La curation, une nouvelle ère du shopping découverte ?

Il y a 2000 ans, les Romains gravaient la liste de leurs emplettes sur une tablette en bois recouverte d’une fine couche de cire. Aujourd’hui, c’est une nouvelle génération de tablettes que nous utilisons pour faire nos courses. Et celles-ci remettent au goût du jour le bon vieux modèle du shopping découverte !

Dans le monde réel, les commerçants ont compris depuis longtemps l’importance de la scénographie sur le point de vente pour inviter le consommateur à la découverte, aux discussions autour du produit et au partage avec ses amis. Paradoxalement, ceux qui recherchaient la même expérience du shopping bien-être dans le monde de l’e-commerce étaient le plus souvent déçus, puisque confrontés jusqu’à récemment à un modèle proche de l’entrepôt rempli de bacs à soldes, où seuls le prix et les aspects pratiques guident les décisions d’achat.
En ligne, l’expérience de consommation et divertissement doivent aussi être liées. Les clients doivent découvrir et nouer des relations personnelles avec les enseignes virtuelles. Cette tendance fait des émules dans l’industrie et les consommateurs testent volontiers de nouveaux services et canaux de vente qui se veulent originaux et divertissants.
Plusieurs sites de shopping découverte sont à l’initiative de ce changement : les visiteurs y sont invités à constituer des collections de leurs produits préférés, à épingler leurs coups de cœur qu’ils peuvent partager avec toute une communauté de shoppers virtuels, souvent via leur smartphone ou leur tablette.
Naturellement, ces sites influencent aussi les décisions d’achat des commerçants. Pour la première fois, les gérants des boutiques savent exactement ce que leur clientèle attend d’eux et ils constituent leurs stocks en conséquence.

La curation dans le e-commerce : une formidable découverte

La curation appliquée à l'e-commerce aide avant tout les consommateurs à découvrir des produits, tout en contribuant à renforcer leur engagement.
Les pratiques et services de curation ont généré beaucoup de buzz ces deux dernières années.

On n’aurait jamais parié qu’un tableau numérique où l’on épingle des photos et des vidéos puisse marquer le début d’une nouvelle ère du shopping. Et pourtant, après une levée de fond réussie par le groupe  Rakuten depuis 2012, Pinterest fait bien partie des premiers sites à avoir contribué au phénomène. Si les premiers utilisateurs du site ont surtout partagé des photos d’animaux ou de vacances ou encore des illustrations de citations, il n’a pas fallu attendre longtemps avant qu’ils épinglent des photos des produits qu’ils aimeraient bien s’offrir, depuis les tasses à café jusqu’aux voitures.
Aujourd’hui, plus de 20 millions de personnes visitent chaque mois le site Pinterest, catalyseur d’une nouvelle génération de sites de shopping, comme PriceMinister, Fancy, Pinshoppr ou Curisma.
En plus d’amener les consommateurs potentiels à découvrir des produits originaux et inédits du monde entier, ces sites sont aussi un moyen de se divertir ; pour les visiteurs, c’est aussi l’occasion de nouer des relations sociales avec des tiers qui partagent les mêmes centres d’intérêt.
Les commerçants visionnaires, convaincus du potentiel qu’ils vont pouvoir en retirer, sont les premiers à encourager leurs clients à partager leurs achats un peu partout sur le Web. En plus d’apporter aux commerçants une vitrine supplémentaire de leurs marchandises, qui génère du trafic supplémentaire sur leurs propres sites de e-commerce, ces nouveaux sites sont aussi pour eux une source d’information inestimable sur ce qui marche et ce qui marche moins.

La fin du suspens

A cette tendance s’ajoute celle des sites de financement communautaire, ou crowdfunding, comme Kickstarter et Indiegogo, qui permettent de connaître l’opinion des consommateurs vis-à-vis d’un nouveau produit avant même leur commercialisation. Grâce à ces sites, les marchands peuvent aussi financer leur fabrication si l’accueil qui leur a été réservé justifie leur commercialisation.
Les commerçants en viennent à adopter une approche similaire : des sites comme Made.com et The Grommet invitent les consommateurs à acquérir des produits en pré-production, non encore disponibles ou commercialisés en édition limitée. En plus d’aider les designers et autres concepteurs à tester leurs idées de produits, ces sites sont un bon moyen pour les commerçants d’éviter d’encombrer leurs entrepôts de marchandises qui ne rencontreront pas le succès.

Des choix guidés par la demande

Les temps sont fort prometteurs pour les e-commerçants. Grâce aux sites comme Pinterest et Curisma, ils savent mieux que jamais quelles sont les attentes des consommateurs. C’en est fini du monopole des grandes marques et de la course au prix le plus bas pour attirer les consommateurs en ligne. Désormais, plutôt que de rogner sur leurs marges, de pratiquer des prix déraisonnables quand ils ne vendent pas à perte, les petits commerçants ont intérêt à s’inspirer des sites de shopping découverte pour surfer sur les nouvelles tendances de consommation et guider la gestion de leurs stocks en fonction de la popularité des produits.

Autour du même sujet