E-commerce : vers la révolution Netotiate ?

Le e-commerce est un terreau fertile en matière d’innovations. Que ce soit en acquisition de trafic, en génération de leads ou en relation client, les nouvelles approches se succèdent à un rythme effréné. Une start-up américaine, Netotiate, vient par exemple de révolutionner les stratégies d’engagement client au sein même des pages produits.

Le principe : détecter un visiteur qui s’apprête à quitter une page produit, et lui proposer d’entrer en relation directe avec le site. Via une fenêtre en pop-up, le visiteur est ainsi apostrophé, et un dialogue s’engage avec le e-tailer. A l’issue de ce dialogue, un accord est trouvé et la transaction peut se faire.
Les applications sont nombreuses, depuis la négociation de prix jusqu’à la constitution d’offre personnalisée et sur mesure. Surtout, en rénovant la façon d’engager le visiteur, Netotiate propose une expérience de consommation plus fluide et ludique. De fait, le dispositif mis au point par Netotiate est inspiré d’une part des théories comportementales, et d’autre part de la gamification, cette théorie qui démontre que l’importation des codes vidéoludiques permet d’améliorer différents types d’expérience.

Aujourd’hui, peu d’informations existent sur le champ d’application de Netotiate

CDiscount, le leader européen, a été parmi les premiers à expérimenter le système, avec des résultats qui n’ont pour l’instant pas été communiqués. Aux Etats-Unis, le géant de la distribution, SEARS, a lui aussi été l’un des pionniers. Son responsable du e-commerce, Donnie Franzen, indiquait dans une interview : « A la fin de la journée, on constate que les gens qui utilisent Netotiate sont enchantés d’avoir leur part des économies générées, et cela crée un écosystème positif en multipliant les brand advocates ».
En transformant radicalement les modalités d’engagement du consommateur, les taux de conversion obtenus sont augmentés de façon, semble-t-il, spectaculaire. Une modification radicale de faire de la relation consommateur sur site (après le boom du live chat), dont on devrait entendre parler dans les mois à venir…

Etats-Unis / Acquisition