L'AFNIC et son rapport d'activité 2012

L’Afnic vient de publier son rapport d’activité pour l’année 2012, ce qui nous donne l’occasion de revenir sur les événements marquants de cette année et les projets qu’elle souhaite concrétiser prochainement.

L’Afnic (Association française pour le nommage Internet en coopération), créée en 1987, est un association assurant la gouvernance et la gestion technique de l’extension nationale française « .fr ».
Elle s’est donnée pour ambition de « contribuer au développement d’un Internet sûr et stable, ouvert aux innovations où la communauté Internet française joue un rôle de premier plan ».
Parallèlement à cet objectif, l’Afnic se définit comme un centre d’expertise en matière de technologies Internet et mène des actions de Recherche et Développement.
L’Afnic vient de publier son rapport d’activité pour l’année 2012
, ce qui  nous donne l’occasion de revenir sur les événements marquants de cette année et les projets qu’elle souhaite concrétiser prochainement.

Les événements marquants de l’année 2012

L’un des événements marquants de cette année 2012 est la confirmation du statut d’Office d’enregistrement des noms de domaine en « .fr » de l’Afnic. L’arrêté du 25 juin 2012 l’a désignée comme telle pour une durée de cinq ans.
Cette désignation n’est, bien évidemment, pas remise en cause par l’arrêt rendu par le Conseil d’Etat le 10 juin 2013, lequel  prononce l’annulation de l’arrêté du 19 février 2010 qui désignait aussi l’Afnic comme office d’enregistrement de l’extension nationale française. Également, il ressort du rapport d’activité 2012 de l’Afnic que l’association est le premier opérateur technique de registres français en nombre de clients.
Afin d’être reconnue pour son excellence opérationnelle et servir de référence sur le marché, tant au niveau national qu’international, l’Afnic a choisi de renforcer sa gouvernance. Dans cette perspective, elle a mis en place des comités du Conseil d’administration et un processus de gestion des risques globaux.

Ces risques ont été répertoriés sous les cinq angles suivants : les risques stratégiques, les risques financiers, les risques opérationnels (fraude, sécurité des systèmes, produits et pratiquement commerciales, dysfonctionnement de l’activité et des systèmes,…), les risques de conformité et de réputation (déontologie, sanction administrative, judiciaire, disciplinaire…), et les risques exogènes (piratage, malveillance, …).

La maîtrise de ces risques sera assurée par le conseil de sécurité de l’Afnic. Celui-ci est en charge de valider et de superviser les moyens que l’Afnic met en œuvre pour atteindre ses objectifs stratégiques en matière de sécurité, notamment la résilience de ses systèmes, l’intégrité des données du registre, le traitement confidentiel des données personnelles, …

Regard prospectif sur les activités de l’Afnic 

L’Afnic a développé plusieurs orientations et projets pour les années à venir.
Elle souhaite articuler sa stratégie autour de différents axes.
D’une part, elle souhaite confirmer la préférence pour le « .fr », dans la mesure où sa qualité d’extension nationale française la relie à la France, aux contenus francophones et au marché français. Elle s’est notamment engagée à renforcer ses actions pour le développement du « .fr », au travers de l’élaboration d’un plan stratégique sur 5 ans.
L’Afnic a aussi prévu le lancement, avant la fin de l’année 2013, de l’enregistrement multi-années des noms de domaine en « .fr », ainsi que l’enregistrement des noms composées d’un ou deux caractères.
D’autre part, l’Afnic souhaite maintenir sa position de  principal acteur français dans le domaine des nouvelles extensions.

Dans cette perspective, elle a contribué à la préparation de plusieurs dossiers de candidature à la création de nouvelles extension; et compte aujourd’hui 17 clients dans ses registres.
Le lancement effectif des premières nouvelles extensions est programmé pour la rentrée de septembre 2013.
Également, elle souhaite se positionner comme un acteur majeur de la résilience sur internet. Autrement dit, elle souhaite s’imposer en tant qu’organe central dans la capacité à résister à toute forme d’attaque ou dysfonctionnement. Cet objectif s’inscrit dans la poursuite du processus de gestion des risques globaux.

Enfin, la mise en place en 2012 du Fonds de Soutien au Développement de l’Internet (FSDI) se concrétisera en 2013. Ce fonds, financé par 90 % du résultat net dégagé par le «.fr », servira à financer des actions de recherche pour le développement de l’Internet.

Autour du même sujet