Comment développer un projet d’entreprise innovant

Etre capable d’innover dans son projet d’entreprise n’est pas chose facile. La bonne connaissance de son marché ne suffit plus. Innover nécessite une réelle capacité à s’extraire de son environnement quotidien. Explications.

Dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel, la capacité d'innover des entreprises est devenue un élément essentiel. Les pouvoirs publics avec les pôles de compétitivités et les aides aux entreprises innovantes ont fait de ce thème un enjeu national pour l'économie de demain.

Toutefois, être capable d'innover dans son projet d'entreprise n'est pas une chose facile. L'entreprise ou le porteur d'un projet en phase de création d'entreprise se sent souvent démuni quand il s'agit d'innover. La bonne connaissance de son marché ne suffit plus. Innover nécessite une réelle capacité à s'extraire de son environnement quotidien, à penser différemment et à aboutir à des idées concrètes qu'il faudra ensuite mettre en oeuvre avec succès dans l'entreprise.

Par où commencer ? Innovation de synthèse ou innovation de rupture ? Innovation produit ou procédé ? Innover sur quelle phase du cycle de vie du produit ? Comment être certain de réussir dans un temps minimum et en minimisant les risques marché, qualité et financiers associés à toute démarche d'innovation ?

Le meilleur moyen pour y parvenir est d'organiser au sein de l'entreprise ou avec le porteur d'un projet des sessions de formation et d'accompagnement axées principalement sur la recherche de voies d'innovation. Dans le cas d'entreprises déjà créées, les principaux acteurs de l'entreprise doivent y participer : dirigeants, responsables commerciaux, production, ressource humaine, recherche et développement...... Les résultats les plus probants sont obtenus quand une première analyse stratégique a déjà été réalisée (marché, produit, environnement économique) et qu'il existe un souhait de vouloir aller encore plus loin, de sortir de sa  manière de penser établie : il faut vouloir innover !

Le piège de la créativité est de chercher une aiguille (des idées) dans une botte de foin. Il est essentiel de réduire cette recherche d'idées créatives à une petite parcelle de cette botte. La valeur : ce qu'une chose apporte par rapport à ce qu'elle coûte doit être au centre de la réflexion. L'ensemble du cycle de vie d'un produit - recherche et conception, fabrication, stockage, vente, livraison, utilisation, destruction - doit être examinée sous cet angle. L'objectif est de cibler la créativité sur les points où il est possible de créer de la valeur : les puits de valeurs.

Ce sont les fonctionnalités ou processus à améliorer en priorité car ils maximisent l'apport de valeur au produit. Intégrer ce paramètre fonction / coût est essentiel et permet une démarche concrète : innover uniquement là où cela est nécessaire en évitant la "sur -" et la "sous-" qualité. Il est préférable que cette analyse soit accompagnée par un animateur permettant à l'entrepreneur de se recentrer sur les usages des utilisateurs et de sortir des a prioris d'expert.

Ces puits de valeur identifiés, il faut les exploiter et trouver les solutions innovantes qui permettent d'améliorer les fonctions ciblées. L'animation de séances de créativité également par un tiers extérieur à l'entreprise permet de s'aventurer sur des terrains qui n'avaient pas été envisagés au départ en interne. Ce moment privilégié doit permettre d'aborder librement les associations d'idées sans blocage ni tabous. L'accompagnement se fait sous forme de jeux ou de simulations permettant de vivre la formation et de stimuler la créativité personnelle. L'usage d'outils d'aide à la créativité comme l'inversion, le futur idéal, ... permet de mieux structurer la recherche d'idées innovantes.

Au terme de ce processus, les propositions innovantes doivent être synthétisées et présentées dans un business plan spécifique. Il s'agit de valoriser le projet et de rassurer les investisseurs qui auront une traçabilité des propositions innovantes et pourront mesurer leur pertinence et les risques pris.

Ce travail achevé, le chef d'entreprise entre dans la phase de réalisation du projet. C'est à lui de convaincre et d'accompagner le changement et d'être certain que les équipes en interne seront les bons relais du projet innovant.

Article écrit par Marc Dana et Arnaud Groff, consultant spécialisé dans l'accompagnement à l'innovation  

Autour du même sujet