100 % numérique vs. 0 % service  ?

Pourquoi le business peut-il radicalement changer de main via le numérique ?

Je vais prendre deux exemples significatifs qui illustrent ce changement de main en cours à travers des innovations venant du numérique.
Le premier exemple nous vient des États-Unis - mère patrie du numérique - et plus précisément de Microsoft. C’est le fait de pouvoir traduire en simultané d’une langue à une autre une conversation téléphonique. Cela fait rêver, non ? Et pourtant, ce n’est pas de la science-fiction.
L’autre exemple, c’est la voiture 100 % automatique de Google, parfois appelée Google Car et qui brille par son absence de volant – donc de conducteur. Là aussi ce n’est pas de la science-fiction, car la voiture Google automatique a été acceptée sur les routes de Californie à partir de septembre prochain (les pays bas ont également pris une option dans ce sens dès début 2015).

Qu’on donc en commun ces deux innovations technologiques ?

Tout d’abord, ce sont des ruptures qui amènent 100 % par le numérique des actions qui étaient autrefois (je parle déjà au passé) dévolues aux humains. Traduire un texte, une conversation était le job des interprètes; quant à la voiture, celui des chauffeurs. Sans compter notre auto-travail : chacun est plus ou moins chauffeur de sa voiture individuelle et parfois traducteur que ce soit pour le travail (business export) ou les loisirs.
Tenez vous bien, les chauffeurs représentent aujourd’hui 1,3 million d’employés en France.
Pour les interprètes, ils sont quelques dizaines de milliers.
  • Voici donc le premier enseignement : ces technologies sont en capacité de mettre au chômage technique plusieurs millions d’emplois. C’est un bouleversement, surtout quand on voit la courbe du chômage s’accroitre de jour en jour !
  • Le deuxième point commun, c’est que ce sont des entreprises 100 % numériques et Américaines (quasiment un pléonasme quand on sait que 83 % de la valeur boursière des sociétés numériques est américain).
Cela veut dire, que ce sont elles qui vont truster 100 % de la valeur produite par ce bouleversement.
On voit le séisme que cela promet, si on ne prend pas la mesure de ce changement et qu’on n’en tire pas la conséquence immédiate.
On n’arrêtera pas ce progrès. Comme on n’a pas arrêté les VPCs de Uber en laissant 15 minutes d’attente pour les clients, on ne pourra pas empêcher les utilisateurs de passer par Skype pour traduire leurs conversations.
Non, ce qu’il faut c’est que la France et l’Europe soit en capacité de proposer des services numériques alternatifs et probants. Changer sa stratégie industrielle pour investir massivement dans le numérique et le logiciel. Car les nouveaux emplois seront autour de cette nouvelle chaine de valeur. Les pouvoirs en place ont ils pris toute la mesure de cette nouvelle révolution industrielle ?

Autour du même sujet