L'américain Art.com débarque en France

L'e-marchand américain de reproductions murales annonce le lancement de son vaisseau amiral en France. Son PDG, Geoffroy Martin, a confié ses projets au JDN.

Le leader américain de l'e-commerce de reproductions murales, Art.com, accélère son expansion à l'international. Présent en France depuis 2005 au travers de son site Allposters.fr, il lance officiellement dans l'Hexagone son vaisseau amiral, en soft launch depuis deux semaines. "Art.fr a la même architecture qu'Art.com mais le contenu est adapté à la France, précise au JDN son PDG Geoffroy Martin. La homepage est différente, les rubriques 'inspiration' et 'communauté' sont localisées, les partenariats sont passés avec des artistes et designers français, et bien sûr le service client est en français." La logistique est gérée depuis les Pays-Bas, d'où Art.com dessert également les marchés néerlandais et allemand.

Art.fr ouvre ses portes avec le même nombre de références que son grand frère américain. 1,7 million d'images, déclinées en différentes tailles, supports (toile, bois, plexiglas...) et types d'encadrement. "Nous détenons la plus grande base d'images de reproductions du monde et le nombre de combinaisons possibles est illimité." Une offre si pléthorique que guider l'internaute vers l'image qui lui plaira constitue un défi de taille. Auquel l'e-commerçant s'attaque par tous les angles : une technologie de recherche développée en propre, mais également une palette d'outils pour faire découvrir des images aux utilisateurs qui ne savent pas bien ce qu'ils cherchent et les aider à se décider. Dispositifs de crowdsourcing, curation réalisée par univers, outils de visualisation des reproductions chez soi en réalité augmentée...

Un marché de 40 milliards dans le monde

Geoffroy Martin estime à 40 milliards de dollars le marché mondial des reproductions murales : 14 milliards aux Etats-Unis, 14 en Europe et 12 dans le reste du monde. "Un marché considérable mais très morcelé, où aucune marque n'a encore émergé en France au-delà de sa niche, souligne le dirigeant. Les magasins physiques ne disposent évidemment pas de la place suffisante pour répondre aux goûts de tout le monde. La seule façon de le faire à grande échelle est Internet." Quitte à tester un nouveau concept de magasin physique, à New York puis, actuellement, à San Francisco, qui permet aux consommateurs de vérifier la qualité des produits d'Art.com et d'accéder à la totalité du catalogue via des écrans ou des bornes.

L'international, la distribution physique et le marché américain lui-même, où Art.com s'est offert un rebranding l'an dernier, sont donc les trois axes de croissance principaux de l'e-commerçant, qui entend dépasser les 200 millions de dollars de chiffre d'affaires cette année. "Nous avons beaucoup investi en publicité pour accroître notre notoriété aux Etats-Unis, explique Geoffroy Martin. Maintenant que notre marque principale, Art.com, est présente en France, au Royaume-Uni et en Allemagne, nous allons aussi envisager de la télévision." Ainsi que des partenariats avec des fournisseurs (musées, éditeurs à l'instar de Conde Nast...) ou distributeurs (par exemple The Kase)... à condition que la marque Art apparaisse. "Pas question de faire de la marque blanche, il s'agit maintenant de nous faire connaître très largement."

Autour du même sujet

Annonces Google