Les bénéfices des sandales Rondini ont grimpé de 60% en trois ans

l'atelier de fabrication se trouve juste derrière la boutique du chausseur
L'atelier de fabrication se trouve juste derrière la boutique du chausseur tropézien. © Rondini

Les fameuses sandales tropéziennes, c'est lui, Alain Rondini. Depuis 1927, sa famille et maintenant 8 autres salariés fabriquent de A à Z ces sandales revenues à la mode. Il a installé son atelier dans l'arrière boutique de son magasin de la rue George Clémenceau, une des artères les plus passantes de Saint-Tropez. Là, il confectionne 7 000 paires par an depuis le travail du cuir aux coutures. Et impossible de les acheter à Paris ou chez un autre chausseur. "On ne le distribue nulle part ailleurs qu'à Saint-Tropez", confirme Alain Rondini, qui fait parfois un peu de vente par correspondance.