Grégory Pouy (Nurun) "Le f-commerce permet de générer du trafic et des ventes supplémentaires"

L'agence interactive Nurun lance une application de vente sur Facebook : Transform[R]. Son directeur des stratégies médias détaille son fonctionnement et sa vision du f-commerce.

JDN. Pourquoi Nurun lance-t-elle une application de f-commerce ?

Grégory Pouy. On parle de social commerce depuis environ un an. On voit un nombre croissant d'e-marchands déployer Facebook Connect. On constate en outre que les gens aiment rester sur Facebook et que le réseau social fait d'ailleurs tout pour cela. Pour les petites entreprises, Facebook constitue, au même titre qu'eBay, une façon de vendre sur Internet sans avoir à développer de site marchand. Mais les start-up qui les aident à vendre sur Facebook ne savent pas connecter ce canal avec les outils, ERP par exemple, des plus grandes entreprises. Nurun, dont le cœur de métier est d'accompagner des grands comptes, si. D'où l'idée de leur proposer une solution sur-mesure de vente sur Facebook : Transform[R].

 

Vous ne comptez donc pas adresser le marché des TPE ?

Nous aurons du mal à exister si nous ne sommes pas présents auprès des TPE. Ce n'est pas encore prêt mais à terme, nous prévoyons de sortir aussi une solution sur étagère, avec un modèle d'abonnement similaire à celui de Boosket. Cela étant dit, notre spécialité reste le conseil aux grandes structures, pour lesquelles nous mettons en place des solutions personnalisées. C'est en pensant à elles que nous avons par exemple intégré à l'application la possibilité de réaliser des ventes flash et des ventes groupées.

 

Entre f-boutiques et intégration de Facebook Connect, Nurun mise donc sur les premières...

En la matière, on entend tout et son contraire. Forrester Research prévoit un marché de 15 milliards de dollars en 2015, d'autres études prédisent que le f-commerce ne décollera jamais. Pour Marc Zuckerberg c'est au contraire "the next big thing". Julien Codorniou conseille de ne pas se focaliser sur les boutiques Facebook mais de créer du trafic sur son propre site...

"Le paiement sur Facebook n'est pas limité à Paypal"

Alors certes, un onglet Facebook marchand est toujours moins riche qu'un site marchand. D'autant qu'il peut être une bonne idée d'y vendre des produits exclusifs plutôt que l'ensemble de son catalogue. Toutefois, l'expérience sur Facebook est, elle, totalement customisable. C'est en cela que le f-commerce a un réel avenir et pourra générer du trafic et des ventes supplémentaires.

 

En quoi consiste concrètement l'application Transform[R] ?

Nous avons essayé de lui intégrer tout ce qui est imaginable. D'abord, le marchand peut entièrement personnaliser les produits qu'il met en avant, en fonction du profil et des goûts du membre Facebook. Celui-ci peut naviguer dans le catalogue et consulter les produits, acheter et payer, utiliser un moteur de recherche et créer une wishlist, noter, commenter et "liker" un produit, voir les achats de ses amis... Il peut demander leur avis à ses amis, à tout le monde ou à ceux qui ont les mêmes centres d'intérêt que lui. Il peut voir les avis en temps réel grâce à un widget Twitter. Il peut envoyer des cadeaux ou bons d'achat virtuels ou réels. Enfin, le panier peut être rendu commun à l'onglet marchand Facebook et au site marchand.

 

Le paiement est-il, comme dans les solutions de f-commerce de Lengow et Payvment, limité à Paypal ?

Non. Si le marchand décide que le paiement ne s'effectue pas sur son propre site mais directement sur sa page Facebook, celui-ci n'est pas pour autant limité à Paypal. Un système de pop-up très simple permet de s'interfacer avec toutes les solutions de paiement en ligne. Le marchand peut donc bien sûr proposer à l'internaute de payer par Paypal, mais aussi par carte de crédit, par carte privative...

 

"Les données Facebook nous appartiennent"

Côté back-office, à quelles fonctionnalités le marchand a-t-il accès ?

Il peut visualiser la liste des internautes qui ont installé l'application, consulter des statistiques comportementales sur les produits commentés, "likés", notés, les exporter sous Excel... Nous pouvons en effet récupérer auprès de Facebook toutes les informations, comme l'adresse e-mail, le nom ou encore les likes de l'internaute, ceci en opt'in et dans la limite des dispositions de la CNIL. Ensuite, les données nous appartiennent.

Sont aussi fournis un moteur de règles pour faire du push personnalisé, un outil de segmentation - en fonction de ce que les internautes ont acheté ou pas - et un outil de création de campagnes. Cette application constitue donc aussi une très bonne façon de tester le social commerce de façon très complète, sans devoir dépenser dix fois plus à modifier l'ensemble de son site marchand pour intégrer Facebook Connect.

 

Vous êtes actuellement en phase de pré-lancement...

L'application n'a pas encore de clients mais elle est prête. Nous allons peut-être créer, comme Boosket, une fausse boutique en ligne pour montrer comment elle fonctionne, avec les différents tarifs de personnalisation pour les TPE. Nous sommes aussi actuellement en négociations avec de plus grosses structures. Nous pensons signer avec une dizaine d'entre elles d'ici la fin de l'année. Et si nous décidons de communiquer largement autour de la solution sur étagère pour TPE, nous devrions monter à une bonne cinquantaine de clients d'ici là.

 

Vous attendez-vous à être bientôt concurrencés sur ce créneau ?

Une telle application n'est pas très compliquée à développer. Et les start-up actuelles ne sont pas structurés pour travailler avec des grands comptes. Les agences concurrentes de Nurun, comme Digitas ou Fullsix, ont à mon avis toutes les raisons de proposer bientôt des offres similaires à la nôtre.


 

Grégory Pouy, diplômé d'Euromed Marseille, débute sa carrière à des fonctions de marketing chez Noos (2001), Goldwell (2003) et Bouygues Telecom (2006). L'ouverture de son blog en 2005 lui donne envie d'aller vers le digital. Raison pour laquelle il rejoint Vanksen en 2007, tout d'abord au poste de directeur général de BuzzParadise - plateforme spécialisée dans la relation blogueurs - puis en qualité de directeur de la communication et de la stratégie de Vanksen. Depuis décembre 2009, il dirige les médias sociaux de l'agence Nurun. Depuis mars 2011, il en pilote également la communication.