Le challenge des nouvelles interfaces

Des efforts ont été fournis pour concevoir de nouvelles interfaces, de nouvelles façons d'interagir avec notre matériel ou nos logiciels. Consoles, smartphones et PC's s'adaptent à ces interactions qui révolutionnent nos habitudes.

Des technologies toujours plus innovantes 

Au fil des ans, nous avons vu se démocratiser les écrans tactiles, qui sont désormais à la base de toute interaction avec les smartphones du moment. Tous ? Non, car de nouvelles façons d'interagir pointent régulièrement le bout de leurs APIs.
Mécaniques, comme chez Nokia, qui introduit la possibilité de tordre son téléphone afin de naviguer (il fait froid en Finlande, et les gants standards ne permettent pas d'interagir avec un écran tactile capacitif, dont sont équipés l'écrasante majorité des smartphones d'aujourd'hui). Ou bien même sans contact, comme Samsung, qui a semble-t-il trouvé le moyen d'interpréter les clignements d'yeux pour piloter sa prochaine génération de smartphones.
Mais ces nouvelles interfaces ne sont pas limitées à nos téléphones. À l'image de la progression observée sur les consoles de dernières générations (disparition progressive des manettes), la tendance du moment est à l'interaction intuitive : 

La traduction de signal (qui permet d'utiliser n'importe quel élément comme interface, si cela vous tente de jouer du piano à l'aide de votre panier de fruits et légumes).
Des capteurs de plus en plus biométriques, couplés à des accéléromètres, qui permettent de piloter n'importe quel ordinateur ou téléphone à l'aide de son bras (détection de mouvement, rotation, et détection des impulsions électriques des muscles afin d'interpréter les mouvements de la main ou des doigts).

Des technologies sous-exploitées

Ces nouvelles technologies sont certes très prometteuses mais somme toute relativement limitées dans leur utilisation aujourd’hui. En effet, le parc logiciel a été conçu aujourd’hui pour les interfaces d’ « ancienne » génération, et ne seront donc pas nécessairement adaptées. Exemple de ce problème d’adéquation matériel/logiciel : la nouvelle interface de Windows 8. Adaptée au tactile, elle devient pénible à utiliser à la souris. Certes, une alternative (plus classique) existe afin d’accommoder les besoins des utilisateurs de souris, mais le pari de fusion des univers est perdu dès lors qu’il existe deux interfaces différentes.
Il va donc falloir pour le futur concevoir de toutes nouvelles façons d'interagir avec nos machines. Et c’est à nous que revient le challenge d'imaginer et de concevoir les interfaces de demain, qui tireront  pleinement parti de ces nouvelles technologies.

Des possibilités infinies

Imaginez-vous naviguant sur un site e-commerce, présentant les vues de ses produits en 3D interactive (comme cela existe déjà), équipé du bracelet mentionné plus haut. Imaginez-vous manipulant le produit à l'écran directement avec votre main, comme si vous le manipuliez physiquement.
Il en est de même pour les applications mobiles. Ces nouvelles méthodes d'interaction peuvent révolutionner le marché des jeux, par exemple, en introduisant un système similaire à la Kinect de Microsoft, sans pour autant avoir besoin de caméra.
Mais les jeux ne seront pas les seuls éléments impactés, toute une nouvelle génération d'applications à l'UX révolutionnaire attend de voir le jour. (Qui n'a pas rêvé un jour de pouvoir piloter son ordinateur – ou smartphone - comme dans Minority Report ?).
Ce futur est aujourd'hui à notre portée, et comme a dit la chercheuse chinoise Nanshu Lu, créatrice du premier tatouage électronique capable de contrôler des objets à distance, "les applications possibles ne sont limitées que par notre imagination"…

Quelques liens intéressants : 

Autour du même sujet