Le marché français des objets connectés pèsera 500 millions en 2016

Marché objets connectés selon Xerfi Les montres connectées et box domotiques domineront le marché français des objets connectés, selon notre partenaire Xerfi.

Le marché français des objets connectés a pesé 150 millions d'euros en 2013 et devrait représenter 500 millions d'euros en 2016, selon une étude menée par notre partenaire Xerfi, d'après les données de GFK, L'Atelier BNP Paribas, Ifop, NPD et Strategy Analytics. Les objets connectés représenteront alors plus de 3% des dépenses high-tech des Français, une part qui reste marginale par rapport aux attentes de certains constructeurs. "Les objets connectés resteront perçus comme des "gadgets" par une majorité de la population malgré les efforts en termes de marketing et de communication afin de légitimer leur utilisation, commente Xerfi. La tendance à la baisse des prix des objets connectés en raison de la mise en place de stratégies low-cost de la part de certains acteurs (...) limitera également la croissance du marché en valeur."

xerfi 1
Le marché des objets connectés français, de 2013 à 2016. © Xerfi

Montres connectées en tête

Si les montres connectées devraient prendre la tête des objets connectés pour la santé les plus populaires, les équipements médiaux connectés auront quant à eux du mal à décoller. "La croissance des ventes d'appareils permettant un suivi à distance des données physiologiques et des traitements (...) nécessite de lever des freins réglementaires (acceptation de ces produits comme des dispositifs médicaux) et l'approbation du corps médical", note Xerfi.

xerfi2
Perspectives des objets connectés pour la santé, par secteur. © Xerfi

Dans le domaine de la maison, les box domotiques offrant divers services domineront le marché, suivies par les objets intelligents pour la gestion de l'énergie.

xerfi3
Perspectives des objets connectés pour la maison, par secteur. © Xerfi
Source

 L'étude "Le marché des objets connectés" est publiée par Xerfi, éditeur indépendant d'études économiques sectorielles. 


IoT