Un village de Haute Vienne en "grève des impôts" pour obtenir le haut débit

Privés de 3G comme de haut débit, les 30 habitants de Bussy s'estiment considérés comme des citoyens de seconde zone.

La trentaine d'habitants de Bussy, hameau de la commune de Sainte-Anne-Saint-Priest en Haute Vienne, a débuté le 9 janvier une "grève des impôts" afin d'obtenir enfin le haut débit, qu'elle réclame depuis 2008. "Nous ne comprenons pas pourquoi nous serions traités différemment de l'ensemble du territoire français, alors que nous payons nos impôts comme tout le monde !", indique à l'AFP Serge Mazaleigue, qui mène la bataille.

Pas de réseau 3G ni de haut débit, une installation électrique datant d'il y a 60 ans et sujette à de fréquentes coupures de courant... A Bussy, moins de dix personnes ont une ligne téléphonique fixe et un abonnement ADSL. Les habitants se déclarent "considérés comme des citoyens de seconde zone" par leurs élus et par l'Etat. Et déplorent de ne "pouvoir rien faire comme tout le monde, pour faire des achats, communiquer, s'informer... Nous avons des enfants à qui les enseignants demandent de faire des recherches sur internet ou des pré-inscriptions en ligne : impossible."

Déployer de la fibre sur l'ensemble de la région coûterait au Limousin 660 millions d'euros. Trop cher. Et les relais wi-fi mis en place ne peuvent pas couvrir Bussy. La seule solution possible serait le satellite, trop coûteuse pour les habitants du hameau. Ceux-ci réclament donc que les collectivités "prennent en charge l'équipement des maisons en parabole pour accéder à Internet via le satellite, et l'abaissement du prix de l'abonnement".

Haut débit / Wifi