Les nouveaux secteurs touchés par l'économie collaborative

nouveaux secteurs économie collaborative De jeunes pousses s'attaquent à des nouvelles verticales de la sharing economy, inexplorées jusqu'alors, depuis la santé jusqu'à la logistique, en passant par les télécoms.

En mai 2014, Jeremiah Owyang, spécialiste de l'économie collaborative, publiait un schéma décrivant six industries impactées par cette sharing économie : les biens de consommation, l'alimentaire, les services, les transports, la location d'espaces, et l'argent. En moins d'un an, pourtant, l'économie de pair-à-pair a impacté de nombreux autres services, au point que 6 autres industries se soient greffées au schéma d'origine. Des entrepreneurs se sont attaqués à de nouvelles verticales, connectant les internautes sur des sujets qui étaient, auparavant, toujours gérés par des tiers. Le marché y est moins mature mais de jeunes pousses s'y risquent et testent de nouveaux modèles.

 La santé et le bien-être : Par exemple, Vint propose des cours de fitness personnalisés, et Helparound est une plateforme de soutien crowdsourcée pour les patients atteints de maladies chroniques.

 La logistique, depuis la livraison de paquets avec UberRush jusqu'à l'expédition de biens depuis l'étranger avec Friendshippr en passant par le stockage avec MakeSpace.

 Corporate : Cette catégorie désigne les services collaboratifs au sein des entreprises, pour rendre service aux employés ou améliorer la supply chain.

 Télécoms et énergie : Partage de wifi avec Open Garden, Airbnb de l'électricité avec le site néerlandais Vandebron...

 Villes : Depuis l'équipement, avec l'exemple des vélibs parisiens, jusqu'à la sécurité, avec le site de réservation de vigiles Bannerman ou l'application citoyenne Musketeer, les services collaboratifs dédiés aux villes –et parfois lancés ou financés par les municipalités- émergent dans le monde entier.

 Apprentissage : L'e-learning est en plein essor, et des sites comme Khan Academy proposent des cours en ligne aux internautes, tandis que d'autres start-up comme Skillshare donnent la possibilité aux utilisateurs de s'entraider.

15928658251 f0830e0639 k
Les secteurs touchés par l'économie collaborative. © Crowdcompanies

Pour comparaison, voici le schéma publié en mai 2014 :

honeycomb collab econ
Six secteurs touchés par l'économie collaborative (mai 2014). © Crowdcompanies

Quelles sont les start-up qui s'attaquent à l'économie collaborative ?

En juin 2013, Altimeter a étudié une liste de 200 start-up de l'économie collaborative pour en déduire un profil type. Résultat : plus d'un tiers ont levé des fonds (37%), avec une moyenne de 29 millions de dollars. 67% se monétisent en faisant payer à l'usage, 21% avec des abonnements, 10% sont gratuits et 6% se basent sur des échanges purs. 63% sont des start-up axées sur le partage entre pairs, à la manière d'Airbnb, tandis que 35% sont le résultats d'initiatives de marques ou d'entreprises, comme des sites de co-working par exemple.

SHA