Xavier Niel défend Free Mobile, un jour de panne... de Free

Le patron de Free Mobile a dénoncé les analystes qui redoutent une destruction de valeur du marché avec l'arrivée d'un quatrième opérateur mobile... Alors même qu'une panne affectait son réseau Internet d'Ile de France.

Dans une tribune parue dans les Echos, le patron de Free Mobile s'est ému de la récente vague de critiques à l'encontre du quatrième opérateur mobile. En vrac, il y dénonce les "analystes de mauvais augure" qui prédisent une baisse de l'emploi dans le secteur à cause de sa politique tarifaire et un manque d'investissement de Free Mobile pour assurer la qualité de son réseau. Sur ce dernier point, il en profite pour rappeler que "France Télécom, SFR et Bouygues Telecom ont des investissements qui représentent de 12% à 20 % de leur chiffre d'affaires. Iliad est à plus de 50% en 2011." Il explique, par ailleurs, que Free Mobile, a recruté plus de 1 500 personnes et a contribué à redynamiser un marché moribond, poussant les opérateurs historiques à investir dans la 4G pour se différencier du nouveau challenger.


Xavier Niel a également tenu à revenir sur la qualité de son réseau, elle régulièrement tancée (Lire l'article, Free Mobile : la navigation Internet resterait fortement défaillante, du 21 juin 2012). "Quant au mobile, nous respectons bien sûr les engagements pris dans la licence", rappelle-t-il, arguant que Free Mobile a tout intérêt à développer son propre réseau le plus rapidement possible, "les minutes achetées en itinérance étant bien plus coûteuses que celles produites en propre." Une intervention qui aurait pu connaître un meilleur timing, puisqu'elle intervenait le lendemain d'une panne du réseau de Free en Ile de France. Selon ZDNet, 300 000 abonnés triple play ont ainsi été privés d'Internet, de téléphone et de télévision dans la nuit de jeudi à vendredi.

 

Opérateur mobile / Free Mobile