Les personnalités du Web interpellent Axelle Lemaire

Acteurs numérique Axelle Lemaire Entrepreneurs, investisseurs, associations... Les acteurs du numérique disent tout ce qu'ils attendent de la nouvelle secrétaire d'Etat chargée du Numérique.

Comment le monde du Web a-t-il réagi à la nomination d'Axelle Lemaire au poste de secrétaire d'Etat chargée du numérique auprès d'Arnaud Montebourg ? Neutralité du Net, fiscalité, continuité du travail de Fleur Pellerin, formation au numérique, protection des données privées, accès à Internet, promotion de la French Tech... Le JDN a demandé à des entrepreneurs, des investisseurs, des pigeons, des blogueurs... ce qu'ils attendent de la nouvelle secrétaire d'Etat au numérique. Voici leurs réponses :

 

Gilles Babinet, Digital Champion de la France auprès de la Commission européenne

"Fleur Pellerin a initié deux des trois chantiers essentiels : la création de clusters numériques et un début de réforme fiscale pour faciliter le financement des startups. Il manque un chantier qui est la modernisation de l'action publique par le numérique. Le chantier est essentiel car il peut projeter la France dans le XXIème siècle : une santé modernisée, une justice efficace, une éducation qui ne laisse plus 20% des élèves sur le bord de la route... Pour ne citer que quelques thèmes sur lesquels le numérique peut beaucoup. Axelle Lemaire devra aussi aider les acteurs économiques traditionnels à se moderniser : il y a urgence."

 

Giuseppe de Martino, DG Europe Dailymotion

"J'ai confiance en sa pugnacité"

"Qu'est-ce que j'attends de la nouvelle secrétaire d'Etat ? Que son profil international lui permette de sortir par le haut des débats franco-français sur la place et l'ambition du numérique. Pour l'avoir côtoyée, j'ai confiance en sa pugnacité et en son ouverture d'esprit... "

 

Benjamin Bejbaum, co-fondateur de Dailymotion

"Encore une fois, les manœuvres d'appareil viennent s'opposer au bon sens et à l'intérêt général. Le bon sens voulait qu'on laisse Fleur Pellerin continuer son action."

 

Anne-laure Constanza, CEO Envie de Fraises

image1
Anne-Laure Constanza. © Cécile Debise - JDN

"La première mission d'un secrétariat d'Etat au numérique est, pour moi, de créer les conditions de la croissance par le numérique. C'est-à-dire qu'il y ait plus de start-ups, et que plus de start-ups deviennent des leaders mondiaux. Rappelons que les emplois, en France, ne sont pas créés par les grands groupes, ou par les entreprises à développement lent, mais quasi-exclusivement par les jeunes entreprises en forte croissance. Pour cela, il faut d'abord que les entrepreneurs et les talents qui réussissent soient récompensés. Que les dispositions fiscales ne les privent pas des deux tiers de la richesse qu'ils créent, qu'ils ne soient pas tentés de réinvestir dans des tableaux, ou en Californie, et qu'ils soient au contraire pris comme des exemples positifs. Il faut ensuite former les jeunes à nos métiers et aider des vrais écosystèmes à se développer. Qui fait cela aujourd'hui ? L'Etat ? Non, Xavier Niel et les entrepreneurs qui ont réussi. Il faut enfin arrêter de faire peur : on a peur de Google, d'Amazon, des américains, des MOOCs, de big brother, de la disparition des librairies... et les politiques surfent trop souvent sur ces peurs. Au contraire, il faut apprendre à tester des choses nouvelles, établir des ponts avec la Californie, viser le leadership, montrer aux Français que le numérique, c'est notre avenir, et s'inspirer humblement de ce qui marche. Le rêve, ça serait qu'on arrête de confondre la parole avec les actions. Pas de "grand plan" ou de "grand débat". Des actes, même modestes. Fleur Pellerin allait dans cette direction et il n'y a qu'à aller plus loin !"

 

Bertrand Jonquois, Président fondateur de Go Shop et administrateur de la Mobile Marketing Association France

"Un relais pour développer et exporter nos pépites"

"Notre première attente serait une forte proximité avec les créateurs d'entreprises numériques (web, mobile, IoT...). L'écosystème numérique Français a besoin d'un soutien et d'un porte-parole auprès du gouvernement en plus d'un relai pour développer et exporter nos pépites."

