Comment les seniors appréhendent-ils les nouvelles technologies ?

Silvers surfers L'étude de CCM Benchmark Institute sur "Les seniors et les nouvelles technologies" identifie les tendances qui se dégagent en matière de surf, téléchargement d'applications ou m-commerce.

Comment les seniors appréhendent-ils les nouvelles technologies ? Comment intègrent-ils les équipements mobiles dans leur quotidien ? Ont-ils encore des scrupules à acheter des biens en ligne ? Et si non, vers quels produits s'orientent-ils en particulier ? Telles étaient les questions auxquelles la nouvelle étude de CCM Benchmark (éditeur du JDN) sur "Les seniors et les nouvelles technologies" ambitionnait de répondre. A la clé, un constat : la technophilie des seniors est liée à trois facteurs principaux qui sont leur âge, leurs revenus et leur situation professionnelle (actif ou non). Les plus jeunes, âgés de 50 à 64 ans, ayant toujours une activité professionnelle, sont ainsi les plus actifs avec leur smartphone. "Les premières années qui suivent le début de la retraite sont en effet fréquemment marquées par une moindre aisance à accepter la nouveauté. Ce phénomène est d'autant plus fort parmi ceux qui n'ont pas eu l'occasion 'd'apprivoiser' la logique informatique dans leur quotidien professionnel", estime l'étude. 

graphique 1
Usages par les seniors de leur smartphone. © CCM Benchmark

Si la moitié des seniors utilise son smartphone tous les jours, ces usages se concentrent plutôt sur les fonctions basiques de communication. 53% des sondés utilisent ainsi quotidiennement leur smartphone pour passer des appels. Le ratio passe à 37% pour l'envoi de SMS et MMS. Il chute à 34% pour la lecture des mails et 19% pour la recherche sur Internet. 

En ce qui concerne les applications, les trois-quarts des utilisateurs en ont déjà téléchargé. Mais elles sont dans la majorité des cas gratuites, seuls 13% des sondés affirment avoir téléchargé des payantes. Ici encore, les seniors les plus jeunes et bénéficiant des revenus les plus élevés, sont les plus actifs. Le ratio passe la barre des 80% pour les applications gratuites et celle des 20% pour les applications payantes.  

graphique 3
Le téléchargement d'applications. © CCM Benchmark

Deux tiers des utilisateurs ne rencontrent pas de difficultés particulières à utiliser un smartphone ou une tablette. Mais, "le cap des 70 ans apparaît comme une étape clivante à l'égard des nouvelles technologies tactiles", note l'étude. 

graphique 6
L'appréhension des équipements.  © CCM Benchmark

Ce résultat diffère toutefois selon les profils : les seniors aux revenus les plus confortables montrent sensiblement plus d'aisance avec ces équipements tandis que les plus de 70 ans sont les plus enclins à reconnaître des difficultés d'utilisation. Les principaux écueils identifiés tiennent à la petitesse des lettres, la difficulté à maîtriser les touches tactiles et la complexité de l'ergonomie. D'où un manque d'adéquation entre l'offre disponible et les attentes de cette population.

graphique 8
Les principaux écueils mentionnés. © CCM Benchmark

S'intéressant à un échantillon dit "adepte des achats en ligne", l'étude identifie encore une fois une facture numérique à partir de 70 ans, les aînés étant moins enclins à acheter en ligne. Le m-commerce reste, quoi qu'il en soit, anecdotique, à peine 6% des sondés sur smartphone et 18% sur tablette. Les biens culturels et le prêt-à-porter représentent les deux segments les plus recherchés. Près de deux-tiers des acheteurs ont déjà fait l'acquisition de ce type de bien sur un site marchand. 

graphique 11
Les produits plébiscités. © CCM Benchmark

Cette enquête en ligne porte sur 1 000 répondants, issus de notre panel de consommateurs CCM Benchmark Panel, interrogés au cours du mois de septembre 2014. Les répondants sont âgés de 50 à 86 ans. Ils sont représentatifs de la population d'internautes de cette classe d'âge.

Seniors