Lettre recommandée électronique, où en est-on ?

A l'heure du tout numérique, certaines habitudes ont la vie dure ! Pour exemple, le traditionnel recommandé, pourquoi son pendant numérique a-t-il autant de mal à s'imposer onze ans après le lancement du premier service ?

La lettre recommandée électronique existe depuis onze ans ! Gain de temps, d’argent, démarche écoresponsable… si ce nouvel outil représente autant d’avantages, pourquoi met-il autant de temps à s’imposer auprès des particuliers et des professionnels ?

Quiconque parle de recommandé évoque souvent des situations juridiques ou légales délicates : de la résiliation d’un contrat à la mise en demeure… le recommandé est l’outil juridique par excellence ! Or, il a fallu attendre le 22 février 2011 pour légiférer sur le sujet et conférer une valeur juridique à ce type d’envoi : par décret n° 2011-144, l’usage de la lettre électronique est possible sous certaines conditions, par exemple : le tiers de confiance chargé de l’acheminement doit garantir l’identité du destinataire ou encore l’expéditeur doit spécifier son nom, son prénom ou sa raison sociale ainsi que son adresse électronique et postale et l’équivalent pour son destinataire… Le frein juridique disparu, les utilisateurs pouvaient donc se servir de lettre recommandée électronique pour leurs démarches, mais vers qui se tourner ?
L’opérateur historique était à ce moment le seul capable de proposer ce service, et encore, la démarche écoresponsable disparaissait lors de la remise de la lettre électronique en version imprimée au destinataire ! Cette situation monopolistique ne pouvait durer mais la concurrence semblait alors frileuse à se lancer, les utilisateurs n’ont donc pas le choix !

Une fois les freins juridiques disparus, peu d’acteurs ont su se montrer à la hauteur

Ils sont très peu nombreux à proposer un service fiable juridiquement ! Les contraintes sont nombreuses, mais l’on constate aujourd’hui que les derniers à s’être lancés sur le marché sont les plus dynamiques et les plus jusqu’au-boutistes : la version full numérique de la LRE n’est arrivée chez l’opérateur historique que depuis quelques mois alors que les petits nouveaux ont démarré directement avec le tout numérique ! Peut-être est-ce plus difficile qu’on le croit pour ce type d’acteur ancré dans le temps et dans l’Histoire, d’évoluer et d’inciter les mentalités à changer !

Le seul frein à l’utilisation quotidienne de la LRE reste psychologique !

Alors que chacun utilise régulièrement mail, paiement en ligne, signature dématérialisée, le recommandé classique semble parfois voué à perdurer. Pourquoi ? À l’heure où les entreprises ne jurent que par les économies, les coupes budgétaires, et où la société va plus vite et se dit soucieuse de l’environnement, pourquoi rester ancré dans un modèle qui ne correspond pas à son époque ? Les temps changent, les technologies évoluent, tout peut aujourd’hui être vérifié, identifié, acheminé et conservé en toute sécurité ! Il est réellement temps que les entreprises et les particuliers se rendent compte des opportunités qui leur sont proposées et qu’ils se tournent vers les start-up innovantes qui sont les acteurs innovants de ce marché, un marché en pleine mutation !

218 millions de recommandés envoyés par an, cela laisse à réfléchir…

Alors, particuliers, entrepreneurs, professions juridiques, ne vous laissez pas bercer par vos habitudes, lancez-vous et vivez avec votre temps, faites jouer la concurrence, soyez des consommateurs libres de vos choix, participez à l’émergence de nouveaux concepts et soyez les premiers à donner l’exemple. 1,4 milliard de mails sont échangés en France chaque jour, comme l’e-mail a remplacé la lettre pour beaucoup, gageons que le recommandé classique vit ses derniers jours et qu’il a trouvé son substitut numérique !

Autour du même sujet