Chris Daniels (Responsable du développement de Facebook) "La France compte plus de 10 000 développeurs utilisant Facebook"

Le responsable du développement chez Facebook décrypte la stratégie du réseau social en termes de partenariats.

chris daniels (1)
Chris Daniels est responsable du Business Development chez Facebook. © S. de P. Facebook

JDN. En quoi consiste votre poste de responsable du "Business Development" chez Facebook ?

Chris Daniels. Cela recouvre plusieurs volets. D'abord, les partenariats stratégiques avec des géants comme Apple ou Microsoft, par exemple. Ensuite, nos partenaires de plateforme : ce sont les sociétés qui utilisent la plateforme Facebook pour créer ou améliorer leur application, comme Deezer ou Spotify. Enfin, nous nous concentrons sur notre croissance. Pour cela, nous avons des équipes partout dans le monde, depuis le Nigéria jusqu'au Vietnam en passant par l'Indonésie, le Japon, le Mexique... Leur rôle est de nouer des partenariats avec des entreprises -principalement dans le  mobile, que ce soit des constructeurs, des opérateurs...-dans les marchés qui sont importants pour notre croissance.

 

Quelles possibilités offrez-vous à travers vos partenariats de plateforme ?

Nous aidons nos partenaires à construire des expériences sociales. Notre objectif est qu'ils puissent se servir de notre plateforme pour rendre leur expérience plus sociale et plus simple. Par exemple en se loguant à une application via Facebook et en s'authentifiant très rapidement. Ou à travers des fonctionnalités de partage, pour permettre de publier sur mon mur la musique que j'écoute sur Deezer, par exemple. Nous venons aussi de sortir sur mobile les "App engagement ads" : une fois une application déjà téléchargée par un utilisateur, nous publions une publicité sur son mur Facebook qui renvoie à l'intérieur de l'appli en question, pour renforcer l'engagement. C'est en améliorant l'expérience utilisateur que nos partenaires peuvent augmenter l'engagement des utilisateurs sur leur service.

 

"Le jeu de l'année 2013 sur Facebook est Français"

La France est-elle importante en termes de partenariats ?

Oui, la France compte plus de 10 000 développeurs utilisant la plateforme Facebook, c'est l'un des pays le plus actif dans le monde. Le jeu de l'année 2013 sur Facebook, Criminal Case, est édité par la start-up française Pretty Simple. Et nous avons noué de nombreux partenariats avec des médias, des opérateurs télécoms...

 

Vous avez travaillé pour Microsoft avant de rejoindre Facebook...

Oui, c'est drôle parce que je travaille avec les mêmes personnes qu'avant, mais en tant que partenaire. Quand j'étais chez Microsoft, j'ai travaillé sur le premier deal signé avec Facebook pour la publicité. C'est d'ailleurs de cette manière que j'ai connu le réseau social. Et quand Microsoft a investi dans Facebook, j'ai aussi participé aux négociations du côté investisseur.

 

Pourquoi avez-vous quitté Microsoft ?

Je préfère me demander pourquoi je suis venu à Facebook. Je crois vraiment en la mission que se donne Facebook : rendre le monde plus ouvert et connecté. Elle me convient vraiment. Et puis Facebook a une culture qui encourage la prise de risque et l'action. Quand on y travaille, on se rend compte que tout bouge rapidement et que rien n'est immuable.

 

Est-ce que les utilisateurs ne vont pas se lasser d'avoir des dizaines d'applications liées à leur compte Facebook ?

"80% des internautes choisissent de se loguer avec Facebook"

Ce que nous voulons, c'est donner les outils aux développeurs pour qu'ils puissent construire leur application et donner la possibilité aux internautes de choisir comment ils veulent s'engager et s'ils veulent le faire en utilisant Facebook. L'important, c'est de leur donner ce choix. Mais on constate que quand ils en ont la possibilité, 80% des internautes choisissent de se loguer avec Facebook sur les applis les plus populaires comme Foursquare, Quora, Spotify.... 81% des applications en plus forte croissance sous iOS et 60% des applis en plus forte croissance sous Android utilisent le login Facebook. Les développeurs et les utilisateurs semblent apprécier. Le login Facebook est utilisé 850 millions de fois par mois !

 

Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez actuellement ?

Du côté utilisateur, l'un de nos plus grands focus est le prochain milliard de personnes qui vont arriver sur Facebook. Nous nous penchons notamment sur la portabilité, l'efficacité des applis, de nouveaux business model pour donner accès à ceux qui ne l'avaient pas avant... Du côté développeur, notre plateforme est très différente de ce qu'elle était il y a seulement un an. Nous offrons des outils pour construire, développer et monétiser les applis et nous allons continuer de les faire évoluer. Coté annonceurs, nous ne cessons d'innover. Pour preuve, les "mobile app install ads", les "mobile app engagement ads"... Le portail pour annonceurs est disponible dans 11 langues, pour que les petites entreprises puissent utiliser Facebook pour leur publicité. Et on continue de se développer en ce sens.

 

"Non, les ados ne désertent pas Facebook"

Des études font état du désintérêt des adolescents pour Facebook. Qu'en pensez-vous ?

Récemment, David Ebersman [CFO de Facebook, ndlr] a déclaré qu'entre le deuxième et le troisième trimestre 2013, l'engagement moyen des adolescents dans le monde sur Facebook a été stable. Et Sheryl [Sandberg, COO de Facebook, ndlr] a souligné qu'une vaste majorité des adolescents américains sont des utilisateurs actifs de manière mensuelle sur Facebook, et une majorité y sont même actifs quotidiennement. Les ados restent donc très engagés.

 

Chris Daniels est responsable du Business Development à Facebook. Auparavant, il a travaillé pour Microsoft pendant cinq ans. Il y a été responsable de Bing Mobile, directeur de la stratégie en ligne et directeur du Business Development. Il a aussi travaillé au sein de l'entreprise Applied Semantics, rachetée par Google en 2003. Il a décroché une licence d'ingénierie mécanique et de chimie et une maîtrise en administration des affaires à l'université de Duke.

Facebook