La recette secrète d’une application mobile réussie

Le SOA est la recette secrète du développement d’applications mobiles réussi. Reliés de manière souple, les services orientés SOA aident à établir une architecture flexible qui répond aux plus grands défis posés par la mise en œuvre d’applications mobiles pour entreprises.

Il est possible de mettre en place une politique de sécurité sur toutes les applications mobiles, sans perdre en sécurité et cohérence et ce, de façon uniforme. L’utilisation des services SOA aide à réduire le temps de mise sur le marché de nouvelles applications mobiles, diminue les coûts de maintenance et permet d’incrémenter des changements rapidement. Enfin, les services SOA aident à fournir des applications d’excellente qualité pour votre entreprise et vos clients !

La plupart des clients avec qui je suis en contact disent vouloir exploiter les mobiles comme un outil de vente stratégique. Rendez-vous compte : plus de gens sur terre ont accès à un téléphone mobile qu’à une brosse à dents (1). Ainsi, tous ceux qui possèdent un mobile sont des clients potentiels.
Peu surprenant alors que 61% des CIO aient prévu d’améliorer leur capacités mobiles d’ici deux ans (2). De même, les dépenses en middleware et applications mobiles ont été augmentées  de 45% en 2012 (3).

En général, les entreprises investissent surtout dans les applications mobiles :

  •     B2B, pour augmenter la productivité des collaborateurs, surtout ceux qui sont en contact direct avec le client,
  •     B2C, afin d’améliorer la satisfaction et la fidélisation client,
  •     G2C (gouvernement vers les citoyens), de sorte que ces derniers aient accès à l’information en un clic et bénéficient d’un meilleur service.
Mais le véritable défi consiste en l’intégration de ces  applications mobiles avec le reste des systèmes utilisés par l’entreprise. L’inquiétude principale des clients vient de la difficulté à permettre à l’application mobile d’avoir accès au cœur du système de l’entreprise  de manière sécurisée, tout en maintenant l’intégrité de ces systèmes internes.
D’autres défis sont également susceptibles d’émerger. Tels que :
  •     Offrir un service mobile fiable malgré une connexion internet intermittente,
  •     Intégrer les applications avec les sources de données back-end,
  •     Garantir le contrôle des applications déployées,
  •     Identifier la façon dont les applications sont utilisées, à quelle fréquence et sur quelles plateformes,
  •     Offrir une authentification cohérente et des autorisations pour les applications natives, hybrides, ou Web.
Pour relever ces défis, une architecture basée sur les SOA possède deux niveaux majeurs :
  •     Le niveau Médiation de Services,
  •     Le niveau Service Métier.
Le niveau Service Métier permet aux systèmes noyau de l’entreprise de fournir des capacités (fonctionnalités et données) réutilisables et basées sur des standards. Placés à l’intérieur du pare-feu, ces services font le gros du travail. Ils s’occupent des taches les plus complexes et nécessaires pour rendre opérationnelles les applications mobiles au niveau de toute l’entreprise. Toutefois, ces services ne sont pas en contact direct avec les applications elles-mêmes.
Le niveau Médiation de Service agit comme un proxy permettant ainsi toutes les interactions entre les applications mobiles et le cœur des systèmes internes. Ce niveau prend en charge la sécurité des attaques aux services sont repoussées, l’usage des applications et leur performance sont relevés, les messages sont traduits et transmis au routeur. Une couche de médiation de services est un excellent moyen de consolider tous les pré-requis de qualité du service, sans avoir à se préoccuper de les coder dans chaque application.
Beaucoup d’entreprises choisissent cette approche, avec succès, afin de développer leur stratégie mobile. Et vous ?


1.     Main Street Analyst, More Mobile Phones Than Toothbrushes – Infographic, Jan 2013

2.     Gartner, Inc., Magic Quadrant for Mobile Application Development Platforms, April 2012

3.     Forrester Research, Inc., Forrsights Budgets And Priorities Tracker Survey, Q4 2011 and Q4 2010


 

Autour du même sujet