 

Jean-David Chamboredon, CEO ISAI

"Je souhaite qu'elle prenne le relais de Fleur Pellerin, s'approprie les spécificités de  fonctionnement de l'écosystème, travaille en "coproduction" avec les différents acteurs (notamment France Digitale), étende son rôle a l'entrepreneuriat (notamment les jeunes entrepreneurs) et -last but not least- réussisse à apprivoiser et canaliser son impétueux Colbertiste ministre de tutelle..."

 

 

Nicolas Celier, Partner chez Alven Capital

photo nc 1 nb (1)
Nicolas Celier. © S. de P. Alven

"J'attends de la nouvelle secrétaire d'Etat qu'elle devienne l'ambassadeur pragmatique et engagé de l'innovation digitale, de l'entreprenariat et de la croissance en France et à l'étranger. Qu'elle permette aux startups de la French Tech d'attirer les meilleurs talents, en créant un " visa startup" facilitant l'immigration d'entrepreneurs, d'ingénieurs et de développeurs étrangers, et en favorisant l'intéressement au capital des salariés de startups. Qu'elle favorise la diffusion de la fibre sur tout le territoire, l'accès à Internet pour tous, l'accès à la formation via Internet et l'apprentissage du code dès le plus jeune âge. Qu'elle milite pour orienter l'épargne des français vers les PME innovantes françaises qui sont les meilleurs vecteurs de croissance et de création d'emplois durables. Enfin, qu'elle favorise l'accès des startups aux appels d'offre publics, c'est-à-dire qu'elle favorise la performance et l'innovation plutôt que systématiquement la surface financière et les réseaux des Thales et consorts."

 

Joel Palix, CEO feelunique.com

"Il y a fort à faire pour positionner la France comme un marché ouvert aux nouvelles technologies, au numérique, au e-commerce. Je lui conseille de donner la priorité aux start-up."

 

Jacques Rosselin, "ingénieur médias"

"J'attends d'Axelle Lemaire qu'elle lance au niveau européen, notamment avec l'Allemagne, un programme sur la sécurisation des données privées, la signature d'une déclaration des droits du citoyen numérique. Qu'elle généralise l'utilisation du libre dans les administrations. Qu'elle oblige les entreprises américaines à payer des impôts au niveau européen et que le dumping fiscal cesse dans ce domaine. Qu'elle développe la connaissance des entreprises françaises et leur présence à l'international, avec l'aide du Commerce Extérieur, en favorisant la circulation de l'info sur ce que font les acteurs français et européens. Et les aides à la présence à l'étranger. Qu'elle encourage la création d'entreprises qui créent des emplois, notamment en finançant l'early-stage, ou en créant des incitations fiscales au financement de l'early stage (jusqu'à 1 million d'euros), chez les particuliers ou les entreprises. Qu'elle favorise la formation dans le domaine du numérique dans toutes les filières, à tous les niveaux et dans les entreprises. Qu'elle augmente le financement public et privé de la recherche et de la R&D dans le domaine du numérique."

 

Benoit Sillard, CEO CCM Benchmark Group (éditeur du JDN)

"Lutter contre la constitution et la consolidation d'oligopoles numériques"

"Dans le rapport qu'Axelle Lemaire a rédigé sur la stratégie européenne en matière de numérique, elle demande notamment que soit élaboré au niveau européen un régime de gouvernance et de régulation des services digitaux, en imposant aux plateformes de services digitaux des règles du jeu équitables pour lutter contre la constitution et la consolidation d'oligopoles numériques abusant de leur position dominante. Je crois que c'est en effet un des enjeux majeurs. Il faut qu'Axelle Lemaire soit sans complexe sur ce sujet et œuvre en faveur d'une concurrence loyale et qu'elle veille en particulier sur le fait que les règles du jeu soient  les mêmes pour tous, faute de quoi, nous autres européens, finiront comme une colonie américaine."

