Pas de NFC dans l’iPhone : quelle signification pour les commerçants ?

Apple lance ses smartphones, toujours sans NFC. eBay annonce PayPal Beacon, pour le paiement sans contact. Ces initiatives planétaires correspondent-elles aux attentes des commerçants ?

Apple a présenté ses nouveaux iPhone, et comme les précédents ils ne contiennent pas de puce NFC. Ils ne prévoient donc pas de paiement sans contact. Dans ces conditions il semble illusoire de croire que Samsung (et HTC, Nokia ou Blackberry) qui ont sauté le pas vont faire basculer nos modes de paiement. Les intérêts d’Apple contre le Google Wallet rendu possible par la NFC ne sont sans doute pas étrangers à cette décision.

La semaine dernière eBay a présenté sa solution de paiement sans contact PayPal Beacon. C’est la même ambition mais avec un choix technologique différent : une app (iPhone et Androïd pour commencer) autorise le paiement sans contact par l’intermédiaire du BLE (Bluetooth low energy) du smartphone qui communique à un dongle USB fiché chez le commerçant. Outre le paiement, cette technologie permet l’identification (opt-in) du shopper pour permettre au commerçant d’accéder à la fiche du client et par exemple de l’appeler par son nom. Cela permet aussi d’enregistrer le trafic physique et nominatif comme c’est pratiqué couramment en eCommerce. En plus eBay promet un interfaçage impeccable avec les principaux logiciels de caisse pour une expérience client et commerçant sans couture.

Si la solution de PayPal semble très élégante, elle est surtout très élitiste :
le Bluetooth LE n’est disponible que sur les smartphones haut de gamme très récents (à partir de l’iPhone 4S, du Galaxy S3, de l’HTC One, du Blackberry 10).

  • Est-ce suffisant pour convaincre les commerçants de s’équiper des petites antennes ?
  • La commission de PayPal sera-t-elle raisonnable ?
  • Les utilisateurs vont-ils télécharger l’application PayPal ?
  • Laisseront-ils leur antenne Bluetooth allumée ?
 Cela fait beaucoup de points d’interrogation. Trop.

Par ailleurs le paiement par carte à puce est suffisamment pratique et sécurisé pour imposer une barrière à l’adoption extrêmement élevée, infranchissable pour le moment à mon avis.
A côté du paiement, l’enjeu de l’identification en magasin est bien réel. Elle permettrait un contact plus qualitatif entre l’enseigne et ses clients, une approche commerciale personnalisée, et l’alimentation de données objectives comparables aux usages internet… mais pour un pourcentage de l’activité bien supérieure : la part du commerce physique dépasse encore souvent 90%.

A partir de bornes wifi on sait écouter les demandes d’accès des smartphones (presque 50 % des clients en ont un). Il reste à développer le logiciel pour que le commerçant récupère ces informations dans son CRM, et propose à ses clients de passer leur portable sous un mini portique pour leur attribuer les informations déjà rassemblées. Si le client le souhaite, il serait identifié par l’adresse MAC de son smartphone à chaque passage simplement en laissant son wifi allumé.
S’il ne le souhaite pas, les informations de fréquentation, durée de visite, visites multiples – anonymes - seraient tout de même enregistrées par le commerçant.

Autour du même sujet