du marché. Une bonne dose d’humilité...