 

Anne-Sophie Bordry, CEO Medicis WEB

"Axelle Lemaire, la nouvelle Secrétaire d'Etat chargée du numérique à un profil jeune, ouvert sur l'extérieur, très au point sur la réalité des start-up et de leur financement. Je crois que les acteurs du numérique la soutiendront pour promouvoir les startups et les entreprises leaders Françaises de l'Internet des objets. La France doit dans ce secteur garder sa compétitivité et faire émerger des fleurons mondiaux. Dans l'exercice de ses nouvelles fonctions, nous comptons sur Axelle Lemaire pour faire valoir auprès des autres ministres du Gouvernement que le numérique est porteur de la croissance dans tous les secteurs de l'industrie à tous les niveaux et que le numérique doit être inhérent à toutes les politiques publiques du gouvernement. Les PME innovantes sont internationales par nature mais aussi sont l'avenir de notre économie, pour libérer la croissance."

 

Grégory Pouy, marketer et blogueur

"Briser la fracture numérique avec les élites"

"Dans la mesure ou Axelle Lemaire travaille déjà activement au niveau Européen sur la neutralité du net et les problématiques liées à la confidentialité des données, deux sujets extrêmement importants, j'attends surtout de cette secrétaire d'Etat de réussir à briser la fracture numérique qui existe avec les élites qui ne considèrent pas pleinement (voire pas du tout pour certain) les impacts du digital dans l'économie au global. Nous avons en France de formidables développeurs, des personnes motivées et intelligentes développant des start-up de qualité. Je pense que ces derniers ne sont pas suffisamment mis en valeur ou que les conditions pour eux de se développer en France ne sont pas suffisantes."

 

Frédéric Montagnon, cofondateur eBuzzing et CEO Overblog

"J'attends d'elle qu'elle fasse dans la simplicité, surtout si on la change de poste dans deux ans comme ça a été le cas pour sa prédécesseur ! Le numérique est un marché global, il ne faut pas penser franco-français. J'attends d'elle qu'elle pèse dans la politique fiscale pour que la France soit, à minima, alignée sur ses voisins en Europe : il faut une fiscalité simple et stable. Et j'attends aussi qu'elle valorise les initiatives et l'écosystème des entreprises du numérique. La France gère très mal sa communication, de ce point de vue, vers l'international."

 

 

Patrick Robin, VP de France Digitale, Managing Partner de Avolta

42174 fondateur et un peu gourou
Patrick Robin. © Marine de Saint Seine, JDN

"Des différents noms qui ont circulé c'est indéniablement le meilleur choix... Elle a une culture du digital, une conscience des enjeux, une vision européenne (elle a été Rapporteuse sur le numérique au sein de la Commission des affaires européennes), une culture internationale (elle est franco-canadienne et a fait une partie de ses études à Londres, elle parle donc anglais, ce qui n'était pas le cas de tous les pressentis)... Je suis persuadé que nous allons travailler ensemble, avec France Digitale, de façon constructive pour continuer sur la bonne dynamique qui a fait suite aux assises de l'entrepreneuriat et ainsi " jouer collectif " et continuer à développer un écosystème et un cadre favorable au développement de la FrenchTech."

 

Philippe Collombel, Managing Partner chez Partech International

"Mes attentes par rapport à Axelle Lemaire : qu'elle continue de porter la parole des entrepreneurs au sein du gouvernement, qu'elle veille à appliquer les mesures annoncées par Fleur Pellerin sur la French Tech -de nombreuses annonces ne sont toujours pas des réalités. Mais aussi qu'elle pousse pour plus de simplicité : il n'y a qu'à voir les plus-values des entrepreneurs... Fleur Pellerin a fait prendre conscience de le folie fiscale lors des  Assises de l'Entrepreneuriat mais au prix d'une complexité ubuesque. Cela serait déjà un beau programme de travail..."

