"Les nouvelles extensions de noms de domaine vont rebattre les cartes"

Matthieu Weil AFNIC Le directeur général de l'Afnic était l'invité de l'émission "Les Décideurs du Net", présentée par le JDN et Décideurs TV en partenariat avec Offremedia, ce jeudi à 12h30.

Mathieu Weill était l'invité de l'émission "Les Décideurs du Net", présentée par le JDN et Décideurs TV en partenariat avec Offremedia, ce jeudi à 12h30. Il est depuis 2005 le directeur général de l'AFNIC l'office d'enregistrement désigné par l'État pour la gestion des noms de domaine sous l'extension .fr. "Il y a aujourd'hui un peu plus de 2,7 millions de noms de domaines en .fr. L'extension connait une des croissances les plus dynamiques dans le monde, portée notamment par la dynamique de la création d'entreprise", rappelle-t-il.

"Les nouvelles extensions vont rebattre les cartes", a-t-il consenti. Et d'ajouter : "On sent un vrai intérêt pour les nouvelles extensions géographiques, avec énormément de retour de PME, particuliers, blogueurs..." Les premiers ".paris" vont d'ailleurs faire leur apparition début juin. Les échecs précédents de ".info" et ".biz" ne sont pas de nature à inquiéter Mathieu Weill qui rappelle que ces derniers avaient une dimension volume trop forte. Questionné sur la stratégie d'Amazon et Google, qui ont déposé chacun des centaines de dossiers (à un ticket moyen de 140 000 euros par dossier), il répond : "C'est difficile de savoir s'ils vont rester dans une stratégie défensive ou s'ils seront dans l'observation, dans l'attente d'un business model qui marche".

Les Etats-Unis ont récemment annoncé qu'ils allaient lâcher leur pouvoir de surveillance sur l'Icann. "Une décision attendue depuis longtemps, même s'ils n'avaient jamais abusé de ce rôle", commente Mathieu Weill. Interrogé sur le futur d'Internet, il répond que tout l'enjeu sera de ne pas donner naissance à "un Internet fait de blocs propriétaires appartenant à des sociétés type Orange ou Google dont il est difficile de sortir". 

PME / Afnic