Bazarchic tisse site et newsletters sur-mesure grâce à l'IA

Bazarchic tisse site et newsletters sur-mesure grâce à l'IA L'entreprise a créé il y a un an un laboratoire d'intelligence artificielle. Son but : individualiser au maximum l'expérience consommateur pour doper son chiffre d'affaires.

Dans le laboratoire IA de Bazarchic, pas de savant fou qui travaille sur de mystérieuses formules mathématiques. Les personnes de la "Digital Factory" qui développent des briques d'intelligence artificielle travaillent main dans la main avec les équipes métiers du site de ventes privées. Les projets de ce labo, créé il y a un an par le directeur data et marketing de Bazarchic Julien-Henri Maurice, sont suivis de près par la direction du groupe. L'objectif des scientifiques est simple : permettre à l'e-commerçant de générer davantage de chiffre d'affaires.

Un exemple ? Pour accéder aux offres à prix cassés proposées par le site, les clients de Bazarchic doivent se loguer. Cela permet au marchand de collecter une foule d'informations sur chaque internaute, notamment le temps qu'il passe à regarder tel ou tel produit en ligne, et de les enregistrer dans une vaste base de données CRM. Pour stimuler leur désir d'acheter sur son site, Bazarchic envoie à ses abonnés des newsletters (NL) promouvant tel ou tel produit ou collection. Jusqu'à récemment, ces mails étaient envoyés à des bases d'abonnés segmentées aussi finement que possible, certes, mais relativement fixes.

"L'envoi de newsletters personnalisées permet d'éviter que nos abonnés ne soient lassés par des messages non pertinents, et donc de limiter les désinscriptions"

En novembre 2016, le laboratoire de Bazarchic a testé dans le cadre d'un proof of concept de trois mois une solution d'IA visant à personnaliser au maximum l'envoi de ces newsletters. Le logiciel scrolle la base de données CRM avant une expédition de mail pour ne sélectionner que des abonnés potentiellement intéressés par les produits mis en valeur. "Si nous envoyions une NL spéciale prêt-à-porter, l'IA sélectionnera tous nos clients et prospects qui ont passé du temps sur Bazarchic sur les produits liés à cet univers. Cela fonctionne de la même façon à un niveau plus fin avec toutes les marques que nous vendons", illustre Julien-Henri Maurice.

Après trois mois de test de ce logiciel auto-apprenant (il ajuste ses envois en fonction des précédents), le chiffre d'affaires généré par cette newsletter était 87% supérieur à celui engendré par la même NL expédiée de manière traditionnelle. "Cette stratégie permet en outre d'éviter que nos abonnés ne soient lassés par des messages non pertinents, et donc de limiter les désinscriptions. Nous avons également vu croître de façon significative le taux d'ouverture de nos NL", souligne le directeur marketing et digital de Bazarchic. Et de poursuivre : "Face à ces bons résultats, nous avons déployé cette solution à grande échelle de manière industrielle en mars 2017. Elle est désormais utilisée pour chaque newsletter commerciale."

Bazarchic adaptera à partir d'octobre 2017 son site et son application aux visiteurs et espère voir son CA croître de 5 à 10% grâce à ce projet dès la fin 2017

Dans la même veine, Bazarchic personnalisera à partir du mois d'octobre 2017, grâce à une solution IA, le contenu de son site web et de son appli mobile pour chacun de ses visiteurs inscrits en fonction de son historique client. Les articles mis en valeur et les recommandations de produits seront adaptés à ses goûts. "Nous sommes une plateforme de ventes événementielles, ce qui implique que nous ne commercialisons pas de collection permanente et que notre catalogue change tous les jours. Adapter le site et l'application avec des contenus différents pour chaque visiteur représente un important défi technique, car tout doit être recalculé en temps réel", pointe le dirigeant. L'entreprise espère voir son chiffre d'affaires croître de 5 à 10% grâce à ce projet dès la fin de l'année 2017, car les ventes sont importantes au moment de Noël.

Julien-Henri Maurice mise également beaucoup sur le développement de chatbots. "Nous allons déployer d'ici au premier trimestre 2018 un premier bot sur Facebook Messenger. Avec ses 1,2 milliard d'utilisateurs mensuels, cette messagerie est un énorme carrefour d'audience. Le test portera sur l'acquisition de nouveaux inscrits. Nous avons aujourd'hui huit millions de membres chez Bazarchic et le vivier de nouveaux utilisateurs de Messenger pourrait nous permettre d'acquérir une clientèle jeune et promophile", analyse le directeur data. Pourquoi ne pas profiter du développement de ce bot pour le déployer sur d'autres points de contacts, comme Twitter ou WhatsApp ? "Chaque plateforme étant différente, je ne veux pas dupliquer le même assistant virtuel sur plusieurs canaux de communication", explique-t-il.

Contrairement à de nombreuses entreprises qui utilisent les bots comme de simples outils de relation client et ne mesurent pas leur impact sur leur chiffre d'affaires, Bazarchic SA veut disposer d'indicateurs de performance pour estimer l'efficacité de ce nouvel outil. L'e-commerçant entend comparer le niveau d'engagement de ses nouveaux membres par rapport à des inscrits recrutés via d'autres canaux de communication comme le site ou l'application, leur fréquence d'achat, leur panier moyen, leur coût de recrutement...

L'IA est pour l'instant une équation à somme positive pour Bazarchic, mais plusieurs inconnues subsistent : "Je surveille de près les développements autour des haut-parleurs intelligents. Ces outils de reconnaissance vocale qui permettent de faire des recherches sur le net vont bouleverser l'univers du référencement et d'accès aux produits. Le risque de perte de trafic existe. Il faut l'anticiper".

BAZARCHIC SA : en savoir plus

Bazarchic / Chiffre d'affaires

Annonces Google