 

Carlos Diaz, CEO Kwarter

carlos diaz
Carlos Diaz © S. de P. Kwarter

"Essentiellement, j'attends d'Axelle Lemaire qu'elle poursuive le travail que nous avons entamé avec Fleur Pellerin depuis deux ans et qu'elle ne perde pas de temps. Le discours du Président Hollande à San Francisco a su encourager les entrepreneurs du digital à un moment où ils en avaient vraiment besoin. Il a dans le même temps fixé une feuille de route claire que nous voulons voir maintenant se réaliser. Les Pigeons n'accepteront aucune reculade sur les accords obtenus ou les promesses qui ont été faites. La France a aujourd'hui un choix à faire entre passé et modernité. Nous voulons d'une France moderne qui joue un rôle au-delà de ses frontières et qui regarde le monde qui l'entoure avec enthousiasme. Je souhaite qu'Axelle Lemaire nous aide à faire passer ce message auprès de la classe politique française qui pense encore trop souvent que le digital est un gadget qui n'intéresse que les jeunes... Le digital est certainement la plus belle opportunité économique qui s'offre à la France et compte tenu de la situation économique actuelle, la France peut-elle la refuser? A toi de jouer Axelle."

 

Jean Michel Billaut , blogueur

"Que l'administration se mette au 2.0"

"J'attends que la nouvelle secrétaire d'Etat fasse émerger un secteur français de la e-santé, qu'elle réforme le dossier médical personnalisé (une usine à gaz 1.0), y favorise la création de startups, et propose une vue claire sur la génomique qui sera probablement le point d'ancrage de la médecine prédictive et personnalisée (actuellement un Français ne peut pas décider lui-même de faire faire son séquençage du génome sous peine d'un lourde amende). Même chose pour le secteur de la justice qui est très mal organisé... J'attends qu'elle favorise aussi dans l'éducation le projet Marguerite Tab, et qu'elle fustige nos aimables administrations pour qu'elles se mettent le plus rapidement possible au 2.0. Enfin qu'elle mette à la disposition des membres du Gouvernement et de notre haute administration des outils pour travailler efficacement et moins cher. Et que l'utilisation de ces outils soit enseignée à l'ENA. Le Président Obama, par exemple, a pris une directive qui impose aux fonctionnaires fédéraux américains de réduire leurs déplacements physiques de 50% . C'est à ceux qui nous gouvernent de montrer l'exemple."

Patrick Bertrand, Directeur général de Cegid, Vice-président du Comité de Transformation Numérique du Medef

©ar 8681[1]
Patrick Bertrand. © S. de P. Cegid

"J'attends bien sûr que le mouvement initié ces dernières années par Fleur Pellerin, qui a été une formidable ministre, s'accélère. Le background d'Axelle Lemaire qui connait bien les nombreux pays où le numérique a été un booster de l'économie est un vrai atout. Il s'agit maintenant de mettre sur orbite le satellite du numérique en ce sens que c'est un inducteur de l'ensemble de l'économie et de la société, et pas simplement une révolution technologique. Cette dynamique du numérique reposera sur l'interaction entre les actions publiques (modernisation de l'état, éducation et santé) et celles de l'ensemble des acteurs de la sphère privée, notamment les entreprises avec qui Fleur Pellerin a su dialoguer et travailler main dans la main.

Un autre enjeu majeur est celui de la transformation numérique de toutes les entreprises françaises qui doivent s'approprier et vivre le numérique comme une formidable opportunité, tant en matière de compétitivité/coûts que de capacité à améliorer la qualité de leurs produits et services et à en imaginer de nouveaux."

 

Le Parti Pirate

"Faire respecter la neutralité du net "

"Le Parti Pirate suivra avec intérêt les actes de Mme Lemaire. Nous serions sensibles à ce que son expérience spécifique soit mobilisée dans des dossiers communs au numérique et aux droits de l'Homme, comme la neutralité du net ou la surveillance des correspondances numériques. Elle devra mener un dur combat y compris contre son propre camp pour protéger la vie privée et faire respecter la neutralité du net (dont la définition claire vient d'être adoptée au Parlement Européen en première lecture et doit également l'être au Conseil de l'UE les 5 et 6 juin prochains) par les entreprises et son gouvernement.

Le fait qu'elle soit représentante des Français de l'étranger pourrait nous faire espérer qu'elle aura à cœur de mettre un terme aux aberrations du droit d'auteur dans un monde numérique. Celles-ci empêchent, par exemple, aux français de Londres (où elle résidait il y a encore peu de temps) de voir leurs chaînes françaises sur Internet. Nous espérons qu'elle saura être vigilante et porter la voix des entreprises et des utilisateurs d'Internet quand seront discutés les volets culturels du numérique comme la révision de la loi qui a donné naissance à la Hadopi, annoncée pour la fin de l'année.

