Waze ne va plus signaler les radars

La start-up israélienne va se mettre en conformité avec la législation française.

La start-up israélienne rachetée 1,3 milliard de dollars par Google ne devrait plus signaler les radars routiers comme tels dans la prochaine version de son application. La conséquence directe d'une plainte formulée par l'un de ses rivaux, Coyote, qui l'enjoignait à se mettre en conformité avec la loi française qui interdit la pratique depuis janvier 2012. Coyote, comme TomTom et d'autres, a dû s'adapter aux circonstances, lui qui signale désormais des "zones de danger" au sein desquelles peuvent se présenter des obstacles, ralentissements ou... radars. Chose que Waze se refusait jusque là à faire, lui qui n'a pas de bureau en France.  

L'information n'a pas été confirmée par Google qui confirme tout juste travailler à une nouvelle version mais elle a suscitée la joie du PDG de Coyote qui, interrogé par les Echos, explique : "Cela montre qu'il n'y a pas de fatalité au non-respect par Google de la loi française. Je n'ai jamais douté que le moteur mettrait Waze au pas. Il n'a pas intérêt à avoir une application qui ne respecte pas la loi".

 

Législation / Waze