Le "Travolta Effect": Microsoft, Yahoo!, Blackberry & Google Plus

Le "Travolta Effect" n'est pas une expression définie, c'est moi qui ai décidé d'utiliser l'expérience de cet acteur pour décrire la capacité des marques à renaître et revenir sur le marché quand on les croyait mortes. Avec le digital tout va très vite et nous avons également tendance à aller trop vite en conclusion.

Pourtant certaines marques laissées pour mortes semblent faire leur "come back".
Alors, chant du cygne ou vraie révolution ?  Tour d'Horizon.
Avec une vie accélérée par le digital, on a vite fait d'enterrer vivant ou de porter aux nues une marque. Pourtant tant que l'entreprise existe, cela veut dire qu'elle peut revenir (avec plus ou moins de difficultés bien sur) sur le marché.
Ainsi, les marques, elles aussi, ont leurs traversées du désert, Apple & Intel par exemple ont connu les leurs dans les décennies précédentes. D'ailleurs, il ne s'agit pas forcément d'entreprises évoluant dans le digital, ainsi on peut se rappeler qu'adidas a été valorisé à 1 Euro symbolique à une époque….

En ce moment on assiste au retour, ou à minima d'essai de renaissance de plusieurs marques que je vous propose de regarder.

Microsoft est en place

Il y a un an déjà le CEO de Forrester avait annoncé sur la scène de LeWeb le retour en force de Microsoft et que la décennie naissante serait la leur. Avec le lancement de leur dernière tablette Surface, d'un OS mobile très agréable et en innovant toujours un peu plus, il semble qu'ils soient effectivement sur le bon chemin.
Évidemment ce dernier est long et les regards très suspicieux voire moqueurs mais il semble que la marque fondée par Bill Gates soit définitivement sur le retour et profite de la chute (relative mais réelle) d'Apple (la marque à la pomme a annoncé pour la 1ère fois depuis longtemps des ventes d'iPhone inférieures aux prévisions).
Ainsi, on voit de plus en plus d'articles positifs autour de la marque tellement décriée dans les années 2000.
C'est encore trop tôt pour dire que la décennie qui s'ouvre sera celle de Microsoft mais ils semblent bien en place.

Yahoo! renaît de ses cendres grâce à Marissa Mayer

Je me souviens quand j'étais à l'école et que j'assistais passivement au lancement de Google, je me disais que rien ne pourrait renverser le mastodonte Yahoo! et je pensais "nice try" dans ma tête d'étudiant.

C'est assez dingue de penser que c'est Yahoo! qui a permis le développement de Google d'ailleurs.
Depuis plusieurs années, on se demande qui peut bien aller sur Yahoo! (+ de 90% de parts de marché pour Google en France) et on regarde la déchéance et le gâchis de sites "star" comme Flickr. Et puis Marissa Mayer arrive chez Yahoo! l'été dernier et la tornade commence à faire son nettoyage.

Intéressant de voir qu'un entrepreneur/investisseur à succès tel que Loic Le Meur annonce la semaine dernière qu'il va réfléchir à investir dans Yahoo! après avoir écouté/rencontré Marissa à Davos. Même s'il s'agit d'un tweet en l'air, cela démontre un mouvement certain.

Mais sans aller jusque là, il suffit de télécharger l'application Flickr pour voir la puissance de cette dernière Vs Instagram ou toute autre application de photos. Je trouve que c'est une parfaite démonstration de ce qu'est capable Yahoo!.
Bien sur la communauté n'est pas au rdv puisque Facebook/Instagram forment d'ores et déjà un duo de choc, mais cette application pourrait d'abord séduire les amoureux de la photographie pour ensuite s'étendre à d'autres publics.

Flickr n'est pas Yahoo! me direz vous mais je trouve que c'est un bon exemple de ce la tournure qu'est en train de prendre ce dernier: une vision définitivement tournée vers l'utilisateur.
De la même manière, le chemin va être long mais Marissa semble être la bonne personne pour relever le défi après que de nombreux CEO se soient cassés les dents sur le cas Yahoo!

Blackberry: ils ont enfin compris

En conférence, quand j'aborde les OS mobile, je parle du choix entre iOS et Android et pour rire je parle de Blackberry.

Ils se sont trompés tellement de fois que ça fait presque mal au cœur.

Depuis quelque temps, ils sont devenus une sorte de blague dans les milieux autorisés et ceux qui sont obligés d'avoir un BB au travail, crient au manque de modernité de leur entreprise.




Pourtant, quand on voit la démonstration du lancement imminent (cette semaine) du dernier Blackberry 10 on ne rigole plus.

On se dit simplement qu'ils ont tout compris et le seul sentiment (après l'étonnement), c'est l'envie de tester.

Certains diront qu'il est déjà trop tard, mais ils oublient sans doute qu'aujourd'hui les flottes d'entreprises sont encore très largement équipées en Blackberry et que les directions informatique ne veulent pas lâcher pour un iPhone moins sécurisé (malgré la grosse faille qu'à connu Blackberry dernièrement).

Il semblerait que Blackberry ait enfin réuni le meilleur des 2 mondes et qu'ils soient  même allés plus loin qu'Apple & Android en terme d'usabilité.
Reste bien sur qu'il n'y a (presque) aucune application disponible sur Blackberry et qu'aujourd'hui on choisi beaucoup son téléphone pour l'univers qu'il nous ouvre mais le partenariat annoncé  (et la compatibilité) avec Android permet de résoudre ce problème.
Le suivant, c'est que l'on pense déjà à l'après téléphone (les montres connectées semblent attirées les convoitises) et que qu'il sera nécessaire de réinventer la tablette associée (même si celle  qu'ils ont proposé possédait déjà de nombreux atouts mais n'a pas rencontré le succès escompté).

Google Plus: le second réseau social au monde


Je les entends encore les rires l'an dernier quand quelques personnes émettait l'idée que potentiellement Google pourrait réussir son pari sur la partie sociale.

Aujourd'hui, selon Globalwebindex, avec ses 343 millions d'utilisateurs actifs Google Plus est passé devant Youtube (Google aussi - ce qui laisse présager de la puissance de Google si c'était encore à démontrer) et se positionne en seconde place des réseaux sociaux.

Par ailleurs, il est intéressant de voir un déclin des plateformes asiatiques sur lesquelles on se posait des questions.
Alors bien sur on en est encore loin mais il semble assez évident qu'ils sont sur le chemin montant tandis que Facebook  qui bénéficie d'une côte d'amour de moins en moins importante, est sur une pente savonneuse.

Je suis particulièrement curieux de voir comment les gens vont réagir au social search, car si sur le papier, c'est remarquable, c'est aussi montrer de manière très factuelle tout ce que Facebook sait de vous et de vous enfermer dans votre sphère. Il me semble que les internautes aiment autant qu'ils détestent la personnalisation - la peur de "Big Brother" étant toujours au coin de la rue.

Les connaisseurs diront que Google fait la même chose, mais à mon sens, cela est moins évident pour les utilisateurs.

En conclusion

Il y a évidemment d'autres exemples (je n'ai pas inclus Myspace ni Nokia sciemment pour le moment bien que leurs efforts soient remarquables) mais ceux là démontrent bien mon propos il me semble - il faut faire attention à la capacité des entreprises à rebondir quand, parfois, nous allons trop rapidement aux conclusions.

C'est justement cela qui est passionnant - les rebondissements sont possibles, ils l'ont toujours été et même si le durée de vie des grandes entreprises s'est vue réduite depuis Internet, cela reste toujours d'actualité.

Autour du même sujet