Groupon révèle une perte de 540 millions de dollars et annonce son IPO

Entrée en bourse Groupon Annoncée comme l'entrée en Bourse de l'année, Groupon vient de refroidir les investisseurs en annonçant une perte nette de 413 millions en 2010 et de 540,2 millions de dollars depuis sa création en 2008.

Alors que Groupon s'apprête à faire son entrée en Bourse, le dossier déposé par le site spécialiste des achats groupés à la SEC fait apparaitre une perte nette de 540,2 millions de dollars depuis sa création en 2008. Attendu comme l'une des entrées en bourse phare de l'année, après celles réussies de LinkedIn, Renren et Yandex, le site révèle une perte nette de 413 millions de dollars en 2010, et déjà près de 114 millions pour le premier trimestre 2011. Groupon, qui reste valorisé entre 15 et 20 milliards, espère lever 750 millions de dollars lors de son entrée en Bourse et n'a pas communiqué sur le nombre d'actions mise en vente. 


Ces pertes contrastent avec les prévisions des analystes et surtout avec le fait que le site d'achat groupé s'appuie sur un business model solide, qui, comme beaucoup de sites e-commerce, est générateur de marge. Pour autant la croissance de Groupon reste impressionnante, de 1,8 million d'internautes fin 2009, le site compte aujourd'hui près de 83 millions d'abonnés. Son chiffre d'affaire était de 94 000 dollars en 2008, contre 713,4 millions de dollars en 2010, et pourrait dépasser 2,4 milliards en 2011. 


Les pertes  du site peuvent s'expliquer par les nombreuses acquisitions réalisées par Groupon à l'international (dont Citydeal en Europe) et surtout par le cout important en personnel, puisque le site est passé de 37 employés en juin  2009 à plus de 7100 salariés comptabilisés au 31 mars 2011, en grande partie composé par des commerciaux. Le site doit également faire face à une concurrence accrue avec près de 500 sites similaires dans le monde. Pour cela, Groupon a fait évoluer son offre vers les voyages et a récemment lancé Groupon Now aux Etats-Unis, un service dédié au mobile, en plus d'investissements marketing importants.


C'est d'ailleurs l'une des faiblesses de Groupon : la faible barrière à l'entrée de son marché. Google et Facebook ont d'ailleurs montré leur volonté de se positionner sur dessus, alors que Groupon a déja refusé une offre de rachat par Google, estimée à près de 6 milliards selon la presse. Le site d'achat groupé, valorisé 7,5 à 10 fois son chiffre d'affaire relance donc le débat sur l'existence d'une bulle Internet. Andrew Mason, le PDG et fondateur de Groupon, reste très confiant et explique privilégier "une croissance sur le long terme". 

Groupon / IPO