Ailleurs en Europe, les taux bas masque les dégâts

Pas le début d'un désendettement dans l'Hexagone, mais une casse limitée, grâce, entre autres, à la baisse des taux d'intérêts auxquels le pays emprunte pour rembourser ses dettes. Entre le 2e trimestre 2008 et le 1er trimestre 2015, l'OAT 10 ans a reculé de 4,3 points, pour tomber à 0,5%.
Pendant ce temps, l'endettement des administrations publiques françaises, lui, a grimpé de 28,5 points. Une hausse qui aurait pu être encore plus conséquente avec des taux d'emprunt élevés, vu l'évolution des dépenses de fonctionnement des administrations tricolores : +17% sur 7 ans, à 399 milliards d'euros en 2014.
©  Banque de France, Eurostat, JDN