Aurélie Filippetti se dit favorable à une taxe Google Actus

La ministre française de la Culture a estimé qu'il "serait normal" que les moteurs qui agrègent des articles d'information contribuent au financement de la presse.

La ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti s'est montrée ouverte à ce que les moteurs de recherche et les portails agrégateurs d'informations contribuent au financement de la presse, dans des propos rapportés par "Le Monde". "Les principaux sites tapés sur les moteurs de recherche sont les journaux, y explique-t-elle. Il serait normal que ces moteurs de recherche contribuent à financer la vraie valeur ajoutée produite par les journaux. Le travail éditorial est fait par la presse, pas par ces plateformes qui pourtant en tirent un profit commercial évident."

 

Pour la ministre, "certains gros acteurs du Net ont les moyens d'utiliser la matière première fournie par d'autres, sans faire les investissements nécessaires, indispensables à la pérennisation du métier de journaliste et à la liberté de la presse". Très intéressé par une loi allemande en cours d'adoption, le syndicat de la presse quotidienne nationale a récemment transmis deux textes à la ministre de la Culture et à celle du Numérique (lire l'article Les journaux français aussi veulent une loi Google Actus, du 04/09/2012).

Google