Les mauvaises pratiques demeurent

les 20 euros de frais sont illégaux.
Les 20 euros de frais sont illégaux. © DR / JDN

Les chartes de déontologie, les fédérations, très peu pour lui. Pour Guy Grandgirard, président de l'UFC-Nancy, "toutes les sociétés de recouvrement abusent". Et de dénoncer les intimidations et autres infractions. En ce moment, "plusieurs centaines de dossiers" l'occupent pour la seule Meurthe-et-Moselle.

Ce qui l'horripile : les frais abusifs, les fac-similés d'injonctions de payer laissant croire qu'une décision de justice a été prise, les menaces d'envoi d'huissier avec dates et heures précisées alors qu'il n'en est rien, "les lettres de relances envoyées à la pelle par des robots". Et surtout un ton souvent d'une extrême violence. Exemple, pour une créance de 100 euros, M. F. se voit menacé de : "saisie-attribution du compte bancaire, saisie par immobilisation de votre véhicule, saisie-appréhension de vos biens meubles, saisie de vos rémunérations".

Selon Guy Grandgirard, "certaines sociétés envoient désormais des télégrammes, alors qu'ils sont totalement illégaux puisqu'ils ne peuvent mentionner toutes les informations prévues par la loi".

Le consumériste se dit "effrayé" : "A l'origine, l'appel aux sociétés de recouvrement était la spécialité des opérateurs téléphoniques et des fournisseurs d'accès Internet. Aujourd'hui, on se demande dans quel secteur elles ne sont pas présentes, puisque banques, assurances, hypermarchés s'y sont mis."