Nous ne cachons pas cependant un certain scepticisme au sujet d'une force politique qui a fait preuve d'une incroyable capacité de renoncement. Le Parti Pirate se fera entendre dans tous ces débats et espère que Mme Lemaire sera attentive à ses arguments."

 

Sandrine Plasseraud, Directrice Générale We Are Social

"Une des forces de Fleur Pellerin aura été d'avoir réussi à incarner et symboliser le numérique français en allant sur le terrain, en gagnant la confiance des acteurs du digital et en comprenant leurs enjeux. Il semble donc important qu'Axelle Lemaire, en tant que nouvelle Secrétaire d'Etat au Numérique sache également jouer la carte de la proximité avec les acteurs du numérique tout comme le faisait brillamment sa prédécesseur. Et bien sûr qu'elle milite et œuvre pour enfin faire de Paris et de la France une des plaques tournantes de l'innovation, et qu'elle le fasse savoir tout comme les anglais savent si bien le faire lorsqu'il s'agit de communiquer à propos de leur Tech City. La valorisation fiscale de l'innovation, la fiscalité des start-ups sont également clés pour faire de la France un pays incontournable dans le paysage du digital et de l'innovation."

 

 

Christine Balagué, Vice-présidente du Conseil National du Numérique

christ balague ok (1)
Christine Balagué © S. de P. Telecom Ecole de Management

"J'attends d'Axelle Lemaire qu'elle lance un programme Digital Society intégrant à la fois  un volet économique (écosystèmes innovants, conditions favorables à la croissance de start-up, à la préservation des talents en France) et un volet inclusion numérique pour tous. Qu'elle systématise l'apprentissage de l'informatique dans l'éducation, de la maternelle à l'enseignement supérieur. Qu'elle initie et porte une stratégie européenne sur le numérique (stratégie industrielle, position européenne sur des grands sujets comme la neutralité du Net, la neutralité des plateformes, la protection des données). A l'heure du partage massif d'informations sur Internet (réseaux sociaux, plateformes web 2.0, applications mobiles), de la surveillance généralisée, des objets connectés et du big data, j'attends aussi qu'elle engage des travaux puis régule sur les questions de préservation des libertés individuelles, de protection des données, de respect des équilibres démocratiques. Enfin, qu'elle soutienne les démarches d'Open Data et de modernisation de l'Etat."

 

Stéfane Fermigier, CEO Abilian

"Le CNLL (Conseil National du Logiciel Libre) a publié il y a un an et demi une liste de propositions pour développer l'économie du logiciel libre en France, adressée à l'époque à Mme Pellerin. Ces propositions reprenaient, pour la plupart, des promesses du candidat François Hollande. A ce stade, il nous semble qu'il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour que ces promesses soient tenues. Notre première réaction sera donc de lui retransmettre ces informations et d'engager le dialogue sur ces sujets.

De manière plus spécifique et synthétique, voici à titre personnels trois points qui me semblent prioritaires parmi ces propositions. D'abord, une traduction dans la loi (par exemple, dans une loi sur le sujet de la modernisation de l'Etat) de l'obligation d'utiliser les standards ouverts ("réellement ouverts", c'est-à-dire "royalty free" et non pas seulement "RAND") pour les administrations. Ensuite, une position clairement opposée aux brevets logiciels au niveau européen et international. Enfin, des recommandations d'utiliser le logiciel libre, à coût global, risques et efficacité comparables. Cette demande va plus loin que la "circulaire Ayrault" qui ne contient pas de préférence pour le logiciel libre, et ne tient pas en compte de la dimension "développement économique" du sujet.

"Plus de logiciel libre !"

Concernant la parole politique, si on ne peut que saluer l'action de Mme Pellerin sur le développement de la "marque France" dans le domaine du numérique, on peut regretter que le thème du logiciel libre ait été très peu présent dans cette communication, alors que le logiciel libre est un des rares domaines où la France a un leadership mondial indiscutable. Nous comptons donc sur Mme Lemaire pour mettre un peu plus de logiciel libre dans son discours !"

