Big Bang à venir sur les Numéros Spéciaux !

L’organisation et la tarification des Numéros Spéciaux vont connaître une véritable modernisation, amenant ainsi plus de transparence pour les consommateurs et une plus grande latitude pour les éditeurs.

Les Numéros Spéciaux tels qu’on les connaît aujourd’hui présentent beaucoup d’avantages, mais également d’importantes faiblesses. Il existe d’une part un problème de lisibilité tarifaire, comme l’ont montré certaines études : combien coûte un numéro Audiotel ? Qu’est-ce qu’un numéro 0811 ? Qui gagne quoi sur le prix affiché ?

D’autre part, les éditeurs de services liés aux Numéros Spéciaux ne peuvent pas toujours être rémunérés à la juste valeur du service délivré, du fait des grandes contraintes pesant sur les paliers tarifaires en France. D’autres pays d’Europe proposent une plus grande latitude et permettent ainsi d’avoir de meilleures dynamiques de marché.

C’est à partir de ce constat qu’a été proposée une réforme des Numéros Spéciaux, avec comme coup d’envoi la publication de la décision 2012-0856 de l’Arcep, qui modifie « l’organisation des tranches de numéros commençant par 08 et des numéros courts ». Cette organisation, qui datait d’une époque où le marché des télécoms se trouvait en situation de monopole d’Etat, va donc enfin se moderniser !

Les Numéros Spéciaux : état des lieux

Les Numéros Spéciaux permettent d’accéder à des Services à Valeur Ajoutée (SVA) par le biais d’une facturation particulière de la communication téléphonique. Proposant des modèles économiques variés – du gratuit au surtaxé en passant par différents paliers intermédiaires, ces numéros permettent aux éditeurs de répondre à un certain nombre de problématiques marketing, et aux consommateurs d’accéder à divers contenus et services : SAV, informations boursières, ligne antenne radio, etc.

Les Numéros Spéciaux, caractérisés aujourd’hui par des cartouches de diverses formes et couleurs, sont difficilement identifiables par le consommateur quant à leur tarification.

Simplification et lisibilité tarifaire

La décision de l’Arcep est entre autres motivée par la simplification de la tarification. Finie la distinction heures pleines/heures creuses, finis les fameux « éventuels surcoûts depuis votre opérateur », finis les tarifications mixtes et autres crédits-temps.


Ainsi, les numéros de la forme 0800-0805 seront alors totalement gratuits, y compris depuis un mobile.

La communication dite « banalisée » correspondra à ce que facture l’opérateur de l’appelant pour supporter le coût normal de la communication (bien distingué du coût du service délivré par l’éditeur).

Tarification à l’acte ou à l’appel

En second lieu, la disparition des paliers mixtes (coût d’établissement à l’appel + coût à la minute) va laisser place à une nouvelle palette de tarifications disponibles, soit à l’appel, soit à la durée

La future grille présente une plus grande amplitude tarifaire (allant jusqu’à 0,80€ par minute et 3,00€ l’appel) :

Trois catégories de numéros à tarification majorée existeront : les 081 (tous les tarifs jusqu’à  0,15€ l’appel et 0,06€ la minute), les 082 (jusqu’à 0,50€ l’appel et 0,20€ la minute) et les 089 (jusqu’à 3,00€ l’appel et 0,80€ la minute).

Tarification au numéro

Enfin, le troisième point important de cette refonte réside dans le fait que les paliers tarifaires pratiqués par les éditeurs des services, ne seront plus liés à une tranche de 10 000 numéros, mais à un seul numéro.

Par ailleurs, la tarification d’un numéro pourra évoluer selon le positionnement marketing adopté par l’éditeur de service souscripteur du numéro. Cette mesure vise notamment à régler les problèmes de rareté des ressources en numérotation que rencontrent aujourd’hui les opérateurs télécoms.

Conclusion

Cette réforme des Numéros Spéciaux - désormais désignée Numéros SVA (Service à Valeur Ajoutée), prévue pour le 1er janvier 2015, assainira le marché en donnant plus de transparence aux consommateurs et aux éditeurs de services.

Il redynamisera également le marché des services à valeur ajoutée en proposant une palette de modèles économiques plus en adéquation avec d’une part la valeur des services délivrés, et d’autre part les besoins du marché, notamment en termes de compétitivité vis-à-vis de nos voisins européens.

Enfin, il permettra aux opérateurs télécoms une gestion efficiente de leur parc de ressources en numérotation.

Arcep