Tweets antisémites : Twitter va collaborer avec la justice

Alors qu'il refusait jusqu'alors, Twitter va aider la justice à identifier ses utilisateurs auteurs de tweets racistes en octobre dernier. Une décision qui solde le contentieux entre l'UEJF et Twitter.

Twitter vient d'annoncer qu'il allait fournir à la justice française les informations qui permettront d'identifier les auteurs des tweets antisémites qui avaient pullulés en octobre dernier via le hashtag #unbonjuif. Le réseau social avait dans un premier temps refusé de communiquer ces données, alors que la justice française le lui avait pourtant ordonné (lire l'article : Tweets racistes, la justice française hausse le ton à Twitter, du 24/01/13).

Cette décision met par ailleurs fin au bras de fer entre le réseau social et l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) qui lui réclamait 38,5 millions d'euros au pénal. Les deux parties "ont convenu de poursuivre activement leur collaboration, afin de lutter contre le racisme et l'antisémitisme dans le respect de leurs législations nationales respectives", explique Twitter dans un communiqué. L'objectif sera de prendre "des mesures afin d'améliorer l'accessibilité de la procédure de notification des tweets illicites".

Selon Le Monde, la justice française a également demandé à Twitter de mettre en place un dispositif permettant aux utilisateurs de la plateforme de microblogging de signaler les contenus illicites publiés "tombant sous le coup de l'apologie des crimes contre l'humanité et de l'incitation à la haine raciale".

Autour du même sujet