 

Alain Sanjaume, Directeur Europe eXelate

"J'attends d'elle une position claire et favorable sur la légalité d'utilisation de cookies publicitaires n'utilisant pas de données personnelles. De plus, en ce qui concerne le consentement préalable de l'internaute pour l'utilisation de ses données personnelles, est-elle consciente qu'une loi allant dans ce sens favorise les acteurs américains (Facebook, Google, Microsoft, Yahoo...) au détriment d'acteurs européens ? Enfin, quelles initiatives peut-elle mettre en œuvre pour faire de la France un géant du big data, puisque nous avons tous les atouts en main sur ce secteur (ingénieurs, écoles, savoir-faire...) ?"

 

Bruno Vanryb, Président Avanquest Software

"En tant que ministre déléguée au numérique, Fleur Pellerin a su habiter cette fonction et montrer qu'il était possible d'établir un dialogue de qualité entre les entrepreneurs et le gouvernement. Il y a donc beaucoup d'attentes de la part de l'écosystème digital autour de la nomination d'Axelle Lemaire, qui prend sa succession en tant que secrétaire d'Etat. A priori, nous avons beaucoup de raisons de penser qu'Axelle Lemaire puisse être une interlocutrice de qualité. Déjà, sa double culture française et anglo-saxonne sera très utile pour bien appréhender ce secteur, où l'innovation provient des deux côtés de l'Atlantique.

En priorité, nous espérons qu'elle portera la bonne parole sur le numérique comme levier de transformation de l'ensemble de notre économie et de notre société auprès de ses collègues. Nous attendrons également qu'elle soit à l'écoute d'un secteur très différent des autres, dans lequel croissance et innovation entrent en résonance avec l'environnement fiscal et réglementaire. L'essentiel est qu'Axelle Lemaire puisse faire que le numérique joue un rôle-clé dans la politique économique du gouvernement, et qui ne serve pas simplement de caution de modernité.

Enfin, sachant qu'elle est rattachée à Arnaud Montebourg, ministre de l'économie et du numérique, personnalité politique de premier plan, il faut espérer que ce sera un atout pour disposer d'un poids, et non un obstacle faisant de notre secteur un sous-ensemble de l'industrie traditionnelle. Son profil original et son bagage culturel devrait y aider. Nous lui souhaitons d'y réussir dans l'intérêt de tous."

 

Marc Lolivier, délégué général de la Fevad.

fav10 087
Marc Lolivier. © S. de P. Fevad

"La Fevad se réjouit que dans sa déclaration de politique générale, le Premier Ministre acte que le retour à la croissance et à l'emploi nécessite l'entrée de la France dans l'ère numérique. Avec plus de 50 milliards d'euros, 33 millions de Français achetant en ligne, et plus de 100 000 emplois, le e-commerce est un moteur essentiel du numérique. La Fevad souhaite rencontrer très prochainement la secrétaire d'Etat, nommée hier, afin d'évoquer les mesures qui permettront au e-commerce de pleinement contribuer au développement du numérique au service du redressement de l'économie française."

 

Pascal Chevalier, CEO Reworld Media

"Qu'elle poursuive le formidable travail de Fleur Pellerin. Qu'elle place le digital au centre de la relance économique. Qu'elle participe à donner envie aux entrepreneurs d'entreprendre."

 

Alain Lévy, CEO Weborama

"J'attends une gestion efficace du process de réglementation européenne sur les données personnelles et la vie privée. Ce serait déjà beaucoup !"

 

Tristan Nitot, président de Mozilla Europe

"J'attends de la secrétaire d'état au numérique une impulsion sur les points suivants : 
 Un choix politique en faveur de la neutralité d'Internet
 Des mesures visant à favoriser le logiciel libre dans l'administration
 L'utilisation de formats standards non-propriétaires dans les échanges entre l'administration et les citoyens
 Des mesures favorisant l'accessibilité et les bonnes pratiques du Web telles que préconisées par Opquast.com
 Des mesures fiscales favorisant encore plus les créateurs de start-ups 
 Des investissements sur le Très Haut Débit"

PME / Axelle Lemaire