Nick Lansley (Tesco) "Nous lançons Tesco Labs pour accélérer sur l'innovation"

Dialogue avec les start-up, collaboration avec les géants du Web, développement de prototypes... Rencontré au Global E-Commerce Summit 2014, le directeur de l'innovation de Tesco explique comment anticiper l'expérience d'achat de demain.

JDN. Tesco annonce le lancement de Tesco Labs, en quoi cette nouvelle structure consiste-t-elle ?

lansley 275
Nick Lansley, Head of Open Innovation, Tesco Labs. © S. de P. Tesco

Nick Lansley. 18 personnes au nord de Londres et 7 à Bangalore en Inde vont travailler sur l'expérience d'achat chez Tesco et ce qu'elle sera dans plusieurs années, ainsi qu'aider notre enseigne à continuer à innover. La première mission de Tesco Labs sera une mission de recherche. Nous allons travailler avec nos fournisseurs – Google, Cisco, Microsoft, mais aussi Unilever ou Procter&Gamble – pour bénéficier de leur capacité à innover. Nous pourrons leur parler dans le détail de notre métier, de ses enjeux et de ses contraintes afin qu'ils nous aident à mettre en œuvre des solutions innovantes. Et nous leur rendrons bien sûr la pareille, le tout étant encadré par des accords de confidentialité.

Le développement constitue la seconde mission de Tesco Labs, qui construira des prototypes d'applications et de services. De devices aussi, puisque Tesco fabrique et commercialise sa propre tablette, le Hudl. Notre équipe de programmation interne concevra tout cela puis lancera l'expérimentation auprès des clients ou des vendeurs, avant de passer le relais aux autres équipes.


Tesco Labs s'engage aussi dans une démarche d'open innovation...

C'est en effet sa troisième mission, que je suis chargé de piloter. Travailler avec les start-up est relativement nouveau pour Tesco. Aujourd'hui, l'idée est d'entrer en contact avec des start-up et des PME afin de partager nos compétences. Nous avons mis en place les sessions trimestrielles TJam, au cours desquelles des start-up viennent nous pitcher des idées. Nous parlons avec celles qui ont déjà réalisé une levée d'amorçage, ce qui nous garantit qu'une due diligence a déjà été effectuée par les investisseurs.

Si leur idée nous plaît, nous pouvons financer un test, aider la start-up à la développer, investir dans la start-up, l'acquérir, recruter son équipe... Toutes les options sont possibles. Et pour être certain de ne pas voler sans le vouloir l'idée qu'une start-up nous aurait proposée dans le passé et que nous aurions oubliée, nous documentons tout et vérifions toujours qu'une innovation que nous voudrions mettre en place ne nous a pas déjà été présentée. Si c'est le cas, nous reprenons contact avec la start-up.


Quelles sont les autres missions de Tesco Labs ?

La quatrième porte sur le design : c'est une équipe de Tesco Labs qui concevra nos sites et applications mobiles, les évolutions de notre service de VOD Blinkbox, qui travaillera à améliorer l'accessibilité de nos services pour les malvoyants, qui réfléchira à la meilleure façon de présenter les produits...

"L'API 'Grocery' permet aux développeurs de créer leur propre appli de course en ligne"

Ceci jusqu'aux magasins physiques, comme dans le cadre de notre projet Endless Aisles ["rayon infini", ndlr]. Un immense écran tactile de 80 pouces a été placé en magasin avant Noël dernier, pour donner accès à la totalité des références jouets de notre site marchand. Après avoir navigué dans le catalogue et fait pivoter les jouets en 3D, le visiteur récupérait un ticket en papier de la référence et le donnait à un vendeur qui procédait pour lui à la commande en ligne. Un vrai succès.


Comment faites-vous pour que l'innovation ne soit pas l'apanage de Tesco Labs et s'infiltre dans tous les métiers de l'enseigne ?

C'est notre dernière mission : la culture. Nous disons à tous nos collègues de l'organisation qu'eux-aussi peuvent innover ! Et nous essayons de les convaincre que pour innover, "mieux vaut demander pardon que demander la permission", comme le disait Grace Hopper.

Pour commencer, quand vous vous posez une question, peut-être que quelqu'un d'autre détient la réponse. C'est pour cela que nous utilisons le service de microblogging pour entreprise Yammer. Nous organisons aussi des "lunch&learn". Un expert internet ou externe partage ses connaissances sur un sujet et n'importe qui peut participer. Par ailleurs nous avons mis en place des hackathons au Royaume-Uni et en Inde, 24 heures durant lesquels les développeurs peuvent programmer leurs idées de nouveaux services. Nous avons même réalisé un Globe'athon simultané au Royaume-Uni, en Inde et en Thaïlande, dont nous allons bientôt mettre en œuvre et promouvoir le service du gagnant. Et nous organisons maintenant des datathons pour trouver des façons intelligentes d'exploiter nos données.


Vous avez développé une API pour les courses alimentaires. En quoi consiste-t-elle et avez-vous d'autres projets semblables ?

Cette API, qui remonte à 2008, constituait notre première tentative en matière d'innovation. Elle permet de se connecter au système d'information de notre activité alimentaire. Les possibilités incluent le login client, la recherche de produit, l'ajout dans le panier et sa modification, la consultation des articles favoris, la consultation des articles habituellement achetés, le choix du créneau de livraison et la redirection vers le tunnel de paiement. A partir de ces fonctions, les développeurs peuvent créer leur propre application de courses en ligne, distincte voire concurrente de celle de Tesco. Certains se spécialisent sur une catégorie de produits. D'autres analysent le panier et vous proposent par exemple de remplacer le beurre par un produit allégé. Les développeurs sont rémunérés par un système d'affiliation, ils gagnent 5 livres sterling pour chaque nouveau client apporté. Nous projetons de proposer une bien plus grande variété d'API, je l'espère dès cette année.

 

Nick Lansley est le directeur "open innovation" de Tesco Labs. Diplômé en informatique de Leicester Polytechnic, il débute sa carrière en 1987 chez Tesco comme programmeur. En 1995 il devient développeur Web et met en place le site marchand Tesco.com qu'il contribue à améliorer usqu'en 1999, où il prend la fonction de responsable IT de Tesco.com. En 2002 il prend la tête de la direction R&D du distributeur britannique et lance notamment de multiples applications mobiles, la "Grocery API" ainsi qu'une version de Tesco.com accessible aux malvoyants. En 2014 il est nommé directreur "open innovation" de Tesco Labs, que dirige Angela Maurer.

Cybermarchés / Grande consommation